Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 16:52

 

Le contexte et le bilan du Mouvement Républicain et Citoyen depuis 2012

 

Le congrès du MRC aura lieu à Paris les 13 et 14 juin 2015.

 

Rappel : (21 mai) :Congrès MRC 2015 : les adhérents votent pour l'une des trois motions  :

 

- Motion 1 : « La gauche républicaine - Résister, transmettre, inventer », présentée par Jean-Luc Laurent et le Secrétariat national élargi,

- Motion 2 : « Notre chemin », présentée par C Nicolet, Marie-Fr Bechtel et Christine Meyer,

- Motion 3 : « Le courage d’avancer », présentée par H Prod’homme, JP Lettron et M Sorin.

 

Voici la 1ère partie de la motion 3, présentée par Hugo Prod'homme (Nord), Jean-Pierre Lettron (Hauts-de-Seine) et Michel Sorin (Mayenne) : « Le courage d'avancer »

 

LE CONTEXTE

a) De la reconstruction à aujourd'hui

En France, la période de reconstruction après la Seconde Guerre mondiale se fit sous l'égide du programme du Conseil National de la Résistance (CNR). Ce programme était un réel pacte social écrit par des Français, patriotes, qui résistaient à l'oppression nazie. Le programme comportait notamment de nombreuses nationalisations. La croissance de l'activité permit à la France de retrouver le plein-emploi (après le marasme des années 1930), de faire progresser le pouvoir d'achat et de réduire les inégalités. L'existence du bloc socialiste facilita aussi les concessions faites à la social-démocratie. Après les crises pétrolières des années 1970, la baisse structurelle du secteur industriel s'accompagna d'une hausse de celui des services, ce qui fit croire à beaucoup qu'il ne s'agissait que d'un remplacement. Ceux-là ont envisagé une société « post-industrielle », de la « connaissance ». En réalité, la baisse du secteur industriel s'est surtout accompagnée d'un chômage de masse. Le secteur des services a développé la paupérisation des employés : leurs salaires se sont rapprochés de plus en plus souvent du minimum obligatoire.

La société française, au lieu de s'homogénéiser au sein d'une seule classe moyenne, s'est en fait polarisée. Les classes populaires sont fortement touchées par le chômage, n'ont plus accès qu'à des emplois précaires et peu rémunérés. Les classes moyennes craignent que leurs enfants et leurs petits-enfants subissent un déclassement social aujourd'hui accentué. Cette insécurité économique et sociale a fait le lit, depuis plusieurs années, du repli identitaire nationaliste et de son pendant communautariste, avec pour conséquence la fracturation violente de la société. Ces classes populaires et moyennes sont divisées par des élites politiques, médiatiques et économiques, qui profitent du marasme économique pour exacerber les différences entre les populations et les dresser les unes contre les autres. Les citoyens ne sont plus émancipés, solidaires, mais réduits à leur condition sociale, à leur communauté, à leur confession. L'idée de les réunir autour d'un projet commun s'est perdue, tandis que se banalisent la haine, l'envie, la stigmatisation et la discrimination.

Au lieu de chercher des solutions concrètes et de longue durée aux problèmes et difficultés des citoyens dans leur vie quotidienne, le système politique s'est davantage préoccupé de lui-même, dans un souci carriériste de ses membres : l'abstention et la démotivation citoyenne sont les conséquences de cette dérive.

 

b) Les marchés financiers

Le manque d'argent n'est pas à l'origine des difficultés économiques et de la longue dépression. Les chiffres le montrent : les dividendes versés aux actionnaires se maintiennent à un haut niveau alors que les investissements baissent.

Plutôt que d'avoir peur des marchés financiers, il faut créer les conditions du développement de l'économie française. Le capitalisme financier néolibéral est à l'origine des divisions et des frustrations qui traversent la société. Il a réussi à provoquer le morcellement politique et syndical afin d'empêcher que se forme une alternative à la politique de soumission à ses intérêts. Notre réponse doit être de reconstruire, à la fois, la défense des salariés en tant que citoyens au travail, et la défense des entreprises contre leur spoliation par des actionnaires n'ayant aucun souci de l'intérêt général et de l'importance de l'économie réelle dans la vie d'un pays.

 

c) Rien n'est inéluctable

Rien n'est inéluctable. Les 10 et 11 janvier 2015, à la suite des attentats contre Charlie Hebdo et contre l'« Hyper Cacher », des millions de Françaises et de Français se sont rassemblés pour défendre la liberté d'expression et la laïcité. Les citoyens ont montré que le sentiment d'unité nationale et la Fraternité n'avaient pas déserté la France. Face à la violence, à la haine, nous avons répondu par la solidarité et la dignité. Cette émotion ne doit pas s'arrêter là. Une réflexion, doit être engagée avec les citoyens sur nos valeurs, la République et la démocratie. Retrouver l'esprit des agoras, redonner la parole au peuple est incontournable pour faire renaître un véritable mouvement de citoyens et est la condition sine qua non pour éviter que notre pays s'enlise dans l'impasse post-démocratique.

 

d) Un débat politique confisqué

Le débat politique est largement confisqué par des appareils politiques tournant à vide. Les postures symboliques et médiatiques ont remplacé les projets de société et l'éducation populaire. Les élections sont le théâtre d'alliances à la carte, sans aucune ligne directrice, ni fond programmatique. Alors que l'abstention atteint des scores jamais connus auparavant, les partis se disant « anti-système » récoltent des millions de suffrages. Les partis politiques dominants accentuent la fracture en se méfiant du peuple : volonté d'enlever aux collectivités élues au suffrage direct des compétences en matière d'action publique pour les confier à des établissements publics ou à des rassemblements d'établissements publics; pouvoirs de plus en plus transférés à des institutions supra-nationales anti-démocratiques. Symbole de ce mépris du peuple : en 2008, les parlementaires ont approuvé un projet de traité européen, largement rejeté par référendum, brisant ainsi le principe même de la République. La fracture est confortée par les classes dirigeantes, qui asservissent les élus et tirent parti de l'étouffement de la démocratie.

Il revient au MRC, et plus largement aux républicains, d'agir pour redonner la parole et le pouvoir aux citoyens. Une politique de véritable transformation sociale ne peut être appliquée qu'avec un soutien populaire. Nous devons regarder avec attention les expériences en Amérique du Sud, la constitution des coalitions de progrès comme en Grèce et, peut-être, en Espagne prochainement.

 

LE MRC : QUEL BILAN ?

N'oublions pas les concepts que nous avions forgés dans les années 1970 : le mouvement d'en bas à relier au mouvement d'en haut, l'autogestion de l'entreprise. Depuis 1992, le MDC, devenu MRC, porte l’ambition de relever la France avec la gauche. Depuis plus de 20 ans, les principes, le programme et les orientations que défend le « chevènementisme » ont apporté la preuve de leur pertinence : dénonciation, dès 1983, du tournant libéral du Parti socialiste ; mobilisation des nations européennes ; non au traité de Maastricht, à la guerre en Irak ; monnaie commune et non pas monnaie unique ; France puissance d’équilibre ; mesures efficaces contre l'insécurité et la délinquance ; refus du communautarisme ; sauvegarde des services publics ; citoyenneté et intégration ; politique migratoire sérieuse ; transmission des savoirs et autorité des maîtres... Quel parti politique peut se prévaloir d’un tel bilan au service de la République ?

 

En décembre 2012, le MRC tenait son congrès. François Hollande venait de mettre un terme à cinq ans de sarkozysme. Nous avions l'espoir que le président de la République prenne conscience du mur vers lequel les gouvernements de droite et de gauche nous entraînaient. François Hollande a refusé l'évidence. La construction européenne libérale et antidémocratique crée un carcan politique et économique, carcan dont aucun État ne peut s'émanciper. La politique monétaire est sous la férule de la Banque Centrale Européenne. La politique budgétaire est désormais surveillée, encadrée. La France n'est plus souveraine. Elle est sous la tutelle d'une « ruche » de technocrates, qui n'a aucune conscience des conditions de vie des citoyens, et aucun respect de la souveraineté des peuples.

 

Au contraire de ses engagements, François Hollande ne fut pas le président du changement de cap européen. Aujourd'hui, loin de saisir la chance que constitue l'arrivée dans l'Union Européenne d'un gouvernement d'union nationale grec, critique du dogme libéral, le président français choisit de maintenir son alignement sur les positions allemandes. Son proche et ancien ministre des Finances, Pierre Moscovici a pris le rôle du gendarme libéral au sein d'une commission européenne, présidée par le promoteur de l'évasion fiscale européenne !

 

En 2012, nous appelions à une grande Convention nationale sur l'Europe, afin d'« entrer dans la bataille » des Européennes. L' « impasse » de l'abstention de 2004 et 2009 était « interdite ». Un an plus tard, notre Convention nationale appelait à des listes citoyennes. Pour proposer une réelle alternative à l'Union Européenne actuelle, il nous semblait que la seule solution était de revenir vers les citoyens. Et de citer, en clôture de notre convention, Louis Barthou : « La tour d'ivoire ne convient qu'aux poètes. Il est du devoir des autres hommes d'en descendre pour se mêler à l'action ». Mais en 2014, nous avons buté sur la présentation de listes citoyennes, à cause de l'ampleur du travail à mener pour déclencher un mouvement citoyen. Nous nous sommes égarés dans des discussions et des logiques d'appareils. Nous devons tirer un bilan de cet épisode politique pour éviter sa répétition. C'est en se tournant vers les citoyens que le MRC pourra rassembler, bien au-delà des appareils politiques, combattre les menaces portées contre la République et faire vivre notre projet commun : Liberté, Égalité, Fraternité et Laïcité.

 

Trois députés MRC ont été élus, sous l'étiquette de la majorité présidentielle, suite à une entente politique avec le Parti Socialiste. Il ne s'agissait pas d'un blanc-seing au gouvernement, mais d'une liste de points d'accords et de désaccords « charpentant » nos relations au sein de la majorité présidentielle. Ainsi, nos trois députés ont gardé leur liberté de vote. Nous pûmes aiguiller la majorité sur les questions européennes, l'École de la République; l'Unité et l'Universalité de la République, les questions énergétiques, la question sociale... Le travail acharné de nos quatre, puis trois, parlementaires permit à nos idées de vivre à l'Assemblée et au Sénat, et d'ouvrir le débat sur de nombreux sujets. Nous pouvons être fiers de leur action au quotidien pour faire vivre nos valeurs et nos analyses. Si certaines de nos positions ont pu être reprises par la majorité, les gouvernements de Jean-Marc Ayrault puis de Manuel Valls s'en sont le plus souvent éloignés. Le vote du TSCG (traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance) fut le pêché originel. La loi Macron, fourre-tout des technocrates néo-libéraux de Bercy et de Bruxelles, le péché mortel.

 

C'est sur ce texte, fondé sur une analyse économique erronée et aboutissant à des décisions contraires aux intérêts des travailleurs, que la majorité de Manuel Valls a vacillé. Incapable de réunir une majorité de députés de gauche, François Hollande menaça d'abandonner la France au Front National en déclenchant des élections anticipées. Si ce « chantage » fut efficace, les députés ne censurant pas le gouvernement, il demeure un signe fort du repli idéologique du gouvernement et de sa soumission aux injonctions du « Triple B » : Bercy, Bruxelles, Berlin. La preuve a été donnée que le débat est vidé de son sens. L'idée de représentation nationale des citoyens par l'Assemblée Nationale est bafouée. L'Assemblée est trop souvent une chambre d'enregistrement de décisions prises ailleurs.

 

Depuis sa création en janvier 2003, le MRC s'est positionné sur une ligne politique républicaine de gauche, dans le sillage de Jean-Pierre Chevènement, en développant une stratégie d'influence auprès du Parti socialiste. Celle-ci a montré ses limites, qui se situent à l'Assemblée nationale. Le MRC doit en tirer les enseignements dans la perspective des prochaines échéances électorales nationales. La stratégie d'influence, qui a son intérêt au sein des institutions démocratiques nationales, n'a de sens que si elle s'appuie sur les citoyens, afin d'établir un rapport de forces favorable au mouvement. C'est pourquoi l'action du MRC se doit d'être prioritairement recentrée sur la lutte contre la dépolitisation, et d'avoir comme feuille de route la constitution de comités citoyens, capables de porter à tous les niveaux politiques, une alternative à l'idéologie étouffante de nos élites politiques, économiques et médiatiques. Réactualisons, innovons, accueillons les idées nouvelles, mettons en avant la revalorisation du travail du salarié, producteur de richesse économique et sociale, dont la qualification doit être reconnue et protégée. C'est le travail qui permet de produire la valeur économique correspondant au salaire, mais aussi la valeur sociale sous forme de cotisation. C'est ainsi que l'économie et le social sont étroitement liés. C'est le développement de l'économie qui conditionne la sauvegarde de la protection sociale (...).

 

Cet article est le 164ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article

commentaires