Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 23:40

 

Il y a une place à prendre à gauche pour tenir le flambeau de l'intérêt national

 

La décision du Mouvement Républicain et Citoyen de présenter un candidat à l'Élection présidentielle française de 2017 est stratégique. Elle part du constat qu'il n'y a personne à gauche pour porter l'idée de la souveraineté populaire et nationale, pourtant fondamentale compte tenu de l'histoire de notre pays, de ses racines révolutionnaires et républicaines.

C'est donc pour aller au bout du chemin en avril 2017, sachant que les obstacles à franchir sont très hauts et nombreux. Le MRC, depuis sa création en 2003, n'a pu aller jusqu'au bout d'une élection présidentielle, le candidat Chevènement, en 2012 comme en 2007, se ralliant finalement au candidat du PS, dans le cadre d'un accord politique MRC-PS.

En 2002, la candidature de Jean-Pierre Chevènement se situait différemment, l'objectif étant de constituer un Pôle républicain, au-dessus des partis politiques.

Avec la candidature de Bastien Faudot, nous sommes dans l'innovation politique. La gauche est décomposée, disloquée, à la dérive depuis 1983, emportée par le néolibéralisme et l'utopie européiste. Il faut la réconcilier avec la République et le socialisme dans l'esprit de Jaurès, lui faire aimer la France, regagner la confiance des ouvriers et employés et de tous les citoyens des milieux populaires. C'est une perspective vraiment mobilisatrice.

C'est parti tôt car Bastien Faudot est jeune et a besoin de temps pour être connu. Et il aura beaucoup d'obstacles à franchir pour aller au bout. Mais ses convictions et ses capacités de débatteur, le fait qu'il portera des positions de fond, en rapport avec l'intérêt national, seront les bienvenus dans ce contexte politique dévasté pour la gauche. Bastien va contribuer à rapprocher le peuple de la politique et de la gauche. Soutenons-le ! Participons au meeting de présentation du candidat : Cabaret Sauvage, Paris 19ème, 7 février, de 14h à 17h (inscriptions sur le site du MRC).

Dans la presse :

- France Bleu, 28 janvier 2016 : L'élu belfortain Bastien Faudot candidat à l'Elysée

- France TV info, 27 janvier :

Bastien Faudot, candidat du MRC à la présidentielle 2017: Il manque à gauche une voix qui porte la question nationale

 

Il sera officiellement désigné ce mercredi soir. A 37 ans, Bastien Faudot, conseiller municipal de Belfort et conseiller départemental du Territoire, va représenter le Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) à l’élection présidentielle de 2017. Il n’y a pas beaucoup de suspense, il est le seul candidat à la candidature. Il nous a expliqué le sens de cette démarche. Interview.

Quand il est né en 1978 à Belfort, Jean-Pierre Chevènement était déjà député de ce bout de France qu’est le Territoire. Bastien Faudot devrait bientôt porter les idées chevènementistes au plus haut niveau national, pour la présidentielle 2017. Même sans Jean-Pierre Chevènement, qui a quitté son propre mouvement il y a quelques mois, le MRC entend encore agiter la politique française. Jean-Luc Laurent, le président du MRC, l’a dit il y a une dizaine de jours dans Nice-Matin: son parti « doit s’inscrire dans l’exigence de renouvellement de la vie publique ». C’est donc le jeune porte-parole du parti qui portera l’étendard de cette gauche républicaine et souverainiste.

Pourquoi le Mouvement Républicain et Citoyen présente-t-il un candidat à la présidentielle 2017 ?

« Le choix a été fait en juin dernier, lors de notre dernier congrès. Le MRC est un membre critique de la majorité présidentielle. Nous avions décidé de faire partie de la majorité de François Hollande au lendemain du discours du Bourget. Mais la peinture du bureau du président de la République n’était pas encore sèche qu’il revenait sur la question clé de voûte pour nous: la réorientation de la politique européenne. En cédant aux exigences d’Angela Merkel, il a d’emblée écrit la suite du mandat. Tout le reste procède de ce choix originel. On ne peut pas faire peser sur les classes populaires le redressement de la dette, on ne peut pas améliorer les comptes publics, la situation économique, créer de l’emploi, par une politique d’austérité. Et puis il y a une évolution notoire depuis les attentats, un virage néoconservateur. On ne peut pas refermer le débat sur la question économique et sociale. Il manque à gauche une voix qui porte la question nationale, pas de manière honteuse et pas sous l’angle ethnique du Front national. »

Certains demandent une primaire à gauche. Le MRC pourrait-il y participer ?

« Je suis favorable à tout ce qui pourrait servir à déverrouiller le débat. Mais j’ai des doutes sur le périmètre de cette primaire, et le nombre de participants. Sans Mélenchon, sans Hollande, dont je doute fort qu’il se prête au jeu, quelle pourrait être cette primaire?

La dernière fois que le MRC a présenté un candidat à la présidentielle, en 2002, il n’y avait pas de candidat de gauche au second tour. Craignez-vous ce scénario ?

« On n’a déjà même plus de président de gauche, donc ce n’est pas grave. Aux régionales, dans le Nord Pas-de-Calais Picardie et en Paca, on a eu un 21 avril volontaire. »

Aux régionales en Bourgogne Franche-Comté, le MRC a fait liste commune avec plusieurs composantes de la gauche, dont le Parti communiste. Une telle alliance est-elle possible pour une présidentielle ?

« Il faudrait trouver un support politique cohérent. Ce n’est pas impossible mais… Pour une présidentielle, on change d’échelle, avec d’autres questions. On n’est par exemple pas forcément d’accord avec la gauche radicale et son anti-racisme pavlovien, faire de la morale ne suffit pas. Les Français sont attachés à la Nation. Il y a une dérive criminelle, et je pèse mes mots, de la gauche, qui a abandonné les symboles révolutionnaires au profit du Front national. »

Pour être candidat à la présidentielle, il faut 500 signatures d’élus. Est-ce un obstacle pour vous ?

« Lutte ouvrière, le NPA ou Jacques Cheminade y sont arrivés, avec un réseau d’élus moins important que le nôtre et un positionnement politique plus exotique. Si nous n’y arrivons pas, c’est qu’on n’a pas été bon. Et je ne doute pas qu’on le sera. »

 

A lire aussi: Bastien Faudot (MRC) : « L’Europe est dans l’impasse »

 

Cet article est le 181ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, en séance du Conseil national du MRC, le 30 juin 2013

Bastien Faudot, en séance du Conseil national du MRC, le 30 juin 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite 10/02/2016 15:50

Un tout grand merci pour votre site. C’est un plaisir pour toutes & tous.
Bonne continuation

voyance gratuite par mail 08/02/2016 16:17

Ton site est tout simplement superbe. Bravo a toi bisou