Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 23:39

 

En réalité, c'est une contre-réforme qui s'inscrit dans la logique néolibérale

 

Serge Maupouet est professeur d'histoire dans un collège de Saintes (Charente-Maritime). Il milite à la FSU en tant qu'enseignant et à la FCPE en tant que parent d'élève. Responsable départemental (17) et régional (Poitou-Charentes et Limousin) du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC), il participe à la commission Education de ce parti de gauche présidé par Jean-Luc Laurent et représenté en vue de l'élection présidentielle par Bastien Faudot, la gauche avec le peuple.

Rappel (17 sept. 2015) : Le MRC opposé à la réforme des collèges prévue pour la rentrée 2016

 

Dans la Saintonge Jacobine, Serge Maupouet vient de publier un texte de fond sur la réforme du collège, intitulé :

La "réforme" du collège : vers une prise de conscience des enjeux réels ?

Mi-mai 2016. Il reste encore beaucoup à faire pour expliquer les conséquences concrètes - d'affaiblissement de l'enseignement secondaire public - qui découlent d'une soi-disant réforme du collège qui est en réalité, derrière un vernis apparent de rénovation pédagogique (un habillage néanmoins désorganisateur [1]), profondément inscrite dans une logique néo-libérale : la recherche d'économies de moyens, et la mise des établissements en concurrence par le biais d'une autonomie accrue sont désormais patents.

Si l'on en consulte la définition courante proposée par le Larousse la notion de réforme suppose un progrès: "Changement de caractère profond, radical apporté à quelque chose, en particulier à une institution, et visant à améliorer son fonctionnement : Réforme de l'enseignement." Or, c'est à partir de cette définition qu'il est permis de s'interroger : sauf à en être complexifié, en quoi le fonctionnement du collège serait globalement "amélioré" par les changements imposés ? 
 

A regarder sous cet angle, il s'agit certainement plus d'une contre-réforme, aux dépens des enfants des milieux populaires et modestes qui seront les premiers à en payer le prix en terme de restriction d'offre éducative, de perte en temps d'enseignement et en possibilités de remédiation aux difficultés scolaires. Le journal Le Monde dressait ainsi, dans un article daté du 8 février 2016 ("Réforme du collège : la bataille des moyens est lancée"), ce simple constat "L’année prochaine, toutes les classes auront vingt-six heures de cours par semaine (hors option). C’est plus qu’en 5eaujourd’hui (+1 heure), mais c’est moins qu’en 6e (-1 heure), 4(-2 heures) et en 3(-2h30). Au final, si l’on compare les grilles horaires réglementaires avant et après la réforme, on peut considérer que les élèves vont perdre 162 heures sur l’ensemble de leur scolarité au collège (soit un peu plus de six semaines de classe)La perte sera encore plus importante pour les élèves qui suivent des options."

 

Aussi, la contre-réforme du collège n'est pas seulement sans les moyens nécessaires pour l'appliquer - même dans l'optique de ceux qui l'ont conçue -, mais elle induit bien une évolution vers moins de moyens ! Cette perception est largement partagée, comme le montre un article de La Dépêche du 16 mai, intitulé "Collèges: une réforme qui fâche", et qui donne des aperçus de la réception de la réforme dans l'Académie de Toulouse du point de vue enseignant. Au stade de l'année scolaire où nous sommes, cette perception repose sur des constats objectifs puisque les dotations horaires et structures pour l'année à venir ont été présentées dans les Conseils d'Administration, et que les formations liées à la réforme se sont largement tenues (quoique certaines soient repoussées à la rentrée de septembre 2016). En outre, si la perspective d'une année 2017 comportant des élections majeures a sans doute joué dans le sens d'une préservation au moins temporaire de moyens humains, qu'en sera-t-il après ?
 

Du côté des représentants de parents, la prise de conscience des réalités liées à la "réforme" a vraiment progressé, face à l'évidence des faits : plus d’un tiers des délégués au 70e Congrès national de la FCPE (Marseille, 14 au 16 mai 2016) se sont positionnés pour une suspension de la réforme, et in fine une motion majoritaire critique cette réforme. Le constat est ainsi posé que la réforme n'est pas acceptable telle qu'elle est conduite et dans un certain nombre de ses conséquences, dont la mise en concurrence des établissements, le manque de moyens, les inégalités accrues entre élèves [2].


L'urgence est, en effet, de penser sérieusement aux élèves: les conditions d'accueil proposées à la rentrée de septembre 2016 seront à l'évidence dégradées; sans parler de la difficulté pour les enseignants d'être en simple situation de maîtrise de l'ensemble des données d'un système réformé imposé avec une rapidité déboussolante, faire face aux heures de permanence nouvelles qui seront induites pour les élèves sera sans doute un défi pour les personnels de Vie scolaire ! 
Aussi, la question d'actualité est sans doute celle-ci : comment s'organise-t-on, parents, enseignants, membres et acteurs de la communauté éducative, comment agit-on assez puissamment pour obtenir les moyens et les réorientations indispensables ? Il ne reste qu'un peu plus de 3 mois : c'est court !


Pour la suite, il faudra un autre projet. En 2012, j'écrivais déjà, dans une contribution pour la commission éducation du MRC intitulée "Le collège unique : éléments de réflexion" (texte extrêmement synthétique d'un travail de recherche en réalité beaucoup plus large) qu'il était nécessaire de "proposer une rénovation et une relance ambitieuses du collège unique [pour faire] du collège un maillon fiable et fort du système éducatif, [rénovation et relance] qui conservent l’objectif d’une démocratisation élevant le niveau général d’instruction tout en mettant en place l’organisation, les dispositifs, les moyens propres à atteindre cet objectif."

Michel Sorin avait placé sur son bloc-notes en ligne une version préparatoire que je lui avais transmise (article-le-college-mis-en-cause-par-les-liberaux-reflexions-de-serge-maupouet) et qui exprimait plus complètement les "manières de voir les évolutions" que je souhaitais alors mettre en débat, au vu du contexte de rédaction (2011). Il faut confronter ces "manières de voir" alors proposées avec les options idéologiques qui sous-tendent la contre-réforme actuelle : n'est-ce pas clairement l'école libérale qui est actuellement en construction au niveau du collège ? Par conséquent, je replace ici ce passage de la version préparatoire qui ne se trouve pas dans la version synthétique, mais qui me paraît toujours utile aux échanges et à la prospective d'ensemble, sous réserve des actualisations nécessaires en des points particuliers (presque 5 années s'étant écoulées, voir certaines précisions en notes) : "Le collège est aujourd'hui une étape incontournable dans un parcours (...).

Pour contrer ce collège néo-libéral qui se construit maintenant sous nos yeux, pour mettre en place une rénovation et une relance ambitieuses, il faudra véritablement manifester la volonté de continuer à combattre les déterminismes sociaux, de refuser les conservatismes c'est-à-dire tout retour en arrière vers une orientation précoce, un tri social déguisé, et mettre pleinement les moyens humains et financiers pour porter à son terme la « Troisième révolution scolaire », en renouant avec la marche vers une véritable élévation générale du niveau de formation initiale, au bénéfice de tous. C'est possible, mais cela implique des choix à mettre clairement et largement en débat dès maintenant, dans la perspective de 2017.


[1] des personnels de direction font état dans cet article du Télégramme du 8 mai 2016 de leurs difficultés actuelles, et on pourrait évoquer d'autres facteurs comme l'impact, d'une année sur l'autre, des modifications liées à la variable d'ajustement que seraient les EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires), etc.
 

[2] voyez par ce lien un article en ligne afférent sur francesoir.fr ; sur le site de L'Humanité, on trouve les motions adoptées lors de ce Congrès de la FCPE, à la suite d'un article qui décrit un certain nombre de débats internes :http://www.humanite.fr/lopposition-la-reforme-du-college-prend-ses-marques-la-fcpe-607198 
 

[3] dans ce passage, la répétition se justifie par le contexte de rédaction [2011] où l'on sentait la volonté de faire sortir le plus précocement les élèves en difficulté (avec l'apprentissage junior par exemple). Il faudrait actualiser le propos et inscrire désormais la volonté dans une optique de prolongation de la scolarité obligatoire vers 18 ans, ce qui suppose aussi une adaptation de la structure actuelle du lycée. 
 

[4] le nouveau type de "brevet" qui se profile pour 2017 n'est certes pas le modèle que j'avais à l'esprit en 2011, est-il nécessaire de le préciser ?
 

[5] car plus la formation initiale est rendue brève et limitée, plus s'impose la nécessité de ladite "formation tout au long de la vie". L'expression n'est par conséquent pas aussi neutre qu'il pourrait y paraître au premier abord.

 

Rappel (8 janv. 2012) :  Le collège mis en cause par les libéraux : réflexions de Serge Maupouet

 

Cet article est le 36ème paru sur ce blog dans la catégorie L'école

Serge Maupouet, au côté de Martine Souvignet, le 26 novembre 2014, lors d'une conférence organisée par le MRC à Saintes (17) sur la réforme territoriale

Serge Maupouet, au côté de Martine Souvignet, le 26 novembre 2014, lors d'une conférence organisée par le MRC à Saintes (17) sur la réforme territoriale

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans L'école
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite mail 20/07/2016 15:39

Tres interessant!!! Je l'ai mis dans mon bookmark!

voyance par mail gratuite 01/06/2016 14:29

Merci beaucoup pour cette article comme toujours très intéressant