Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 15:08

Les 11 propositions pour l’organisation territoriale de la République

 

C’est sur la base du slogan « La République partout, la République pour tous » que Bastien Faudot a lancé le 7 février 2016 sa candidature à l’élection présidentielle.

Voir (4 février 2017) : Le programme de Bastien FAUDOT pour l'élection présidentielle 2017

 

La partie de son PROGRAMME traitant d’un nouveau contrat de développement pour la France périphérique est composée de deux sous-parties, dont l’une - qui en est le volet agricole - a été présentée sur ce blog le 16 février 2017.

Voir Présidentielle : FAUDOT sur le chemin de la souveraineté alimentaire
 

Voici le chapeau introductif et la première sous-partie sous le titre

« Pour une stratégie équilibrée d’aménagement du territoire ».

 

UN NOUVEAU CONTRAT DE DÉVELOPPEMENT POUR LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE

 

Jusqu’à une date relativement récente, l’aménagement équilibré du territoire était, en France, un discours consensuel, porté à la fois par la droite et par la gauche, qui s’affirmait garant des équilibres entre les différentes parties du pays. Ce discours rassurant n’était toutefois guère traduit dans la réalité. Depuis vingt ans, l’émergence de la « fracture territoriale » dans le débat public est loin d’avoir débouché sur une véritable politique d’aménagement du territoire. Elle s’est au contraire achevée par des choix politiques délibérés en faveur des métropoles et des villes-mondes. Le quinquennat Sarkozy marquait une rupture brutale en ce sens, malheureusement poursuivie lors du dernier quinquennat.

 

Qu’on en juge : l’autonomie des universités et la concentration de l’enseignement supérieur dans les plus grandes villes pour gagner artificiellement quelques places dans les classements universitaires internationaux ? Un choix favorable aux métropoles. Le remplacement de la taxe professionnelle par une contribution portant sur la valeur ajoutée ? Un autre choix favorable aux métropoles. La baisse des dotations de l’État ? Favorable encore aux métropoles. La concentration des services publics de l’État dans les capitales régionales au détriment des villes moyennes ? Un choix pour les métropoles. La fermeture des hôpitaux de proximité ? Une fois de plus pour les métropoles. La libéralisation des opérateurs de télécommunication qui n’investissent que dans les territoires denses, donc rentables ? Toujours et encore pour les métropoles !

 

Ce choix politique délibéré en faveur des métropoles est inspiré par l’idée selon laquelle, concentrée en certains endroits, la richesse ruissellerait alors sur l’ensemble du territoire national. En réalité, tout cela n’entraîne qu’un ruissellement de la pauvreté, une augmentation continue des inégalités géographiques et sociales et aggrave le sentiment d’abandon que ressentent 85 % des Français qui n’habitent pas dans les métropoles. Ce sentiment devient une réalité dans de trop nombreuses communes où se succèdent les fermetures, les unes après les autres, des entreprises et des administrations. La menace plane et distille ses effets insidieux, là du moins où le bureau de poste, l’école primaire, le cabinet médical et la PME subsistent encore.

 

Le choix politique délibéré des métropoles est un choix de mépris pour la France périphérique. Les grandes organisations urbaines ont toujours su générer une dynamique propre et concentrer une large part du développement et de l’innovation, dont elles sont généralement l’un des principaux moteurs. Cette tendance est naturelle. Il ne s’agit nullement d’entraver le développement des métropoles, mais de veiller à une meilleure répartition de l’activité sur l’ensemble du territoire. Cette meilleure répartition bénéficiera à tous, car un bon équilibre entre les territoires produit des effets vertueux de type gagnant-gagnant.

 

POUR UNE STRATÉGIE ÉQUILIBRÉE D’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

 

La France ne s’est pas construite de façon spontanée : il a fallu une volonté politique farouche pour structurer le territoire. Ma stratégie d’aménagement du territoire repose sur plusieurs étapes.

- La première nécessité est de revenir sur le fait générateur de la concentration des richesses dans les métropoles, à savoir l’absence de répartition correcte sur le territoire national des établissements de l’enseignement supérieur.

- Je souhaite ensuite établir une fiscalité qui incite à s’installer dans certaines zones aujourd’hui en voie de désertification.

- Une intervention résolue de l’État, à la fois en matière de constructions de réseaux de transports et de communication, d’offre de services publics sur l’ensemble du territoire et de déconcentration d’une partie des administrations centrales vers les villes moyennes et les territoires périphériques est par ailleurs indispensable.

 

106- Engager un plan national de déconcentration de l’enseignement supérieur des grandes métropoles vers les villes moyennes et les préfectures départementales, dans un premier temps au niveau de la licence

 

107- Intégrer un critère basé sur la distance séparant le domicile des salariés de leur lieu de travail pour le calcul de l’impôt sur les entreprises

 

108- Créer un grand ministère de l’Équipement et du Plan chargé de piloter la politique de rééquilibrage du territoire national

 

109- Soutenir les services publics locaux, notamment les guichets de poste, afin d’assurer sur l’ensemble du territoire national un égal accès aux services publics

 

110- Nationaliser le réseau autoroutier et poursuivre son développement

 

111- Construire 1 000 km de lignes TGV neuves supplémentaires

 

112- Élaborer un plan national d’équipement du territoire en TER modernisés (avec objectif de vitesse de croisière de ces trains à 200 km/h)

 

113- Équiper le territoire en infrastructures numériques 5G et équilibrer la répartition des opérateurs de télécommunication sur le territoire afin d’éviter les zones blanches

 

114- Renationaliser les infrastructures aéroportuaires qui ont été privatisées

 

115- Soutenir les dispositifs de télétravail et de coworking pour favoriser l’installation des entreprises en milieu rural

 

116- Instaurer un moratoire de 3 ans sur la décentralisation ; à l’issue de cette période, organiser une convention nationale territoriale qui proposera aux Français une nouvelle organisation territoriale de la République, guidée par des principes simples : unité, uniformité, responsabilité des élus et des citoyens, autonomie budgétaire et fiscale confortée, principe de libre administration, spécialisation des niveaux de collectivité, mais capacité d’initiative, séparation des collectivités uniques
 

Cet article est le 2960ème sur le blog MRC 53 - le 192ème dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), sur le point de présenter son projet pour la France

Bastien Faudot, le 24 septembre 2016 à Malakoff (92), sur le point de présenter son projet pour la France

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article

commentaires