Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 19:05

Cette priorité implique des choix stratégiques de politique énergétique

 

C’est sur la base du slogan « La République partout, la République pour tous » que Bastien Faudot a lancé le 7 février 2016 sa candidature à l’élection présidentielle.

 

Rappel :

- (4 février 2017) les 250 idées neuves pour redresser la France et les titres : Le programme de Bastien FAUDOT pour l'élection présidentielle 2017

 

- (17 et 18 février) le premier titre REFONDER NOTRE DÉMOCRATIE

- Présidentielle : FAUDOT veut placer le citoyen au coeur des institutions

- Présidentielle : Bastien FAUDOT propose de refonder notre démocratie

 

- (18 février) le 2ème titre POUR UNE COOPÉRATIVE DES NATIONS ET DES PEUPLES EN EUROPE :

- Présidentielle : FAUDOT veut dé-fédéraliser les institutions européennes

 

- (19 février) le 3ème titre CHANGER LE MODÈLE ÉCONOMIQUE PAR L’INTERVENTION DE L’ÉTAT :

- Présidentielle : par l'action de l'Etat, FAUDOT veut la fin de l'austérité

- Présidentielle : l'industrie c'est notre avenir, selon Bastien FAUDOT

 

- (19 et 20 février) les trois parties du 4ème titre TOUS AU TRAVAIL

- Présidentielle : Bastien FAUDOT veut mettre tous les actifs au travail

                - Présidentielle : B FAUDOT veut rééquilibrer le rapport capital-travail

- Présidentielle : B FAUDOT lie République sociale et économie sociale

 

- (21 février) les deux parties du 5ème titre DÉFENDRE NOTRE CONTRAT SOCIAL

- Présidentielle : Bastien FAUDOT pour la défense de notre contrat social

 

 

- (16 et 17 février) les deux parties du 6ème titre UN NOUVEAU CONTRAT DE DÉVELOPPEMENT POUR LA FRANCE PÉRIPHÉRIQUE :

- Présidentielle : FAUDOT pour un aménagement du territoire équilibré

- Présidentielle : FAUDOT sur le chemin de la souveraineté alimentaire

 

Voici ce qui concerne le 7ème article :

 

LUTTER EFFICACEMENT CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

 

Les capacités de production d’énergie sont un enjeu décisif de notre modèle de développement. Face au phénomène de réchauffement climatique et à l’évolution rapide du marché mondial, la France doit privilégier son indépendance, assurer la sécurité de son approvisionnement et faire de la lutte contre les gaz à effet de serre l’orientation principale de sa politique environnementale.

 

Dès lors, il convient de maintenir un parc nucléaire sécurisé et d’investir pour asseoir la technologie des réacteurs de troisième génération et apporter les crédits nécessaires à la recherche pour le développement des réacteurs de quatrième génération.

Pour cela, j’entends revenir sur les dispositions restrictives concernant l’énergie nucléaire dans la loi de transition énergétique, surseoir à la fermeture infondée de Fessenheim et fermer en revanche les centrales carbonées (4 centrales au fioul et 4 centrales à charbon).

Afin d’amplifier la lutte contre le réchauffement climatique, le mix énergie nucléaire/énergies renouvelables doit être conforté et doit bénéficier d’un effort partagé. Dans ce même esprit, la France doit lancer une grande initiative de coopération européenne en matière d’énergie décarbonée et défendre l’établissement d’une taxe carbone aux frontières européennes.

 

129- Supprimer le plafond de capacité nucléaire de 63,2 GW prévu à l’article 55 de la loi de transition énergétique ainsi que la limitation à 50 % de production d’électricité inscrite à l’article 2 de la même loi

 

130- Fixer des objectifs de 75 % de transport des personnes et de 50 % pour celui des marchandises à l’aide d’énergie décarbonée à l’horizon 2025 et 90 % en 2050

 

131- Décider du renouvellement de 50 % de la puissance nucléaire française installée sur un modèle de réacteur maîtrisé par la filière nucléaire française avec les plus hautes exigences de sûreté et de performance afin de garantir le faible coût de l’électricité nécessaire aux ambitions françaises d’une énergie décarbonée

 

132- Poursuivre les efforts de recherche sur les réacteurs nucléaires de quatrième génération (Astrid, filière Thorium/sels fondus)

 

133- Annuler la fermeture de la centrale de Fessenheim et lier de nouvelles fermetures à l’ouverture de nouveaux sites de production

 

134- Prévoir un plan de stockage et de recyclage des déchets nucléaires

 

135- Fermer les dernières centrales au charbon et au pétrole existantes en France, maintenir pour l’appoint les centrales au gaz

 

136- Soutenir à part égale la recherche dans le nucléaire et dans les énergies renouvelables (1 euro dans le nucléaire = 1 euro dans le renouvelable)

 

137- Lancer des coopérations européennes et internationales sur les énergies renouvelables, la rénovation thermique des logements, le stockage de l’électricité, les réseaux électriques intelligents et les véhicules à énergie décarbonée

 

138- Établir une taxe carbone aux frontières européennes, sinon aux frontières nationales

 

Parce qu’il s’agit d’un secteur stratégique de première importance et pour assurer une sécurité optimale, les opérateurs privés de production d’électricité seront nationalisés et les barrages hydroélectriques seront maintenus dans le giron de l’acteur public EDF, sous contrôle de l’État. L’énergie est un bien commun dont l’État doit être garant pour permettre à tous les Français l’accès à une énergie respectueuse de l’environnement et à faible coût.

 

139- Nationaliser les vendeurs et opérateurs privés de production d’électricité

 

140- Étudier un plan de développement des moyens de transport électriques, des infrastructures de recharge et de multimodalité

 

141- Lancer un plan national de développement pour les systèmes de type géothermie

 

142- Refuser la privatisation des concessions hydrauliques françaises imposée par Bruxelles

 

La lutte contre l’effet de serre doit aussi être déclinée dans la vie quotidienne à travers le logement et les transports.

L’investissement massif pour l’isolation thermique des logements, le développement des réseaux de chaleur et la conversion de l’habitat en centrales énergétiques autonomes doivent devenir une priorité car l’énergie la plus rentable est d’abord celle qui n’est pas consommée. À terme, la réduction du nombre de centrales doit être favorisée par une politique de sobriété énergétique qui ne doit pas être mue par le principe idéologique de la décroissance, mais par celui de ne pas favoriser un système de surconsommation superflu.

En matière de transport, la filière automobile française doit être accompagnée et soutenue pour réduire la consommation de carburant des véhicules, mais aussi favoriser la voiture électrique qui demeure aujourd’hui encore très marginale sur le marché.

 

La politique du logement est un enjeu essentiel pour la lutte contre le changement climatique. Le plan pilote de conversion des logements en centrales électriques et le nouveau plan d’isolation thermique des logements devront être accompagnés d’un effort de construction sans précédent pour résoudre la pénurie de logements à laquelle les Français sont confrontés. Il faudra lancer sur 5 ans un plan national de construction de logements neufs entièrement financés par l’État, puis loués ou vendus aux particuliers à des prix inférieurs à ceux du marché. L’écologie ne doit pas être punitive : elle doit se traduire par des progrès concrets dans la vie quotidienne des Français.

 

143- Lancer un plan national pilote de conversion des logements en centrales énergétiques autonomes (comprenant l’usage synergique des énergies renouvelables, des meilleures technologies d’isolations thermiques, l’installation de dispositifs de stockage de l’énergie, la conversion des réseaux électriques existants en réseaux électriques intelligents, l’usage de véhicules à énergie décarbonée)

 

144- Engager sur 5 ans un nouveau plan d’isolation thermique des logements

 

145- Encourager davantage les véhicules hybrides, électriques et/ou autonomes en modifiant le système du bonus/malus

 

146- Favoriser le développement des réseaux de chaleur

 

147- Flécher une partie des financements disponibles à la BPI pour financer la transition écologique et le développement des circuits courts


 

Cet article est le 2970ème sur le blog MRC 53 - le 202ème dans la catégorie MRC national

Bastien Faudot, le 12 décembre 2016, parlant à la presse devant le siège du Parti socialiste

Bastien Faudot, le 12 décembre 2016, parlant à la presse devant le siège du Parti socialiste

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article

commentaires