Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 22:36

 

Cette réforme met fin à la sécurité sociale d’Ambroise Croizat

 

Dans le bulletin d’octobre 2018, REsistance SOciale publie les notes de Jean-Claude Chailley sur le projet de retraite à points préparé par le gouvernement français. Voici la première partie de cette intéressante analyse du projet.

 

NON à la retraite à points !

 
Les réformes précédentes :

1967 : De Gaulle divise la Sécurité Sociale en branches, dont la branche retraites, prélude à un éclatement qu’on a pu empêcher jusqu’à maintenant 
1993 : Réforme Balladur : privé. Entraîne une baisse constante des pensions 
2003 : Réforme Raffarin – Fillon : alignement tous régimes sauf régimes spéciaux. 
2010 : Réforme Fillon – Woerth : alignement des régimes spéciaux. 
2018 : Réforme Macron – Philippe : le PLFSS 2019 entend désindexer les pensions de l’inflation : tous régimes. 
2018 – 2019 : Macron – Buzyn veulent imposer la réforme à points : tous régimes.

Une réforme fondamentale :

-  Agnès Buzyn : « ce ne sera pas une énième réforme des retraites…ce n’est pas un problème technique c’est un projet de société ». (Buzyn est claire : le problème n’est pas la mise au point « technique ») 
-  
CGT : Catherine Perret (bureau confédéral)  : « c’est un big-bang. L’objectif c’est une chute sans fin des pensions qui représentent 14 points de PIB en France, les exigences de l’Union européenne étant de 11 % » 
-  
FO : » individualisation et incertitude permanente, régime unique et ainsi casse des régimes existants et donc des statuts selon une logique de « déprotection », menaces sur nos principes de solidarité et d’égalité. La retraite par point c’est le travail sans fin, le régime unique c’est un modèle inique ». 
-  
FSU : « La transformation d’un système par annuités en un régime à points … remet en cause le code des pensions lié au statut de la fonction publique… ». 
-  
Solidaires : Nous passerions donc d’un régime qui présente une sécurité certaine à un régime fait d’incertitudes…L’objectif est d’adapter le système des retraites aux contraintes économiques et démographiques... »

Qu’est-ce que la réforme à points ?

-  L’acquisition de points : les cotisations sociales d’un mois (salaire socialisé) sont divisées par le prix d’acquisition du point à ce moment. Donc on obtient un nombre de points. Ce nombre de points est cumulé tant qu’on travaille. 
-  
La pension : c’est le nombre de points accumulé multiplié par le prix de service du point à un moment donné. Le prix de service est différent du prix d’acquisition. 
-  
Contrairement aux mensonges médiatiques les 16 millions de retraité-e-s sont donc concerné-e-s.

Macron : « C’est l’équité : 1 euro cotisé donne les mêmes droits pour tous ». L’équité c’est le libéralisme opposé à l’égalité. Ce principe est si libéral qu’il ne peut pas être appliqué intégralement : 
-  Une personne née handicapée, ne pouvant pas travailler, n’aurait aucune pension. C’est cela « l’équité ». 
-  Macron est donc obligé d’aménager « l’équité », à grand renfort de com anesthésiante. 
-  La réforme à points est viscéralement libérale, individualiste : elle détruit la solidarité de notre Sécurité Sociale qui réduit nettement les inégalités dans les pensions, même si c’est insuffisant. 
-  En Suède – le modèle de Macron, le modèle européen - les inégalités augmentent sans cesse. Les carrières hachées, les femmes sont particulièrement pénalisées. _
 Nous opposons l’égalité.

Pas de borne d’âge. L’âge de départ en retraite maintenu à 62 ans (voire 63 ans par pénalisation à 62 ans), c’est du trompe l’œil ! 
-  Il faudra travailler jusqu’à ce qu’on ait assez de points, et ça sera de plus en plus âgé. 
-  En Suède on va vers les 70 ans, en cumulant de plus en plus souvent emploi et retraite pour survivre. 

Double impossibilité de connaître le montant de sa pension. 
-  Le prix d’acquisition des points varie. Pour faire baisser la pension on augmente le prix d’acquisition, donc on obtient moins de points. 
-  La valeur de service du point lorsqu’on prend sa retraite ou lorsqu’on est en retraite varie. Pour faire baisser la pension on la réduit. 
-  
Donc le flou total, dans la certitude que les pensions baisseront. En Suède où elles ont déjà beaucoup baissé.

Suppression des 42 régimes de retraite, privé, public, régimes spéciaux, régimes complémentaires. 
-  Les 75 % du salaire des 6 derniers mois dans le public disparaissent. 
-  Les 25 meilleures années du privé aussi, ainsi que les avantages éventuels de tel ou tel régime. 
-  La pension est constitutive du statut de la fonction publique, statut que Macron veut détruire définitivement, comme tous les statuts (cf CAP 22) 
-  Attaquer la retraite, le statut qui lui est lié, c’est attaquer le salaire dans toutes ses composantes (salaire brut, salaire socialisé).

La règle d’or 
-  Les pensions à un moment donné résultent des décisions du comité de pilotage en fonction des majorités politiques, des priorités, des « contraintes » budgétaires européennes ou autres, d’une crise, de l’espérance de vie… 
-  Les jours de crise, on baisse les pensions (pendant la dernière crise les pensions ont baissé de 9 % en Suède). La pension est déjà passée de 70 à 55 % et ça continue. 

Aucune justification à la baisse des pensions : 
-  Il n’y a pas de déficit des retraites (mais à quel prix !), ni même de déficit prévu.- Il y a de l’argent : en 2019 le gouvernement accroît les exonérations et exemptions de cotisations sociales (salaire socialisé) de 20 à 25 Md en année pleine, pour un total qui devrait approcher les 70 Md. 70 Md c’est plus que le déficit de la France ! 
-  L’Agirc et l’Arrco (fusionnés le 1er janvier 2019) ont 116 Md de réserves nettes. Le gouvernement osera t-il les voler aux retraités actuels et futurs ?
(...)

 

Rappel (26 février 2017) : Réflexions de Gérard Beillard (MRC 53) en lien avec des retraités
 

Cet article est le 3106 ème sur le blog MRC 53 - le 54ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

 

Le 23 septembre 2010, à Laval (Mayenne), manifestation pour les retraites

Le 23 septembre 2010, à Laval (Mayenne), manifestation pour les retraites

Partager cet article
Repost0

commentaires