Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 21:38

 

Un projet contraire aux principes fondateurs de la Sécurité sociale

 

A la suite d'une discussion au sein de la Gauche Républicaine et Socialiste à Laval sur le sujet d'actualité qu'est le projet de réforme des retraites, Gérard Beillard * a souhaité rassembler ses idées sur cette question qui est à l'origine de mouvements sociaux importants. Voir La lutte déterminée du monde du travail contre la réforme des retraites. Voici le texte qu'il m'a transmis hier.

 

Mobilisons-nous pour nos retraites. Exigeons le retrait du projet de loi

 

 

Combattre pour nos retraites, dans le privé comme dans le public, n'est pas illusoire car c'est combattre aussi pour nos enfants et petits-enfants afin qu'ils aient aussi une retraite décente. Nous sommes en fait devant le même combat qu'ont mené et gagné dans des conditions autrement plus dures et dramatiques nos parents et grands-parents.

 

L'attaque contre nos régimes de retraite est une attaque des milieux financiers contre notre système de solidarité fondé sur la répartition et la redistribution, le plus juste socialement. Dans ce monde où il n'y a que le profit qui compte et l'idéologie néolibérale, le gouvernement déroule le tapis rouge aux fonds de pension.

 

La première étape a été franchie en privatisant la retraite des hauts cadres gagnant plus de 10 000 € par mois, ce qui va engendrer une perte d'argent pour notre régime et profiter évidemment aux multinationales des fonds de pension. Le but du gouvernement, même s'il s'en défend, est sa généralisation.

 

Le gouvernement s'en prend ainsi frontalement à notre modèle social issu du Conseil National de la Résistance. Une grande faute et la remise en cause de notre philosophie républicaine, sociale et laïque. Ce gouvernement aura à rendre des comptes devant l'histoire. Il stigmatise les salariés et monte les Français les uns contre les autres, comme si les salariés étaient des privilégiés.

 

Les 42 régimes qui seraient détruits (80 % dans le privé) sont le fruit des luttes et revendications liées à la réalité d'exercice des métiers. Cette diversité sert de prétexte à Monsieur Macron pour diminuer les retraites de toutes et tous. Au nom de l'uniformisation (l'universel), il a déjà supprimé quatre des principales sources de pénibilité et, en plus aujourd'hui, il fait des spécificités pour certains métiers. Cela n'est fait que pour imposer une retraite par points et satisfaire les fonds de pension.

 

La règle d'or de cette réforme est de s'en prendre dans l'immédiat aux retraités actuels. Elle vise les futures retraités de tous les régimes, privés et publics, et les générations futures. Travailler plus tard, quand bien même l'âge de la retraite est prévu à 64 ans, plus deux ans de surcote, sera très souvent indispensable. Travailler jusqu'à 66 ans, voire 70 ans pour cause de pension trop faible (cumul emploi-retraite), ce qui sera le cas du plus grand nombre de nos concitoyens.

 

Le résultat sera la baisse des pensions, quelles que soient les promesses. L'Etat, via sa nouvelle "gouvernance innovante", aura tout pouvoir pour baisser les pensions à tout moment. La stratégie de Monsieur Macron et du néolibéralisme sera de diminuer le nombre de points obtenus pour un même salaire et de limiter la revalorisation du point ou même de la baisser. Ils veulent en arriver là et ont l'appui du patronat, des banques et de la finance pour cela.

 

Les nombreux dispositifs de solidarité de la Sécurité sociale qui compensent les aléas de la vie (maladie, accident, maternité, réversion, chômage et autres) devraient théoriquement disparaître et, lorsqu'il n'y aura pas de travail, il n'y aura pas de point. C'est cela la justice sociale !

 

Ce que veut mettre en place ce gouvernement, c'est donner aux spéculateurs notre trésor de la solidarité liée à la répartition et à la redistribution selon nos moyens. Il veut transformer en assistance (qui "coûte un pognon de dingue" et sera donc rabotée sans fin), comme en Suède, où il n'y a plus aucune réversion, et même en Allemagne, où de plus en plus de retraités vivent sous le seuil de pauvreté.

 

Cette réforme va accélérer à la retraite les inégalités salariales entre les femmes et les hommes. Ainsi, les retraitées salariées, dont la retraite n'est pas digne de leur vie de labeur, seront en plus pénalisées.

 

Ce gouvernement Macron s'inscrit dans un projet ultralibéral de l'avenir. L'humanité se perd. Il est temps d'ouvrir les yeux et de dire non à cette réforme des retraites.


 

* Gérard Beillard est retraité à Saint-Berthevin, ancien ouvrier du textile lavallois, syndiqué à la CGT, militant dans des associations citoyennes (Résistance sociale, Réseau CiViQ).

 

Cet article est le 3146 ème sur le blog MRC 53 - le 57ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites

Gérard Beillard

Gérard Beillard

Partager cet article
Repost0

commentaires