Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

27 avril 2022 3 27 /04 /avril /2022 16:09

 

Face aux horreurs de la guerre en Ukraine, opter pour la solidarité européenne

 

Après avoir lancé l'alerte à la famine en conséquence de la guerre russe en Ukraine (voir André Pflimlin lance l'alerte à la famine et propose de réguler le marché), André Pflimlin, ancien ingénieur de l'Institut de l'élevage, auteur du livre Europe laitière - Valoriser tous les territoires, membre de l'Académie d'agriculture, a écrit ce texte en tant que citoyen (24 avril 2022).

 

L’embargo sur le gaz russe, plutôt que la livraison d’armes, pour arrêter la guerre ?


 

Faut-il relancer la course aux armements pour soutenir l’Ukraine ? En tant que citoyen, on doit s’interroger sur ces choix qui nous engagent, avec, en prime, un risque d’escalade et de surenchère aux dépens des vies humaines et au profit des marchands d’armes. On n’a pas le choix ? Vraiment ? Cela mériterait débat pour le moins !

 

L’UE continue d’acheter du gaz, du pétrole, du charbon russes, pour un milliard € par jour !. Ainsi depuis deux mois l’UE a versé 60 Mds € à la Russie permettant à Poutine de continuer cette guerre. Somme à comparer aux 3 $Mds d’armements livrés par les USA à l’Ukraine. Si nous arrêtons ces achats d’énergie fossile russe, Poutine ne peut pas trouver de suite de nouveaux clients, surtout pour le gaz, et sera obligé de négocier très rapidement.

 

Face à cette guerre et aux horreurs subies par les habitants de Marioupol, de Kharkiv et autres villes martyres, où des centaines de milliers de personnes n’ont plus de chauffage depuis deux mois, plus de nourriture, ni d’eau, cachées dans des caves, sous une pluie de bombes de plus en plus sophistiquées, de plus en plus meurtrières, ne sommes-nous pas capables de prendre des mesures nationales et européennes de rationnement, notamment de réduire un peu le chauffage en hiver et nous passer de climatisation cet été, pour nous passer de suite du gaz russe ?

 

Les Pays Baltes l’ont fait depuis début avril ; ils ont montré l’exemple en mutualisant leurs stocks. La plupart des pays de l’Union pourraient faire de même, notamment la France qui dispose de trois mois de stocks et ne dépend du gaz russe que pour 20%. L’Allemagne est nettement plus dépendante mais elle devra choisir elle aussi malgré les mises en garde de la Deutsche Bank, du ministre de l’économie et des industriels craignant l’effondrement de l’Allemagne !

 

Or une équipe d’universitaires de haute volée (Los Angeles, Londres, Bonn, Munich) a publié le 7 mars une étude qui montre que l’arrêt immédiat des importations de charbon, pétrole et gaz russe pour l’Allemagne, le grand pays de l’UE le plus dépendant de la Russie, pourrait se traduire par une réduction du PIB de 0,3 à 3% (à comparer avec la perte de PIB 4,5% du Covid en 2020). Soit une perte de l’ordre de 100€ à 1000€ par habitant par an. Ce n’est pas rien mais cela permet de mieux réaliser ce que vaut la vie des Ukrainiens aujourd’hui et le prix de notre liberté demain.

 

Cette étude a été reprise par les 2 principaux auteurs anglo-américains et élargie à l’ensemble des pays de l’UE avec la collaboration avec des enseignants–chercheurs de Sciences-Po. Cette étude a été publiée début avril apparemment sans faire la une des médias ! Et pourtant le message est très clair ! Pour la France, l’embargo immédiat et total se traduirait par une perte de PIB de 0,15 à 0,30% ! Pour l’Allemagne les chiffres précédents sont confirmés, les auteurs estimant que cette perte de PIB resterait globalement modérée et pourrait être absorbée. De même pour l’ensemble de L’UE, mais avec des variations fortes entre pays. Une taxation de 40% des énergies fossiles russes aurait un effet également très fort (-80% d’importations)

 

N’est-il pas étonnant que ces études qui montrent que le coût économique serait modéré pour l’Allemagne et faible pour la France, n’aient pas fait l’objet de débats publics alors que nous découvrons tous les jours de nouveaux crimes perpétrés par l’armée russe sur les populations civiles ukrainiennes ? En continuant à utiliser le gaz russe, nous finançons ces crimes !

 

Si nous acceptions tous de réduire notre chauffage et de rationner temporairement les secteurs industriels les plus consommateurs de gaz, nous pourrions nous passer du gaz russe et obliger Poutine à négocier, donc sauver les survivants héroïques de tant de villes. Pourquoi nos politiques n’ont-ils pas le courage de parler clair, d’en appeler à notre coresponsabilité pour arrêter cette guerre qui a déjà fait dix millions d’exilés et tous ces bombardements que nous continuons à financer ? Pourquoi parier sur un réarmement qui amplifie la guerre et les destructions à court terme alors qu’un embargo immédiat sur le gaz permettrait de les arrêter plus rapidement et plus sûrement ?


 

Cet article est le 3184 ème sur le blog MRC 53 - le 464ème, catégorie AGRICULTURE et PAC

André Pflimlin, le 7 septembre 2015, à Bruxelles, près des locaux de la Commission européenne, lors de la grande manif EMB des éleveurs laitiers

André Pflimlin, le 7 septembre 2015, à Bruxelles, près des locaux de la Commission européenne, lors de la grande manif EMB des éleveurs laitiers

Partager cet article
Repost0

commentaires