Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 16:05

Non au néolibéralisme, oui à une nouvelle gauche

 

Les Amis de ReSPUBLICA, qui mettent en ligne chaque semaine sur www.gaucherepublicaine.org le « journal du réseau de la gauche républicaine, laïque, écologique et sociale », ont fait un choix récemment entre deux orientations républicaines, l’une mettant l’accent sur la laïcité au-delà des clivages politiques, l’autre sur la construction d’une nouvelle gauche, capable de s’opposer au néolibéralisme et de défendre la laïcité.

 

C’est la seconde qui l’a emporté, celle qui met en avant les valeurs républicaines traditionnelles françaises par opposition au néolibéralisme et à la culture anglo-saxonne. Pour ces militants, il ne s’agit pas de négliger la laïcité, mais celle-ci est menacée, en même temps que la République, par la déferlante néolibérale anglo-saxonne.

 

C’est la responsabilité de la nouvelle gauche de promouvoir une République sociale et laïque, novatrice et émancipatrice, respectant la tradition et porteuse de la laïcité, c’est-à-dire, la séparation stricte entre la sphère publique et la sphère privée. Les Amis de ReSPUBLICA souhaitent s’engager dans cette démarche politique et apporter leur contribution.

La Chronique d'Evariste dans le dernier numéro (n° 561) paru le 26 septembre (Lien permanent vers cet article) se présente ainsi, pour l’essentiel :

« Ligne de Respublica : une nouvelle gauche, républicaine et laïque ».

« A l'aube d'une gauche nouvelle, Respublica réaffirme sa ligne héritière d'une tradition républicaine et laïque, ancrée résolument dans les idéaux héritiers de la tradition de la pensée française depuis 1789.

En conséquence de quoi, la lutte contre le néolibéralisme et toutes les politiques qui le soutiennent est une priorité ; comme il est une priorité de mettre en lumière les effets dévastateurs de ce système économique, car seule la mise à nu, l'explication et la compréhension des mécanismes permettent la conscience et l'action politique qui sont des marques indiscutables des citoyens de notre pays.

La défense de la Laïcité passe par le respect de la stricte séparation entre la sphère privée et la sphère publique et sur le fait que nulle loi liberticide ne doit venir s'attaquer ou entraver l'intimité de la pensée, la liberté de conscience et d'expression, le libre usage de son corps.

A cet égard, la distinction entre les différentes formes de laïcité est essentielle. Il n'est pas question pour Respublica d'accepter une laïcité dite « ouverte » ou « libérale », ainsi qu'une vision communautariste de la société. La laïcité permet l'égalité de tous les citoyens devant les lois de la République, ce que la logique communautariste ne reconnaît pas.

De même, la République doit être le garant de la séparation entre sphère privée et sphère publique, car c'est parce que cette séparation existe qu'alors des institutions comme l'école, les hôpitaux et tous les biens communs mis au service des citoyens peuvent fonctionner pour tous, de manière égalitaire, sans avoir à subir dans leur fonctionnement des prises de positions qui relèvent uniquement de la sphère privée (que celle-ci émanent de convictions d'origines religieuses ou d'une autres éthiques de vie).

Sur le plan politique, le bouleversement engendré par le néolibéralisme n'est pas que social et économique, il est fondamentalement culturel et éthique. Avec ce modèle économique dominant déferlent sur nous les valeurs qui l'ont engendré, qui lui sont fondatrices et qui animent les libéraux anglo-saxon : visions de l'individu, de son rapport au monde et à la société.

C'est parce qu'elle remet en cause nos valeurs de vie sur tous ces plans que la morale anglo-saxonne est dangereuse pour notre pays et que le libéralisme détruit notre société et les individus qui la composent. De toute son histoire, l'orientation de la politique française n'a jamais été autant tournée vers une destruction de nos valeurs et l'embrassement des valeurs anglo-saxonnes.

Face à un choc culturel et éthique tel que celui-ci, la simple refonte sur le plan politique et social est une réponse bien trop faible. A cette attaque en règle des valeurs qui sont les nôtres, la réaction de la gauche ne peut faire l'impasse d'une remise en cause de ses valeurs fondatrices et de sa manière d'agir.

Dans ce contexte de réaction face à l'oppression néolibérale, Respublica aura pour soucis de contrer les changements de valeurs opérés, d'en montrer les ressorts et les enjeux, d'opposer à ces valeurs d'autres référents identitaires, porteurs des idées républicaines laïques et sociales de gauche (…).

Dans le cadre d'une reconstruction de la gauche, Respublica militera sur plusieurs plans : Le journal militera pour l'édification d'une pensée où oeuvrent toutes les traditions fondatrices de la gauche française, car seule une telle logique est à même de produire une idéologie capable de pacifier les divergences, de créer une réelle unité d'action, et de ramener les rancunes intestines au rang de parasites rétrogrades.

Respublica entend promouvoir et encourager les idées novatrices sur les plans politiques, économiques, mais aussi culturels et éthiques : usage de nouveaux penseurs non plus comme référents secondaires mais comme véritables piliers fondateurs ; usage de la tradition de la pensée française et des valeurs qui lui sont propres ; prise en considération de l'individu ; féminisme et identité masculine ; égalité des citoyens ; conception de la justice et institutions ; écologie et représentation du monde ; éducations ; rapports à la société ; communication, psychologie et média ; usage personnel du corps et bioéthique.

Dans le cadre de la République sociale et laïque, tout ce qui relève de la pacification du rapport au monde, à autrui et à soi-même, en tant que citoyen, est directement profitable à la société. Aucune société ne perdure là où les valeurs culturelles et éthiques proposées conduisent à des rivalités fratricides, et où le fonctionnement social a pour conséquence le mal être des individus.

C'est pourquoi Respublica défend la laïcité et refuse la logique d'un prétendu « choc des civilisations » qui liguerait un « occident chrétien » contre un « monde islamiste », intégriste par nature. A elle seule, cette doctrine illustre la logique de fond de la culture et de l'éthique anglo-saxonne libérale : obscurantisme et vulgarité de pensée.

La République laïque française s'est élevée non dans les guerres de religions, mais dans sa capacité à opposer le progrès, d'où qu'il vienne, face à l'obscurantisme, la fraternité face à la méfiance, le savoir face à la bêtise, l'effort de pacification face aux esprits belliqueux et craintifs. C'est pourquoi la défense de la République passe inévitablement par l'émancipation du savoir, la défense de la laïcité et la construction de la paix.

La République est une audace, un pari, un grand acte de confiance. Elle repose sur une mise en commun d'efforts, d'énergies, pour que chaque citoyen qui la compose puisse recevoir les fruits de son investissement en paix, en sérénité de vie avec autrui, en assurance qu'il a d'avoir à sa disposition des moyens légaux et respectueux pour bâtir le parcours individuel qu'il aura choisi pour sa vie. La République de 1789 a été un tel souffle précisément parce qu'elle a ouvert la possibilité d'une nouvelle forme de société aux individus.

La Gauche républicaine ne relèvera le défi qui lui est posé qu'à la condition de s'inscrire dans la logique de cette tradition. Aujourd'hui, une guerre culturelle et éthique est engagée entre nos valeurs, porteuses de la République, et les valeurs anglo-saxonnes, porteuses de la vulgarité néolibérale. Entre ces deux systèmes, un seul peut avoir la suprématie en un même lieu. La France de notre époque sera le théâtre de cet affrontement. C'est tout l'enjeu de la nouvelle gauche, et c'est dans ce cadre que s'inscrira la ligne de Respublica ».

Partager cet article
Repost0

commentaires