Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 19:54

Une intercommunalité renforcée par la loi Chevènement

 

La coopération intercommunale entre Laval et les communes voisines a commencé en 1963, à l’initiative du Docteur Le Basser. C’était le District Urbain de Laval. Les lois Joxe et Chevènement l’ont fait évoluer vers une Communauté de Communes, en 1993, puis une Communauté d’Agglomération, en 2001.

Les maires de Laval ont toujours présidé la structure intercommunale : Francis Le Basser (1964), Robert Buron (1971), André Pinçon (1973), François d’Aubert (1995) et Guillaume Garot, depuis le 10 avril 2008.

Laval Agglo, c’est 20 communes qui ont décidé de s’associer et d’exercer ensemble certaines compétences, selon les dispositions prévues par la loi Chevènement (1999). Voir, plus loin, des informations, qui sont sur le site http://www.agglo-laval.fr.

Après les élections municipales, les 9 et 16 mars, la structure communautaire réunissait, le 10 avril,  les 91 délégués des conseils municipaux afin d’élire le président et les vice-présidents de la communauté d’agglomération.

Par rapport aux élections municipales 2001, le seul changement politique, mais il est de taille, concerne Laval. La victoire de la gauche, dès le premier tour, le 9 mars, a fait du député-maire (PS), Guillaume Garot, le président de Laval Agglo. Il était le seul candidat (Laval n’est pas Marseille !), car il avait pris soin de proposer aux 19 autres maires un partage équilibré des responsabilités et la plus grande transparence dans la gestion pendant les six années de mandat.

A y regarder de près, en dehors de Laval, les 19 autres communes ont connu une grande stabilité politique. Les nouveaux maires sont dans la continuité de leurs prédécesseurs : Pierre-Yves Mardelé après Henri Houdouin à Bonchamp, Olivier Richefou après Georges Heuveline à Changé, Alain Boisbouvier après Victor Landais à Louverné, Elisabeth Pannard après Daniel Guérin à Parné-sur-Roc, Michel Desprez après Dominique Delaunay à Nuillé-sur-Vicoin, Jean Brault après Patrick Réautez, Jean Bodin après Hubert Lardeux à Entrammes.

Le chef de file de l’opposition lavalloise, François Zocchetto, sénateur UDF (qui devait prendre la présidence de Laval Agglo si François d’Aubert - UMP- avait été réélu maire de Laval), est isolé au Conseil communautaire, seul représentant de la minorité lavalloise. C’est la conséquence des décisions des conseils municipaux de St-Berthevin, Bonchamp et Changé, qui ont refusé de désigner des délégués de leur opposition.

Sur ce point, la législation est en cause. Les délégués communautaires devraient être élus au scrutin proportionnel dans les villes de plus de 3 500 habitants (qui élisent les conseillers sur des listes, selon la représentation proportionnelle, avec prime à la liste majoritaire).

En résumé, le départ de Laval Agglo 2008 est réussi. Chaque vice-président a des responsabilités. En voici la liste (selon Ouest-France, 11 avril 2008).

Bureau de Laval Agglo (président et 27 vice-présidents)

 

Laval : Guillaume Garot, président de Laval Agglomération,

 

Montflours : Annick Ragaru, 1ère vice-présidente (environnement),

St-Berthevin : Yannick Borde, 2ème vp (emploi et développement économique),

L’Huisserie : Christian Briand, 3ème vp (aménagement),

Laval : Jean-Christophe Boyer, 4ème vp (ressources et finances),

Argentré : Christian Lefort, 5ème vp (prospective),

Laval : Idir Aït-Arkoub, 6ème vp (innovation),

Bonchamp : Pierre-Yves Mardelé, 7ème vp (loisirs),

Changé : Olivier Richefou, 8ème vp (administration générale),

Laval : Nicole Peu, 9ème vp (habitat et logement),

Ahuillé : Pierre-Marie Ledauphin, 10ème vp (zones d’activité),

Laval : Yan Kiessling, 11ème vp (développement social),

Louvigné : Jean-Bernard Le Galliot, 12ème vp (plan de déplacement urbain),

Laval : Claude Gourvil, 13ème vp (politique des déchets),

St-Germain-le-Fouilloux : Marcel Blanchet, 14ème vp (relations institutionnelles),

Louverné : Alain Boisbouvier, 15ème vp (contrôle de gestion),

Forcé : Annette Chesnel, 16ème vp (équilibre du territoire),

Laval : Françoise Ergan, 17ème vp (transports),

Parné-sur-Roc : Elisabeth Pannard, 18ème vp (réflexion sur les nouveaux transferts),

Laval : Gisèle Chauveau, 19ème vp (enfance et jeunesse),

Nuillé-sur-Vicoin : Michel Desprez, 20ème vp (nouvelles technologies information et communication),

La Chapelle-Anthenaise : Jean Brault, 21ème vp (recherche),

Soulgé-sur-Ouette : Jean-Michel Faguer, 22ème vp (culture),

Châlons-du-Maine : René Landais, 23ème vp (tourisme),

Entrammes : Jean Bodin, 24ème vp (personnel),

Laval : Catherine Romagné, 25ème vp (qualité des services publics),

Montigné-le-Brillant : Michel Peigner, 26ème vp (cadre de vie),

St-Jean-sur-Mayenne : Maurice Duval, 27ème vp (politique de l’habitat).


Pour information, voici des éléments que l’on peut retrouver sur http://www.agglo-laval.fr

Conseil communautaire 

A l'occasion des élections municipales, les Conseillers Municipaux sont élus pour 6 ans dans les communes. Les Conseillers Municipaux désignent parmi eux les Conseillers Communautaires qui les représentent à Laval Agglomération.

Leur nombre par commune dépend de la population sur cette même commune : 2 pour moins de 2 000 habitants, un Conseiller en plus par tranche de 1 000 habitants supplémentaires, 30 pour la ville-centre de Laval.

Bureau communautaire : 28 membres (le président et 27 vice-présidents), qui sont issus de : Laval (9), 1ère couronne* (5), 2ème couronne** (14).

* 1ère couronne de Laval (54 000 habitants) : St-Berthevin (7 000), Bonchamp-lès-Laval (5 300), Changé (5 200), L’Huisserie (4 000), Louverné (3 500).

** 2ème couronne : Argentré (2 500), Entrammes (2 000), Ahuillé (1 700), Montigné-le-Brillant (1 300), Parné-sur-Roc (1 200), St-Jean-sur-Mayenne (1 200), Nuillé-sur-Vicoin (1 100), Soulgé-sur-Ouette (1 000), Forcé (900), La Chapelle-Anthenaise (900), Louvigné (800), St-Germain-le-Fouilloux (700), Châlons-du-Maine (400), Montflours (200).

Laval Agglomération est le résultat de 45 ans d'intercommunalité... Du District urbain de Laval à Laval agglomération (1963-2008)

 Décembre 1963 : création du District Urbain de Laval. Il est composé au départ de 9 communes : Bonchamp, Changé, Entrammes, Forcé, Laval, L'Huisserie, Louverné, Montigné-le-Brillant, St-Berthevin.

1964 : Francis Le Basser est élu Président du District.

1965 : Nuillé-sur-Vicoin, puis 8 nouvelles communes, rejoignent le District : Argentré, Châlons-du-Maine, La Chapelle-Anthenaise, Louvigné, Parné-sur-Roc, St-Germain-le-Fouilloux, St-Jean-sur-Mayenne et Soulgé-le-Bruant (qui fusionnera en 1978 avec Nuillé-sur-Ouette pour former Soulgé-sur-Ouette). En 1966, ce sera le tour de Ahuillé.

1971 : Robert Buron est élu Président du District, puis André Pinçon en 1973.

1989 et 1990 : création du Seal, Syndicat d'études de l'agglomération lavalloise, puis du Siacl, Syndicat intercommunal de l'aménagement de Changé-Laval.

Novembre 1993 : création de la Communauté de Communes du Pays de Laval. Composée de 19 communes, la CCPL remplace à la fois le District, le Seal et le Siacl.

1994 : Montflours rejoint la CCPL, qui compte désormais 20 communes.

1995 : François d'Aubert est élu Président de la CCPL.

Janvier 2001 : création de la Communauté d'Agglomération de Laval. Composée de 20 communes, elle remplace la CCPL. F d'Aubert est élu Président de la Communauté d'Agglomération de Laval.

2002 : adoption du "nom de marque" Laval Agglomération (ou Laval Agglo).

2008 : Guillaume Garot est élu président de Laval Agglo

Chiffres clés

20 communes ; 100 180 habitants ; 43 152 hectares ; 4 124 entreprises, dont 861 de plus de 5 salariés ; 31 623 emplois salariés dans le secteur privé ; plus de 3 700 étudiants sur Laval C@mpus; budget Laval Agglomération : 126 M€ ; taxe professionnelle : 13,9% (taux inchangé depuis 1999).

Laval Agglo : 160 salariés (7 à « Laval Développement », 54 à « Services au public », 40 à « Sports-culture-loisirs », 16 à « Social », 43 à « Organisation des services »).

Compétences

Développement économique ; Enseignement Supérieur et Recherche ; Grands équipements communautaires ; Tourisme fluvial et loisirs ; Habitat ; Développement Social ; Transports urbains ; Déchets, Environnement et espaces verts

Loi et statuts

La loi Chevènement du 12 juillet 1999 a renforcé et simplifié l'intercommunalité.

Depuis cette date, il existe en France 3 types de communautés : communauté urbaine,  communauté d'agglomération, communauté de communes.

Toutes sont des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (E.P.C.I.). Un E.P.C.I. est une association de plusieurs communes au sein d'un espace de solidarité pour élaborer et conduire ensemble un projet commun de développement et d'aménagement de leur territoire.

Les 3 types d'E.P.C.I. : la communauté urbaine : un groupement de communes de plus de 500 000 habitants, sur un territoire d'un seul tenant et sans enclave. Exemple : la communauté urbaine de Nantes ; la communauté d'agglomération : un groupement de communes constitué d'un ensemble d'un seul tenant et sans enclave, de plus de 50 000 habitants avec une ville-centre de plus de 15 000 habitants. Exemple : Laval Agglomération, la seule communauté d'agglomération du Département de la Mayenne ; la communauté de communes : l'outil de coopération intercommunale du secteur rural. Exemple : la communauté de communes du Pays de Loiron, avec laquelle Laval Agglomération a réalisé un Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT).

Voir le territoire de Laval Agglo sur http://www.agglo-laval.fr/utile/decouverte-du-territoire

Partager cet article

Repost 0

commentaires