Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 18:27

Un message solidaire, laïque et universaliste

 

La motion du MRC a été présentée sur ce blog (articles parus les 7, 8, 12, 13, 14, 15, 16 et 17 mai).

17 mai 2008 Annexe à la motion du MRC (8) : le projet républicain et l'Europe

16 mai 2008 Annexe à la motion du MRC (7) : le projet républicain et la France

15 mai 2008 Motion du MRC (6) : vers la refondation républicaine de la gauche

14 mai 2008 Motion du MRC (5) : un projet républicain à la hauteur des défis

13 mai 2008 Motion du MRC (4) : crises du capital financier et du rôle des USA

L’ensemble du texte est accessible sur http://www.mrc-france.org/article.php3?id_article=398

 

L’annexe à la motion d’orientation est un rappel du projet républicain en trois parties (France, Europe, monde) adopté lors du précédent congrès, en avril 2006. Voici la troisième et dernière partie.

UN PROJET REPUBLICAIN PLUS QUE JAMAIS D’ACTUALITE

3 - DANS LE MONDE

L’incantation chère au président Sarkozy, ne suffit pas. La mondialisation libérale, c’est la mise en concurrence des « coûts » du travail. Pour revaloriser le travail, il faut changer les règles du jeu.

Pour protéger les acquis sociaux en Europe, la définition et le respect de clauses sociales et environnementales à l’OMC doivent être notre cheval de bataille. Mais cette bataille sera rude et longue.

C’est pourquoi, dès à présent, l’Union européenne doit remettre en œuvre une préférence communautaire, qui prévalait jusqu’en 1974 au sein du Marché commun, et l’appliquer aux biens et aux services. Cette préférence communautaire implique un tarif extérieur commun et c’est la seule manière de garantir le niveau social européen.

La liberté des échanges* ne peut valoir qu’entre zones de niveau économique et social comparable. Même les libéraux découvrent que l’extension sans limite du libre-échange n’apporte pas la prospérité. Il faut renverser ce dogme pour sortir l’OMC de sa crise. Il faut au contraire lier le volume de nos importations au niveau social et environnemental des pays à bas coût de main d’œuvre.

A la vision de l’OMC, nous devons opposer un projet d’organisation du commerce mondial par grands ensembles régionaux, de niveau économique et social comparable, avec liberté des échanges à l’intérieur, et régulation des échanges entre grandes zones.

La France doit rester une grande puissance politique

Plus que jamais, face à la crise qui s’annonce, c’est le contenu de la construction européenne qui est en cause. Nous avons le devoir de proposer un programme de mobilisation des instruments économiques (Pacte de stabilité, statuts de la BCE, politique du change, etc.)

Il faudra aussi simplifier la procédure de coopération renforcée et pouvoir y associer des pays du grand voisinage de l’Europe : Russie, Turquie, Maghreb. Une Union pour la Méditerranée, pour voir le jour, ne pourra pas faire l’économie des questions politiques (Turquie et UE, Proche-Orient,...)

L’échec des tentatives de fusion des nations par l’Europe, ou de fédéralisme à 27, ouvre de nouvelles opportunités : nos relations avec l’Allemagne, mais aussi avec l’Italie, dans certains domaines avec la Grande-Bretagne, doivent trouver de nouveaux développements.

Vers le Sud, la France républicaine doit faire entendre son message solidaire, laïque et universaliste. Il est nécessaire de fonder des nations sur la citoyenneté et non sur l’ethnicité ; il est souhaitable d’organiser le co-développement avec le soutien d’Etats garants du long terme et du bien public et de porter cette stratégie au cœur des institutions européennes.

La France peut jouer un rôle original et utile en direction du monde arabo-musulman. Les interventions militaires, au lieu de faire reculer le terrorisme, fouettent l’intégrisme. Ce n’est pas le choc des civilisations qui vaincra la violence, mais la coopération Nord - Sud. C’est l’alliance des civilisations qui peut tarir les sources du fanatisme et du terrorisme, imposer une paix juste au Proche-Orient. Après le fiasco américain, le moment est venu de faire valoir ces thèses.

Une défense indépendante

La défense est nationale, et doit être à la hauteur des responsabilités de la France membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Son architecture doit être clairement perceptible : son noyau demeure la dissuasion nucléaire, arme d’ultime recours qui garantit l’indépendance de notre politique ; nous devons également adapter notre stratégie et nos moyens conventionnels aux nouvelles menaces afin de protéger nos voies de communication et nos accès aux sources d’énergie.

Le lien citoyen-nation, gravement distendu par la disparition de fait du service national, doit être rétabli par la création d’un service court, obligatoire et mixte, d’une dizaine de semaines complété par un service long volontaire.

Le budget de la défense doit être progressivement porté à un niveau suffisant, notamment en ce qui concerne nos capacités de recherche. La dérive vers la fourniture de contingents aux quatre coins de la terre et le plus souvent sous commandement américain doit cesser.

En Europe, nous respectons pleinement les obligations du traité de l’Atlantique Nord, mais nous récusons les tentatives de faire de l’OTAN** une organisation militaire internationale intervenant en Asie ou au Moyen-Orient, et nous refusons la pente dangereuse qui nous conduit par l’OTAN à un alignement sur la désastreuse politique de l’administration de M. Bush.

Réintégrer pleinement les instances militaires de l’OTAN, comme veut le faire M. Sarkozy, est une grave erreur qui, au nom d’un occidentalo-centrisme à courte vue, placera la France en situation de vassalité au mépris de ses intérêts de sécurité.

Interventions prononcées lors du colloque "Mondialisation régulée des échanges et préférence européenne" du 28 novembre 2005 (www.fondation-res-publica.org).  

 ** La France doit-elle revenir dans l'Otan ?

Entretien de Jean-Pierre Chevènement avec Pierre Lelouche (propos recueillis par Patrice de Méritens, Le Figaro Magazine, samedi 12 avril 2008) à voir sur www.chevenement.fr.
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Merci, Xavier, de ces encouragements qui renforcent ma volonté de débat autour de cette motion. Les citoyens doivent se saisir de ces idées et les confronter avec leurs propres opinions, qui ne concordent pas forcément avec ce qui est écrit par les responsables du MRC.Tu as bien vu l'essentiel, la logique néolibérale, à laquelle il faut opposer une logique républicaine et démocratique. C'est très difficile parce que la finance a hypnotisé et neutralisé la politique, créant les conditions d'une forme de totalitarisme, c'est-à-dire d'emprise totale sur la société. Il n'y a pas que le religieux ou le militaire ou le politique, qui puissent être totalitaires. La finance, l'économie libérale, le libre-échange commercial, sont devenus totalitaires, les peuples ayant perdu la liberté fondamentale de mener la politique qu'ils souhaitent, dans l'intérêt général.L'enjeu de la refondation républicaine de la gauche est la reconquête du pouvoir du politique (de la démocratie) sur la finance.
Répondre
X
Sur le plan européen et international se jouent toute les capacités de la France à sortir de la logique néolibérale. C'est donc cette dimension du projet qui sera la plus dure à mettre en oeuvre pour proposer une alternative à la mondialisation libérale. Avec les questions agricoles - à l'échelle de l'Europe et du monde - et  le développement durable et solidaire, ce sont bien les défis centraux que notre civilisation doit à présent surmonter. Notre projet, cohérent et audacieux mérite cet efort de pédagogie que tu promeus fort bien. Bon courage jusqu'au congrès.
Répondre