Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 17:33

Les provinces séparatistes de Géorgie, comme le Kosovo

 

Poutine avait prévenu : il ne laisserait pas passer le précédent kosovar sans agir en Géorgie. La Russie a préparé son intervention militaire et attendu les circonstances favorables.

 

Le président géorgien Saakachvili, de son côté, s’étant engagé à reconquérir les provinces dissidentes, l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, ne pouvait plus accepter les provocations qui minaient son autorité politique. Il comptait sur ses alliés américains et européens pour renégocier le statut de ces territoires.

La Russie va se servir de ses positions de force pour renforcer son influence sur les territoires qui ne sont pas intégrés à l’Alliance atlantique et à l’Union européenne.

Son objectif principal est de neutraliser l’Ukraine et la Géorgie (voir l’article paru sur ce blog le 9 août Guerre en Ossétie du sud : la fracture est-ouest passe en Géorgie). Elle veut reconquérir une partie de la puissance passée de l’URSS.

 

Je propose des liens avec des articles de presse, qui permettent de mieux comprendre les évènements de Géorgie.

 

D’abord, Le Monde, le 11 août :

 

Les dates-clés d'un conflit latent depuis 1989 

 

Cinq questions sur le conflit en Géorgie 

 

Géorgie, OTAN, Kosovo : la revanche russe, par Nathalie Nougayrède 

 

Puis, Marianne, le 11 août (la conclusion d’Eric Dupin) :

Les vraies raisons de la guerre en Géorgie 

(…) Au-delà de la question ossète, Moscou avait une autre raison stratégique pour s'en prendre à la Géorgie. Ce pays fait des pieds et des mains pour intégrer l'OTAN. Une perspective insupportable pour Vladimir Poutine, resté le véritable maître de la Russie. Une Géorgie déstabilisée serait, à coup sûr, dans l'incapacité de rejoindre l'alliance atlantique. Or Moscou cherche à réaffirmer son influence sur ce Caucase qui faisait partie de son empire à l'époque soviétique.


Restent de triviales considérations économiques qu'on ne saurait oublier. De par sa situation géographique, la Géorgie permet de contourner la Russie par voie d'oléoduc ou de gazoduc. Ce pays est devenu un axe de transport pétrolier avec l'inauguration de l'oléoduc Bakou (Azerbaïdjan)-Tbilissi (Géorgie)-Ceyhan (Turquie). La trop fameuse société russe Gazprom s'intéresse de très près à ce qui se trame sur le territoire géorgien…


Toutes les conditions étaient donc réunies pour que Moscou prenne le risque mesuré de provoquer des cris d'orfraie en Occident en donnant une bonne leçon à la Géorgie. Les Etats-Unis multiplient les protestations verbales et l'Europe cherche tant bien que mal à dégager les voies d'un compromis. En attendant, Poutine est à la manœuvre
.

 

Et, enfin, Rue89, le 11 août :

 

Guerre en Ossétie: Moscou tente de rompre son encerclement

 

 

Voir, aussi, les précédents articles sur La Russie parus sur ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Russie
commenter cet article

commentaires