Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 22:03

La crise valide le combat des amis de Chevènement

 

Depuis les élections municipales de mars 2008, Luc Foucault est maire de Séné, petite ville de 10 000 habitants au sud de Vannes, dans le golfe du Morbihan. Il conduisait une liste de rassemblement de toute la gauche.

C’est grâce à lui que, dans sa ville, aura lieu samedi 25 octobre une rencontre interrégionale des responsables et militants du Grand ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes). Une trentaine d’inscrits, en provenance des trois régions. Et ce programme :

 

Programme de la rencontre MRC Grand ouest à Séné

 

Restaurant municipal - Rue des écoles

En face de l'Ecole Françoise Dolto- à 80 m de l'Eglise et 100 m de la mairie

Bourg de Séné 56860, au sud de Vannes dans le golfe du Morbihan

 

9h30 : Accueil (café croissant) par le maire, Luc Foucault, qui sera présent toute la journée.

 

10h : Mot d’accueil du maire et présentation de la commune et des forces politiques locales (Pays Vannetais).

 

10h15 : Mot d’accueil de Jean-Michel Tanguy (MRC 56) et présentation des équilibres politiques départementaux.

 

10h20 : Mot d’accueil de Gwénaël Doré (MRC Bretagne) et présentation de la situation politique bretonne.

 

10h30 : Mot d’accueil de Michel Sorin (MRC Grand ouest), présentation du déroulement de la journée et de la situation politique nationale.

 

11h : Les militants présents se répartissent selon leur région (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes), désignent parmi eux un animateur et un rapporteur, font le point sur l’implantation du MRC dans leur région, réfléchissent aux moyens à prendre pour l’améliorer et se mettent d’accord sur des questions et propositions à faire remonter en séance plénière.

 

12h : Mise en commun en séance plénière (présentation par les trois rapporteurs, complétée le cas échéant par les participants).

 

12h30 : Fin des travaux de la matinée.

 

Déjeuner dans un restaurant du bourg (10-12 € à la charge des participants, apéritif offert par le maire). Promenade digestive à proximité du golfe, sous la conduite du maire.

 

15h : Reprise des travaux en séance plénière.

 

Points d’information par Michel Sorin, secrétaire national, concernant les grandes questions traitées par les instances nationales du MRC :

-          Comité de liaison de la gauche (forum sur la mondialisation organisé à Paris le 21 octobre),

-          Meeting à Paris, le 22 octobre, du collectif contre la privatisation de La Poste,

-          La crise financière : analyse et propositions de Jean-Pierre Chevènement à la tribune du Sénat le 8 octobre Un véritable débat national sur la crise financière,

-          Positions thématiques adoptées par le secrétariat national sur l’école (Michel Vignal), l’énergie (Gérard Pierre), La situation économique : l'épuisement du capitalisme financier  (Yves Le Hénaff), Réorienter la Politique Agricole Commune (Michel Sorin), La véritable histoire de la privatisation de La Poste et Contre la privatisation de la Poste (Georges Sarre), La réussite scolaire des filles : à quand la traduction dans le monde du travail ? (Aimée Gourdol), Le RSA : une bonne idée sous conditions (Patrick Quinqueton).

 

Points rapportés en fin de matinée : premières réponses, à chaud.

 

17h : Bilan de la rencontre interrégionale. Premières conclusions. Information concernant l’association citoyenne CIVIQ (Citoyenneté et Vie Quotidienne) – voir CIVIQ.

 

17h30 : Fin des travaux. Rencontre avec la presse, invitée à se joindre à nous à partir de 16h.

 

 

Afin de présenter la raison d’être du MRC, j’ai rédigé ce résumé à la portée de tous.

 

Le MRC veut participer à la refondation républicaine de la gauche dans le Grand ouest  

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen, présidé par Jean-Pierre Chevènement, est partie prenante du comité de liaison de la gauche (PS, PCF, MRC, PRG, Les Verts) dans le but de préparer le projet politique qui sera présenté aux Français en vue de la prochaine élection présidentielle, projet dans lequel l’électorat populaire pourra se reconnaître.

 

Dans cette perspective, qui est d’assurer la victoire de la gauche à l’élection présidentielle de 2012, le MRC propose à ses partenaires de créer un grand parti de toute la gauche, à construire par étapes mais avec obstination, en y faisant entrer toutes ses sensibilités, de manière à introduire une dynamique du rassemblement débouchant sur une véritable alternative républicaine au niveau national et à une réorientation profonde de la politique menée au niveau européen.

 

Faire désigner par les militants de toute la gauche celui, ou celle, qui portera devant les Français le projet d’une République moderne, adaptée aux enjeux du 21ème siècle, est une nécessité pour éviter un nouvel échec.

 

La crise actuelle démontre la justesse des analyses que le MRC a développées lors de son congrès des 21 et 22 juin 2008 au Kremlin-Bicêtre. Cette crise marque la fin du cycle de la finance globalisée commencé il y a trente ans. Mais face à un président de la République qui fait preuve de réactivité, mais aussi de démagogie, et parvient, pour le moment, à occulter les nombreuses incohérences de ses propos, il manque une gauche à la hauteur de ses responsabilités pour le pays.

 

Pour sa part, Jean-Pierre Chevènement s’est exprimé clairement sur la crise financière, en faisant des propositions, lors de son intervention au Sénat le 8 octobre dernier. Il a demandé un grand débat national, sur la base des constats suivants :

-          Cette crise sera profonde et durable, à la mesure des déséquilibres qui se sont creusés entre l’économie réelle et la sphère financière d’une part, mais aussi du fait de l’attitude des USA qui vivent au-dessus de leurs moyens d’autre part.

-          Cette crise marque la fin d’un cycle de trente ans d’ouverture des marchés à tout va, de dictature de l’actionnariat au mépris des exigences du long terme et des entreprises elles-mêmes.

Il convient d’en tirer les leçons. Il faut redonner aux Etats, donc aux peuples, la possibilité d’encadrer et de réguler le marché, si possible dans le cadre européen et d’un gouvernement économique de la zone euro. En effet, seuls les Etats ont la légitimité démocratique pour agir efficacement. Le mieux est qu’ils le fassent ensemble.

 

L’urgence impose d’agir dans quatre directions :

-          empêcher les faillites bancaires en chaîne,

-          enrayer la contraction massive du crédit,

-          concevoir rapidement un plan de relance économique,

-          agir au niveau international contre la crise.

 

Le MRC espère convaincre ses partenaires du comité de liaison de la gauche d’adopter ces propositions d’une orientation nouvelle pour la gauche, tenant compte des réalités et des nécessités.

 

La véritable crise est, en fait, à venir. Elle va obliger la gauche dans son ensemble à se déterminer en faveur du nécessaire retour de l’Etat et de ses interventions dans l’économie, notamment dans le crédit, afin de permettre la réalisation des investissements productifs et sociaux indispensables  (infrastructures, voitures propres, logements locatifs, etc.).

Partager cet article
Repost0

commentaires