Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 22:59

 

Des atouts naturels et une urbanisation à maîtriser

 

La rencontre des responsables locaux et départementaux du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) avait lieu samedi 25 octobre à Séné (voir MRC Grand Ouest à Séné (56) le 25 octobre : une rencontre de qualité - 26 octobre 2008).  

 

Nous avons aimé la qualité de l’accueil du maire, Luc Foucault. Après le déjeuner, il a guidé le groupe vers l’anse marine de Séné, à proximité du théâtre de verdure, et il a tenu à me montrer, après la réunion, le golfe du Morbihan dans toute sa beauté, en allant à l’extrémité de la commune.

 

Voici ce que j’ai noté de sa présentation d’accueil au début de la matinée.

 

« Séné, vivre entre ciel et mer »

 

Séné (voir Séné (Morbihan) - Wikipédia) compte environ 9000 habitants et fait partie du pays vannetais (limitrophe de Vannes dans sa partie nord) au cœur du golfe du Morbihan.

 

En dehors du quartier du Poulfranc (4000 habitants, zone industrielle) à proximité de Vannes, les sinagots (ce nom des habitants de Séné vient du nom du bateau de pêche local, le sinago) se répartissent entre le bourg et 13 villages côtiers.

 

Séné est connu par son patrimoine naturel où la mer se mêle à la campagne. Les marais de Séné constituent une réserve nationale ornithologique. La partie côtière (47 km) n’a pas son équivalent en France métropolitaine. Les promeneurs disposent de 110 km de sentiers à la portée de tous.

 

Une forte pression foncière

 

La population est vieillissante. Dans les écoles, une classe ferme chaque année. En 2015, la moitié de la population aura plus de 60 ans. Il faut ramener des jeunes, donc des familles, ce qui passe par la maîtrise foncière et les difficultés avec les promoteurs.

 

La pression foncière est forte, 76 % du littoral étant inconstructible. Entre les deux tours du scrutin municipal, en mars 2008, les promoteurs avaient déposé trois demandes de permis de construire de résidences standing. Ils ne doivent pas regretter aujourd’hui, du fait de la crise immobilière, que le nouveau maire les ait retirés (il en a le droit au cours des trois premiers mois de son mandat). Dans cet environnement exceptionnel, la collectivité doit conserver la maîtrise de l’urbanisation.

 

En matière d’urbanisation de l’agglomération vannetaise, les jeunes trentenaires ne sont pas bien traités. Ils sont rejetés au-delà de 20 km au nord, à l’intérieur des terres. Les plus âgés vivent entre la route nationale Nantes-Lorient et la mer.

 

480 logements sociaux à construire pour respecter la loi SRU

 

Il manque des logements sociaux et des emplacements. Le taux de 20% est loin d’être atteint (seulement 7,8%). Mais l’expropriation et la viabilisation mettent les prix des terrains à 250-300 euros le m². Impossible, dans ces conditions, de construire les 480 logements sociaux qui manquent d’ici 2014 pour atteindre le taux de 20% exigé par la loi Solidarité et renouvellement urbains (SRU). Le maire actuel a demandé l’aide du préfet.

 

En 2001, le maire sortant PS n’avait pas été réélu (sa liste, sur laquelle était le maire actuel, n’avait fait que 33%) parce qu’il avait inscrit la construction de logements sociaux à son programme.

 

En 2008, la liste de gauche conduite par Luc Foucault a été élue sur ce même programme mais, entre temps, la population a changé de position sur les questions du logement et de l’environnement.

 

Une belle victoire municipale en mars 2008

 

Cette fois-ci, il y avait trois listes : la liste du maire sortant UMP, une liste indépendante et la liste d’ouverture, qui a fait 48% au 1er tour et 56% au second tour, prenant la moitié des 16% de la liste indépendante.

 

Cette liste, conduite par Luc Foucault* (MRC), qui a 23 élus sur 29 (voir le site officiel de la commune de Séné), comprenait toutes les composantes de la gauche (4 PS, 2 PCF, 3 Verts, 3 altermondialistes, 1 alternatif) et au-delà, avec 1 MoDem et des associatifs. Les associations culturelles étaient au cœur du projet municipal (création d’un espace culturel).

 

Luc Foucault était MDC (Mouvement des Citoyens) depuis 1997, puis MRC depuis 2003. Pour lui, Jean-Pierre Chevènement est un modèle, qui lui permet de parler vrai, sur la base des valeurs républicaines (notamment la fraternité, à l’occasion des mariages).

 

A noter que Séné se distingue électoralement par son caractère rebelle. Son vote est différent de celui de Vannes, dont le député maire est UMP (Goulard ne faisait que 43% à Séné aux élections législatives de 2007). Cela s’est vérifié aussi lors du référendum européen le 29 mai 2005 (51% de oui, 56% à Vannes). Cette particularité est liée probablement au fait que le golfe du Morbihan est quasiment une presqu’île.

 

* Luc Foucault habite depuis 1998 à Séné. Il est directeur commercial d’une entreprise agroalimentaire - à temps partiel (mi-temps) depuis qu’il est maire.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Régions info ouest
commenter cet article

commentaires