Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 22:56

Reconstruire après une faillite monumentale

L’effondrement du capitalisme financier est à la mesure de l’énorme bulle dans laquelle la finance mondiale évoluait depuis quelques années. Les dégâts ne sont pas tous connus, mais leur gravité ne fait aucun doute. Il va falloir reconstruire. Le Parlement a été sollicité par le président de la République pour apporter sa contribution.

Selon l’agence AFP, 29 octobre, les présidents du Sénat et de l'Assemblée ont installé mercredi un "groupe de travail sur la situation financière internationale et ses moyens de régulation", qui devra présenter ses premières propositions avant la réunion du G20 à Washington le 15 novembre.

Les présidents, Accoyer et Larcher, de l’Assemblée nationale et du Sénat, ont mis en place ce groupe de travail, qui sera coprésidé par les présidents des Commissions des finances des deux assemblées, Migaud et Arthuis.

Selon un communiqué du Sénat (voir 28/10/2008 : Le Sénat a désigné ses représentants au groupe de travail sur la situation financière internationale et ses moyens de régulation.),

Jean-Pierre Chevènement fait partie de ce groupe de travail (voir Crise financière, Etats-Unis, mondialisation : ce que disait Jean-Pierre Chevènement).

Je me limiterai ce soir à renvoyer à des articles de presse qui traitent de cette crise financière et des moyens à prendre pour reconstruire un système sur des bases saines.

Face à la crise, Liem Hoang-Ngoc, économiste, prône l'"interdiction de la titrisation et le retour à la réglementation bancaire". Et il tire les leçons de la crise : "Il devient urgent en Europe de rééquilibrer le partage des revenus".

« Les marchés financiers se sont avérés défaillants. Les Etats et banques centrales ont dû massivement intervenir. Doit-on se contenter de socialiser sans contrepartie les dettes de jeu du système bancaire ou saisir l'aubaine de cette crise pour redéfinir le périmètre d'un pôle public financier stable qui permette le financement des priorités de politique industrielle. Tel est l'un des thèmes que doivent traiter les politiques publiques » (…).

Lire la suite :"Il devient urgent de rééquilibrer le partage des revenus" (Le Monde, 30 octobre).

 

Dans Libération, rubrique Rebonds, le 28 octobre, Thomas Piketty, directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’Ecole d’économie de Paris, pose des conditions à l’intervention publique.

Mille milliards de dollars

(…) « En vérité, les gouvernements se comportent comme les pires sociétés qu’ils sont censés réguler. Toutes les techniques de la manipulation comptable y passent, avec une mention spéciale pour notre président national. On mélange des flux annuels et des stocks, de l’argent frais avec de simples garanties bancaires, on compte plusieurs fois les mêmes opérations… Et on additionne le tout : plus c’est gros, mieux ça passe.

Et on se retrouve dans une situation ubuesque où les autorités américaines et françaises donnent hâtivement et sans réelles contreparties de l’argent public à des banques qui n’en veulent pas. Les 10 milliards prêtés la semaine dernière aux grands établissements français sont supposés permettre de relancer le crédit, mais l’engagement est purement verbal. Il existe pourtant tout un arsenal législatif et réglementaire permettant de contraindre les banques à prêter une partie de leurs fonds aux PME, et qui aurait mérité d’être revisité et amélioré dans la crise actuelle.

Ensuite et surtout, cette stratégie fondée sur l’affichage trompeur de chiffres en centaines de milliards risque de désorienter durablement les citoyens. Après avoir expliqué pendant des mois que les caisses étaient vides, que la moindre économie portant sur quelques centaines de millions d’euros était bonne à prendre, voici que la puissance publique semble prête à s’endetter sans limite pour sauver les banquiers !

La première source de confusion méritant une explication vient du fait que l’on mélange constamment des flux annuels de revenus et de production avec des stocks de patrimoine, alors que les seconds sont beaucoup plus importants que les premiers. Par exemple, en France, le revenu national annuel, c’est-à-dire le PIB diminué de l’usure des équipements, est de l’ordre de 1 700 milliards (30 000 euros par habitant). Par contre, le stock de patrimoine national atteint 12 500 milliards (200 000 euros par habitant). Pour passer aux niveaux américains ou européens, ces chiffres doivent être grosso modo multipliés par six : 10 000 milliards de revenu, 70 000 milliards de patrimoine.

Le second point important est que ces revenus et patrimoines sont à 80 % la propriété des ménages : par définition, les entreprises ne possèdent presque rien, puisqu’elles distribuent l’essentiel de ce qu’elles produisent aux ménages salariés et actionnaires.

C’est ce qui permet de comprendre pourquoi le choc initial provoqué par la crise des subprimes, évalué à environ 1 000 milliards de dollars (soit l’équivalent de 10 millions de ménages américains ayant chacun emprunté 100 000 dollars), bien que d’une ampleur modeste par comparaison au patrimoine total des ménages, puisse menacer d’effondrement l’ensemble du système financier. La plus grande banque française, BNP Paribas, affiche ainsi 1 690 milliards d’actifs pour 1 650 milliards de passifs, soit 40 milliards de fonds propres. Les comptes de Lehman Brothers avant la faillite n’étaient guère différents, de même que ceux des autres banques de la planète. Le fait central est que les banques sont des organismes fragiles qui peuvent être dévastés par un choc de 1 000 milliards de dévalorisations d’actifs.

Face à une telle réalité, intervenir pour éviter la crise systémique est légitime, mais cela ne peut se faire qu’à plusieurs conditions. D’abord, s’assurer que les actionnaires et dirigeants des banques renflouées par le contribuable paient le prix de leurs erreurs, ce qui n’a pas toujours été le cas dans les interventions récentes.

Ensuite et surtout, mettre en place une régulation financière implacable permettant de s’assurer que l’on ne pourra plus diffuser impunément des actifs toxiques sur les marchés - avec la même vigueur que les agences de sécurité alimentaire contrôlent l’introduction de nouveaux produits. Cela ne pourra jamais se faire tant qu’on laissera plus de 10 000 milliards d’actifs gérés dans les paradis fiscaux de la façon la plus opaque. Et il faut mettre fin aux rémunérations indécentes observées dans la finance, qui ont contribué à stimuler des prises de risque excessives.

Cela passera nécessairement par un alourdissement de la progressivité fiscale pour les plus hauts revenus, aux antipodes de la politique française de bouclier fiscal, qui vise au contraire à exonérer à l’avance les plus favorisés de tout effort pour payer la note. Avec une telle stratégie, il est probable qu’il faille se préparer à des crises plus violentes encore, sociales et politiques ».

Lire l’ensemble du texte : Mille milliards de dollars


Lire aussi le plan Strauss-Kahn pour une nouvelle gouvernance mondiale (Le Monde, 30 octobre) :
Dominique Strauss-Kahn dévoile le plan anticrises du FMI et les réflexions de Samir Amin (Marianne, 28 octobre) : Débâcle financière, crise systémique ?

   Cet article est le 56ème classé dans la catégorie Capitalisme sur ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Capitalisme
commenter cet article

commentaires

David C. 06/11/2008 00:45

 
L’enjeux du Nouveau Breton woods est sur la table!

L'économiste Jean-Luc Gréau dans un interview donner au Nouvel Obs du 30 octobre, dénonce le Faux Nouveau Bretton Woods de la City.

« N. O.

Face à la situation historique et révolutionnaire que nous sommes entrain de vivre, il ne faut pas céder à la tentation de certains agitateurs qui pensent que du chaos naitra une plus belle société. Du Chaos sortira qu’une autre loi de la jungle ou le plus faible sera toujours le perdant.
Nous devons aussi dire non au faux nouveau bretton woods proposé par Gordon Brouwn et ses amis, qui essayent d’imposer brutalement un contrôle totale sur l’économie par la haute finance international de la City et Wall street.
Nous devons au contraire nous mobiliser autour de la mise en faillite du système actuel.
Pour aiguiser vos convictions politiques et économique afin de rentrer dans la bataille, je vous propose la lecture du dernier tract de solidarité et Progrès, L’indispensable rupture avec l’empire financier, par Jacques Cheminade :

« L’avantage des crises est qu’elles changent les règles du jeu. Il dépend de nous que ce ne soit pas pour le pire, mais pour le meilleur. »

La France doit peser sur le G20, et nous, citoyens, devons tout faire pour influencer nos élites.
La révolution passera par une réforme profonde du système monétaire et financier international, et non par de vaines révoltes violentes.
David C.david.cabas.over-blog.frleretourdusillon@gmail.com
http://solidariteetprogres.org/IMG/pdf/TRACT_2008_11_03_NBW_1_.pdf - Que peut-on attendre d'un nouveau Bretton Woods ? Quels rôles peuvent jouer les pays émergents ?J.-L. Gréau. - De deux choses l'une. Ou bien le nouveau Bretton Woods s'inscrit dans la lignée du précédent, qui tendait à stabiliser le monde du point de vue économique, monétaire et financier pour favoriser la prospérité, l'emploi et le progrès matériel, intellectuel et moral des populations. Ou bien il procède d'une tentative de soumettre, plus encore que ce n'était le cas au moment où la crise a surgi, les entreprises et les populations aux exigences maintenues des opérateurs financiers préalablement sauvés par les Etats. Les pays émergents ont un rôle à jouer dans la mesure où ils favoriseront la naissance de ce monde multipolaire, plus équilibré et plus stable, dont nous avons besoin. »

David C. 01/11/2008 21:29

Brown, DSK et Obama : même combat !

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/30/dominique-strauss-kahn-je-proposerai-au-g20-un-plan-de-nouvelle-gouvernance-mondiale_1112710_1101386.html

http://elections-americaines.lesechos.fr/article.php?id_article=2272

Depuis quelques semaines, l’oligarchie financière internationale est entrain de s’organiser pour prendre le contrôle total sur le système financier international à l’issu du 15 novembre. Il y a une tentative brutale de transformer ce sommet en British Woods. Déjà beaucoup de rumeurs courent sur l’échec de ce sommet, un méga crack est annoncé pour le lundi 17 novembre.

Le problème de ces Loperello de l’oligarchie financière, ils croient que le système est seulement boiteux ! Il pense qu’il suffit quelques corrections pour sauver le système de la City et Wall Street.

Mais la vérité, c’est que ce n’est pas une simple crise financière! C’est que le système est MORT !

Il est temps pour les citoyens et les décideurs de comprendre les réels enjeux du Bretton Woods II à Washington du 15 novembre 2008. C’est ici que seront défini nos vies et celle de nos enfants pour le pire et pour le meilleur.

DSK a raison sur une chose beaucoup de choses changent à toutes les niveaux en ce moment.

Citoyen ! lève toi ! et mobilise toi pour transformer cette réunion capital pour notre avenir.

Afin d’aiguiser vos convictions politiques et économiques pour dire NON au Hold up de l’oligarchie financière. Je vous invite à prendre connaissance des éléments d’un VRAI Nouveau Bretton Woods ! http://david.cabas.over-blog.fr/pages/La_recette_dun_VRAI_Nouveau_Breton_Woods-816002.html

Je vous invite aussi à lire l’interview de Jacques Cheminade sur Capital.fr : http://www.capital.fr/Actualite/Default.asp?numpage=&Cat=ACT&numero=71347&interview=O&source=FI

Tout savoir sur le VRAI nouveau Bretton Woods: www.nouveau-bretton-woods.com

David C.
david.cabas.over-blog.fr

Inter'Or 01/11/2008 08:29

La plupart des commentaires évoqués sont aujourd'hui dépassés. Nous enregistrons une baisse généralisée des taux d'intérêts des banques centrales, le japon en tête avec un taux actuel de 0,30%, des taux pratiquement jamais atteints, a contrario, une baisse généralisée des matières premières et principalement des métaux, les graphes des programmes informatisés sont tous dans le rouge. Ces programmes dans l'état actuel de la situation financière et économique mondiale sont obsolètes. C'est l'entièreté de notre système économique qui doit être revu et principalement les instruments de bourse qui permettent à des individus ou à des sociétés de pouvoir faires des opérations et des interventions sur des marchés en n'ayant pas le capital nécessaire pour répondre de leurs engagements.
achat or