Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

3 novembre 2008 1 03 /11 /novembre /2008 16:40

A petits pas, le modèle social français s’en va

 

C’est une façon pour le gouvernement de préparer en douceur la loi repoussant l’âge de la retraite à 70 ans. Le libre choix d’abord, l’obligation ensuite, quand on sera habitué et que ce sera une nécessité, en raison de la diminution du montant des retraites depuis la réforme Balladur (les pensions sont calculées en fonction de l’évolution des prix et non des salaires d’une part, et le nombre des meilleures années de salaire prises en compte a été porté de 10 à 25 d’autre part).

 

Comme l’écrivait Le Monde, dans un éditorial daté du 29 avril 2008, « Les termes du débat sont connus. Tous les pays européens y sont confrontés. En raison de l’espérance de vie et de la démographie, la plupart de nos voisins ont reculé l’âge légal de la retraite à 65, voire 67 ans ».

 

En France, la principale difficulté est le taux d’emploi des 55-64 ans, qui se situe à 38%. Et, sur ce point, la réforme Fillon 2003 a échoué, comme l’indique la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (voir le rapport dans la revue Retraite et société parue en juin 2008).

 

Selon Le Monde, 21 juillet 2008, « cinq ans après, le taux d'emploi des 55-64 ans est de 38,1 %, alors que l'objectif a été fixé à 50 % en 2010 par la Commission européenne. L'âge moyen de départ à la retraite a même baissé entre 2003 et 2006, pour passer de 61,4 à 60,7 ans (61,2 ans hors dispositif de retraite anticipée) ».

 

Pierre Haski, hier, dans un édito sur son site, Rue89, résumait bien le problème.

 

La retraite à 70 ans, nouvelle entaille dans notre modèle social

C'est à coups de canif, réputés moins douloureux, que Nicolas Sarkozy et la majorité UMP sont en train de remettre en cause, sans le dire, le modèle social français. Quelques euros de franchise médicale par ci, un peu de travail le dimanche par là, des réductions d'effectifs et des coupes budgétaires tous azimuts... Et voilà désormais la retraite à 70 ans ! Lire La suite et, notamment, cette conclusion :


(…) Avec sa méthode, Sarkozy prend le risque de susciter un refus violent

Il a un problème, évidemment: difficile de croire aujourd'hui à un discours churchillien ("du sang et des larmes") contre l'ennemi commun de la récession quand le quinquennat a commencé par le péché originel du paquet fiscal.

Les sacrifices et les coupes sont acceptables quand ils sont perçus comme équitables en période difficile: il est clair que, de ce point de vue, Nicolas Sarkozy souffre d'un déficit chronique de crédibilité, et pas seulement parmi ceux qui n'ont pas voté pour lui.

En procédant comme il le fait, par petits coups de canif qui ne disent pas leur nom dans un édifice social qui est le produit de la riche histoire politique et sociale française depuis un siècle et demi, Nicolas Sarkozy prend le risque de susciter un refus violent.

Un refus qui ne trouve pas aujourd'hui sa traduction politique, vu l'état de délabrement de l'opposition, et qui, en France, trouve toujours d'autres moyens de s'exprimer. Attention aux réveils douloureux.

Lire aussi : Bertrand défend le travail jusqu'à 70 ans excepté dans la fonction publique (Nouvel Observateur, 3 novembre).


Cet article est le 10ème sur ce blog dans la catégorie Les retraites.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Les retraites
commenter cet article

commentaires