Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 23:50

 

Crise du capitalisme, Europe et stratégie du MRC

 

Jacky Eouzan (responsable MRC 22) était l’initiateur de cette réunion à Guingamp des responsables départementaux bretons du Mouvement Républicain et Citoyen. Il m’avait invité pour que j’apporte ma contribution à la réflexion sur la stratégie du MRC, dans le contexte de crise du capitalisme et de préparation des élections européennes d’une part, et pour que je fasse remonter au secrétariat national certaines préoccupations des militants et des responsables départementaux d’autre part.

 

Dans le tour de table de la matinée, est remonté le constat de la dégradation de la situation économique et sociale, et, plus précisément, l’explosion du chômage (on prévoit un million de nouveaux chômeurs en 2009), la remise en cause des acquis sociaux, mais aussi la volonté de reprise en mains de tous les pouvoirs par le président de la République, ce qui fait craindre une évolution fascisante du pouvoir, dangereuse pour les libertés.

 

Les entreprises, en manque de financement et de débouchés, en raison de la crise financière et économique (baisse du pouvoir d’achat), vont supprimer des emplois par milliers. Sur quoi une telle crise va-t-elle déboucher ? Résignation ou révolte de la population ? Remise en cause des valeurs de la République, faisant la place à un autoritarisme d’Etat ?

 

Cette crise aura des conséquences graves sur l’emploi et les conditions de vie. Elle doit déboucher sur un regain des valeurs de solidarité et de démocratie. Ce doit être l’occasion du retour de la politique, une politique au service de l’intérêt général. La crise n’est pas qu’économique, elle est aussi écologique. La planète est malade du mépris des puissants pour la vie humaine et pour l’égalité.

 

Ce n’est pas le capitalisme qu’il faut réformer. C’est le monde qu’il faut repenser, afin d’assurer sa survie. En 1789, la bourgeoisie a fait une révolution pour porter au premier plan le droit de propriété. Que faut-il mettre en avant aujourd’hui pour que les peuples, sur cette terre, vivent en harmonie dans le respect les uns des autres ?

 

Le MRC doit apporter sa contribution dans l’élaboration du nouveau logiciel politique dont le monde a besoin. Le capitalisme a failli, avec ses bulles et ses crises à répétition, qui renouvellent les bénéficiaires du système, mais ne permettent pas de construire un monde humain et raisonnable.

 

Ne confondons pas l’économie de marché et le capitalisme. Il faut faire fonctionner la première correctement ; par contre, le capitalisme est un système impossible à maîtriser par les pouvoirs publics. Tirons-en les conséquences.

 

Voilà les réflexions de notre groupe, ce 24 janvier. Elles pourront nourrir les pensées de celles et ceux qui, comme Robert Buron en son temps, veulent changer le monde.

    


Cet article est le 18ème paru sur ce blog dans la catégorie
Info régionales.

Partager cet article
Repost0

commentaires