Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 22:40

La République et la liberté d’opinion, valeurs à protéger

 

Ayant dénoncé sur son blog des actes d’incitation à la haine et à la violence, puis appelé les citoyens à défendre les valeurs de la citoyenneté et de la République, Christine Tasin a eu la surprise de découvrir, le 20 janvier, un commentaire totalement déplacé et déraisonnable, mais aussi et, surtout, menaçant d’attenter à sa vie.

Voir Menaces de mort - 20 janvier et Voeux sincères ?  - 19 janvier 2009 sur Le blog de Christine Tasin.

 

Christine a reçu le soutien du journal en ligne Riposte laïque, dans lequel elle exerce des responsabilités auprès de l’éditorialiste Pierre Cassen (voir Une collaboratrice de Riposte Laïque menacée de mort par un admirateur du Hamas).

 

Pour prendre connaissance des articles qu’elle a signés dans cette publication électronique, lire Christine Tasin - Riposte Laique.

 

Lors de notre rencontre samedi dernier à Guingamp, nous avons évoqué ce problème et Jacky Eouzan, responsable du MRC 22, m’a transmis le texte de son témoignage de soutien à Christine, qu’il a publié ce 26 janvier sur mrc-bretagne.org et auquel je m’associe sans réserve. Le voici.

POURQUOI JE SOUTIENS CHRISTINE TASIN ( Jacky Eouzan )

Christine TASIN est une militante du MRC. Militante active Républicaine, Féministe et Laïque, elle a fait sien ces combats qui n’en font qu’un depuis des années. Elle ne supporte pas l’intégrisme religieux et c’est en cela qu’elle a pris fait et cause contre le Hamas ou ceux qui alimentent la haine au moment des manifestations pro-palestiniennes.

 

Certains rappellent que le Hamas a été élu démocratiquement, c’est  exact, mais on peut rétorquer qu’Hitler l’a été également. L’élection est un gage de démocratie sur le plan formel, il n’est pas un gage de démocratie ni quant au fond ni quant à la pratique sur le terrain. On a connu des régimes ou des dictateurs qui étaient élus avec 98% des voix. Ce qui compte ce sont des principes comme celui de la séparation des pouvoirs, ou bien encore, celui de la séparation du temporel et du spirituel ; à défaut nous sommes dans une théocratie et non dans une démocratie.

 

Aussi souvenons nous du sort tragique réservé aux membres du Fatah après l’élection du Hamas dans la zone de Gaza. C’est bien connu : chaque fois que le politique est en faillite c’est le religieux qui prolifère. Depuis des dizaines d’années le politique est en faillite au Moyen Orient. Tous ceux qui se sont évertués, tant du côté Israélien que du côté Palestinien, afin de trouver une solution commune honorable et pacifique de ce conflit pouvant déboucher sur une paix durable, avec pour finalité deux Etats aux frontières sures et reconnues, se sont trouvés mis en échec par des implantations illégales dans les territoires occupés par des colons extrémistes d’une part, par des adeptes des attentats, suicides ou non, d’autre part.

 

De la paix, ils n’en veulent pas, car le religieux prolifère non dans la paix comme ils le prétendent mais sur le sang et dans les larmes des innocents. L’histoire regorge de ces religions d’amour et de paix qui n’ont eu de cesse de trucider ceux qui ne pensaient pas comme eux. Voilà pourquoi ce conflit dure et perdure sans autre solution que la guerre perpétuelle.

 

Je me souviens, moi qui possède aujourd’hui l’âge d’avoir connu les derniers hussards noirs de la République, que lorsque deux garnements s’étripaient dans une cour d’école, l’instituteur intervenait en donnant une bonne paire de claques à l’un comme à l’autre avec interdiction de bouger de son coin de cour, jusqu'à ce que la tension s’apaise et que le conflit s’évacue. Aujourd’hui ce même enseignant courageux serait poursuivi et les garnements pourraient continuer la pratique de leurs jeux dangereux.

 

A titre comparatif à notre instituteur, l’Onu est une  institution de notre époque qui en n’intervenant pas dans ce conflit pour faire respecter ses résolutions restées pour la plupart lettres mortes, ou en intervenant  beaucoup trop tardivement comme dans le dernier conflit de Gaza, laisse s’accroître un sentiment d’amertume et s’envenimer les choses. Les destructions engendrées par Israël ont été disproportionnées avec leur cohorte de tragédies chez les civils palestiniens. Il va être très difficile de bâtir la paix entre ces deux peuples, sans un bon instituteur qui, faute de mieux, n’aura d’autre solution que d’imposer par la contrainte une solution pacifique et durable.

 

Nos regards se tournent bien volontiers vers le Président Obama. Lui seul est aujourd’hui capable d’entraîner la communauté internationale dans le processus d’une paix durable. Il nous reste à espérer que les religieux, qui pour asseoir tant leur suprématie territoriale que celle sur les esprits, en alimentant le feu du conflit depuis des années, en soient pour leur frais.

 

Si Christine TASIN ne fait pas de cadeaux aux gens du Hamas, c’est parce que ces derniers n’en font pas à leur propre peuple, encore moins aux femmes considérées comme des citoyennes de seconde zone, comme à tous ceux qui se revendiquent d’une autre approche  spirituelle que la leur, ou encore celle liée à la liberté de croire ou de ne pas croire.

 

Si Christine TASIN ne fait pas de cadeaux à certaines associations de défense de droits de l’Homme, c’est parce que certaines d’entre elles se sont fourvoyées dans la défense d’un communautarisme débridé, au nom d’une fausse liberté propre à l’acceptation de se soumettre et hostile à la pensée libre.

 

Si Christine TASIN ne fait pas de cadeaux à certains manifestants des journées pro-Gaza, c’est parce qu’elle a relevé sur des pancartes des appels à la haine qui ne peuvent que profiter qu’à ceux qui ont envie de faire perdurer un tel conflit ou pire, ont intérêt à l’importer dans notre pays.

 

Qu’on ne vienne pas me dire ensuite que je suis pro-israélien et anti-palestinien. J’ai en effet, dès les années 1976 organisé pour la première fois, dans ma bonne ville de Guingamp dont j’étais alors conseiller municipal, des conférences publiques sur le sort des Palestiniens. L’une des dernières avait été animée tant par moi-même que par Jacqueline Hadamard, Chercheur à Orsay, Collaboratrice du Professeur Langevin au Collège de France, membre du C.E.A au Cabinet de Joliot-Curie, et membre du Comité Central de la Ligue des Droits de l’Homme.

Personne n’a oublié l’injustice perpétrée et poursuivie à l’encontre des palestiniens. Personne n’a oublié que le Fatah était une organisation laïque, élue elle aussi démocratiquement, et qu’elle a renoncé par la suite à la destruction de l’Etat d’Israël. Personne n’est dupe lorsque certains ont tout fait pour affaiblir le Fatah tout en renforçant le joug et l’intégrisme du Hamas.

Le décodage de la manœuvre est connu : faire perdurer un conflit, hors de tous principes de droit, tout en renforçant d’un côté comme de l’autre l’ignorance d’autrui par le renforcement de l’intégrisme religieux, l’ensemble s’autoalimentant perpétuellement. Ce conflit de politique et territorial est devenu ethnique et religieux, dont les populations civiles sont les premières victimes.

Voilà pourquoi, et au nom du libre examen, j’ai ouvert les colonnes de mon blog à Christine TASIN. Ceux qui ont été tenté de la menacer, sous couvert du sigle de la branche militaire du Hamas, en seront pour leurs frais.

 

Nous ne céderons pas devant les intégrismes.


Cet article est le 11ème sur ce blog dans la catégorie Laïcité et communautarismes.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Il nous faut lutter, comme tu l'écris, mais aussi ouvrir des perspectives politiques, qui passent par une alliance entre partis sur la base d'un projet à débattre avec les citoyens. Ce projet doit s'enraciner dans notre histoire nationale, qui inclut la Révolution et la République, qui sont remis en cause depuis une trentaine d'années, avec les idées néolibérales de Reagan et Thatcher, répercutées en France à partir de l'ouverture de la "parenthèse" libérale en 1983, l'Europe ayant servi de substitution à la pensée de gauche.Nous ne pouvons nous limiter à la critique, même si c'est indispensable, car le rejet précède le projet. Les propositions concernant la réorientation européenne sont fondamentales. Un accord programmatique est impossible si l'on fait l'impasse sur la politique au niveau de l'Union européenne, ce que la gauche a fait jusqu'à présent.
Répondre
C
Tout à fait d'accord avec toi, la lutte passe aussi par celle contre le libéralisme et donc contre l'Europe qu'on veut nous imposer. Je crois néanmoins que nous devons, en plus, lutter pour défendre les valeurs des Lumières. Ce sont deux luttes complémentaires mais nécessaires autant l'une que l'autre.
Répondre
S
Merci, Christine, de cette réaction très rapide, comme d'habitude.Permets-moi d'ajouter que les extrémismes et totalitarismes se développent sur des terrains qui ont été désertés par les républicains, volontairement ou non, et que nous devons tout faire pour proposer au peuple français des perspectives crédibles de solution durable à la crise du capitalisme.
Répondre
C
Merci, Michel, de ce soutien et de ton billet. Les républicains tous unis face aux extrémismes et aux totalitarismes. 
Répondre