Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 20:45

Le monde du travail émet un signal de détresse

 

Un mouvement social de grande envergure est en gestation au sein des organisations syndicales. A l’origine, on trouve la crise financière, économique et sociale, mais aussi la politique du pouvoir en place, qui est directement responsable de la mobilisation exceptionnelle des salariés français le 29 janvier, tant la colère gronde parmi les travailleurs.

 

Le 8 janvier, j’avais présenté sur ce blog le texte qui sert de base au rassemblement des organisations syndicales (voir Huit syndicats rassemblés en vue de la journée d'action du 29 janvier).  

 

Ce qui est prévu en Mayenne (Le Courrier de la Mayenne, 22 janvier).

 

L’intersyndicale (CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA, UNL, Cal) appellent à la mobilisation générale pour une journée de grève et une manifestation dans le centre-ville de Laval le 29 janvier. Rassemblement à 11h, place du 11 Novembre, puis défilé sur les deux rives de la Mayenne, avec halte devant le siège du MEDEF et devant la préfecture.

 

« Les salariés, les demandeurs d’emploi et les retraités sont les premières victimes de la crise, alors qu’ils n’en sont pas responsables. L’intérim, les congés imposés, le chômage partiel en attendant les plans sociaux, les salariés sont davantage considérés comme une variable d’ajustement économique que comme une richesse. Cette crise est même, parfois, un prétexte pour faire reculer le droit du travail et les acquis sociaux ».

 

Le MRC apporte son soutien à l'appel du 29 janvier

 

Le Mouvement Républicain et Citoyen apporte son soutien à l'appel du 29 janvier et à la déclaration commune des organisations syndicales signataires. Il appelle ses militants et sympathisants à se joindre aux nombreuses manifestations prévues partout en France le 29 janvier.

Le MRC souligne la gravité de la grande crise qui est devant nous. Celle-ci exige une intervention énergique de l'Etat pour des actions socialement justes et économiquement durables.

 

Les leçons de la faillite du système de libre-échange sont aussi à tirer au niveau européen. Prenant appui sur la légitimité démocratique des Etats-nations, les politiques de l'Union Européenne doivent être profondément réorientées.


Marinette Bache, présidente du groupe MRC du Conseil de Paris, répond au ministre du Budget


Depuis plusieurs mois, les citoyens tentent d’alerter les pouvoirs publics sur la crise sociale qui les frappe de plein fouet ; les salariés voient leurs emplois disparaître pour faire plaisir aux actionnaires, qui en veulent toujours plus ; le gouvernement fait fi de la peur qui s’installe dans le Pays, face à la baisse du pouvoir d’achat ; le gouvernement répond au mécontentement général à coup de réformes précarisant un peu plus le peuple.

 

Alors, pour répondre aux propos plus qu’indécents de Monsieur Woerth, le peuple suit son conseil et s’apprête à « retrousser ses manches » et à « se serrer les coudes », mais bien évidemment pour faire entendre la voix du mécontentement.

 

Lorsque le dialogue n’est plus possible, lorsque le mépris de l’autre est la seule réponse qui est donnée à ses questions, le peuple français réagit. La grève, Monsieur le Ministre, n’est pas faite pour embêter les gens comme vous le dites. C’est un acte réfléchi, pesé car faire la grève n’amuse personne. C’est un outil pour se faire entendre et rappeler à vous et aux spéculateurs que ce sont les travailleurs qui créent les richesses dans notre Pays.

 

L’accord interprofessionnel et intersyndical qui a conduit à cette journée de mobilisation répond aux attentes des Français. C’est le sens de l’article de Pierre Haski, sur le site Rue89, hier 26 janvier.


Manifs de jeudi : pourquoi les Français soutiennent les grèves


(…) Barack Obama a la chance paradoxale d'arriver aux commandes au moment où la crise est au plus fort aux Etats-Unis; mais, surtout, il a su susciter chez les Américains l'espoir quasi messianique que, oui, on va s'en sortir tous ensemble. Le messianisme n'est heureusement pas trop de mise de ce côté de l'Atlantique, on lui préfère la politique.

Mais la réponse politique, en France, est encore loin du compte. Alors il y a la rue pour se faire entendre, pour faire passer les messages, tous les messages. C'est le sens, aussi, de l'"Appel des appels", qui fédère les mécontentements sociaux de toutes les catégories touchées par des réformes de Sarkozy aux allures de casse sociale (…).


Sur le site de Marianne, ce 27 janvier, Philippe Cohen expliquait pourquoi, en citant les propos de Ségolène Royal sur RTL ce matin.


Crise : Royal appuie là où ça fait mal

 

Ségolène Royal a souligné deux faiblesses manifestes du pouvoir : le paquet fiscal et l'aide aux banques.

Le paquet fiscal : les caciques de l'UMP ont beau détailler le paquet fiscal, souligner que le bouclier fiscal ne pèse que quelques centaines de millions d'euros, que le financement des heures supplémentaires ou le logement représentent des sommes supérieures, cette dernière mesure a coloré tout le dispositif. En augurant son quinquennat par un geste qui est apparu comme profondément inégalitaire, le Président est apparu comme l'otage des riches, surtout quand cette séquence se confond avec des symboles dits bling bling comme le voyage sur le bateau de Bolloré ou le voyage américain de Wolfeboro.

L'aide aux banques. Là encore, les ministres ont beau se montrer pédagogues, expliquer qu'il convient de distinguer la mobilisation de 340 milliards en garantie des engagements bancaires des aides (10 milliards) consenties aux banques pour soutenir leurs capitaux propres, les Français ont du mal à comprendre ces subtilités. Ce qu'ils constatent est que les banques ont commis des erreurs de gestion, qu'on leur apporte des concours alors même que ces mêmes banquiers leur imposent des prêts à 18% pour changer de voiture, comme l'a déclaré habilement Ségolène Royal au micro d'Aphatie.

Ces deux erreurs majeures - le bouclier fiscal et l'aide aux banques - légitiment la manifestation de jeudi. Elles donnent le sentiment que le gouvernement actuel, quoiqu'il en dise, est, pour le  moins, l'otage des riches et des grands groupes.

 

Surtout quand les aides distribuées aux uns et aux autres le sont sans condition : il ne suffit pas de recommander aux banques de continuer à prêter aux PME et aux particuliers, encore faut-il que ce soit à des conditions acceptables. Il ne suffit pas de clamer qu'on veut faire un parti populaire et aider les ouvriers et les PME. Il faut aussi donner le sentiment que les mesures prises leur sont allouées en priorité.

 

 Cet article est le 39ème sur ce blog dans la catégorie Travail Economie

Partager cet article
Repost0

commentaires