Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 13:03

Le conseil national, le 15 mars, prendra une décision

 

En m’exprimant clairement sur la situation du MRC avant la réunion de son conseil national dimanche (voir Européennes : Michel Sorin souhaite que le MRC montre le chemin - 9 mars 2009), j’ai déclenché de nombreuses réactions de militants, par courriel le plus souvent.

 

J’en ai retenu quelques-unes, parmi les plus représentatives. En voici des extraits.

 

Des sympathisants et des militants s’expriment

 

Un sympathisant (commentaire à l’article paru sur ce blog Européennes : le MRC dans l'attente du texte commun MRC - PCF - PG - 5 mars 2009)

 

Que se passera t il si le MRC ne trouve pas un accord avec les PC/PG ? Va t il y aller tout seul ? A-t-il quelque chose à dire ? S'est-il préparé pour ?
Mon sentiment est que NON et cela me désole. Il semblerait que l'"on" ne veuille pas donner au MRC les moyens de développer une vraie lisibilité pour essayer d'en faire une force qui compte.

 

Un adhérent

 

De ce que j’entends par différents camarades du MRC,  Jean-Pierre Chevènement pourrait – après la fin de non recevoir du PS sur le texte de Sami Naïr – être tenté par une position de repli sur ces élections (son fameux « il n’y a qu’une élection qui compte : la présidentielle »).

S’il veut le faire, c’est très simple, il suffit de déclarer que le PCF et le PG ne sont pas au diapason de nos exigences sur l’Europe (…).

Un retrait serait dramatique pour les faibles forces du MRC et notre avenir politique – coupant net toute dynamique politique, quelle visibilité aurons nous à terme – militants de la gauche républicaine – si nous sommes absents ? J’ai un peu de mal à comprendre ce que Jean-Pierre veut faire de son outil politique à l’horizon des prochaines années (…).

 

Un adhérent

(…) Pour autant, j'ai l'impression que JPC est sur la ligne suivante : si on ne parvient pas à un bon texte, il vaut mieux ne pas participer pour rester nous-mêmes et ne pas être l'objet de débauchage (…).

Un parti politique est fait, par raison d'être, pour participer aux élections. Sinon il se réduit à être un club de pensée. A titre personnel, cela ne me gène pas, puisque je ne fais pas de la "politique" pour être présent ou élu quelque part, mais simplement pour participer au débat public en fonction de mes convictions, et pour tenter d'orienter l'évolution sociétale vers ce qui me semble le plus juste pour le Bien commun.

Donc, MRC je suis et je reste quelque soit la décision qui sera finalement prise. 

Mais, on peut comprendre que certains militants aient envie de militer aussi pour participer à des élections et faire concrètement campagne ! Et ceux-là finiront par rallier le Parti de Gauche si le MRC reste sur la touche : ils préfèreront faire campagne pour des idées qui leur sembleront proches des nôtres, même si elles ne sont pas identiques, plutôt que de rester à ne rien faire. Or, j'ai l'impression que JPC occulte cette dimension (…).

A mon sens, il faut ici peser le fait que le dynamisme créé ne peut guère nous nuire, et ne peut sans doute au contraire que nous être profitable. Nom de nom, qu'est-ce qu'on risque donc vraiment à y aller ? Faire seulement 4% ? Et alors !!!!  On a déjà fait moins que cela aux législatives et on a survécu !

Enfin, une alliance "de raison" pour les Européennes ne signifie quand même pas un mariage indissoluble ! C'est en ce sens que je partage ce passage de ton propre texte :


"Au-delà des différences existantes entre PCF, PG et MRC
, ces trois partis ont le mérite de poser des jalons pour créer les conditions d’une nouvelle donne à gauche.

 

C’est un point de départ. Il ne faut pas chercher l’accord parfait sur tous les sujets, mais se limiter à ce qui est essentiel pour mener une vie commune pendant deux mois, en s’engageant à limiter les interventions publiques à cet essentiel."

 

 

Cet article est le 14ème paru sur ce blog dans la catégorie Européennes 2009.

Partager cet article
Repost0

commentaires