Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 22:08

 

La pression monte pour un changement de politique

 

Après le 29 janvier (voir sur ce blog 29 janvier : syndicats, travailleurs, citoyens dans les rues de Laval), ce 19 mars a été marqué par une participation citoyenne, plus importante encore, dans les rues ensoleillées de notre beau pays.

 

Ouest-France indique sur son site Grèves : Environ 300 000 manifestants dans les rues de l'Ouest - OF 19 03 09 avec cette précision :

 

manif-19-mars-2009-Laval-006-T.jpgLaval. Plus de 8 000 manifestants se sont réunis au square Boston. Dans le cortège, on retrouve beaucoup d'enseignants, de lycéens de salariés d'entreprises, des personnels de l'hôpital, des fonctionnaires de la Poste, de la SNCF... Il s'agit d'une des plus grosses manifestations de ces dernières années à Laval.

 

 Cette journée d’action et de mobilisation, à l’initiative des syndicats, et soutenue par les partis politiques de gauche (voir l’article paru hier sur ce blog Michel Sorin : le pouvoir politique doit entendre le mouvement social - 18 mars 2009) était un nouvel appel aux employeurs (le MEDEF et l’Etat, principalement) pour qu’ils changent de politique économique et sociale.

 

Le MEDEF est un adepte de la lutte des classes depuis que Jean Gandois a été remplacé à la présidence du patronat français par des « tueurs ». Voir, à ce sujet, l’article de Jacky Eouzan, mon collègue MRC des Côtes-d’Armor, qui fut le témoin du changement de cap du patronat NAÏVETÉ OU COMPLICITÉ ? ( Jacky Eouzan ).

 

La présidente actuelle du MEDEF a décidé de hausser le ton vis-à-vis de la CGT (voir sur le site de Marianne, ce 19 mars : Qui a gagné le match radiophonique Parisot - Royal? Réponse dans la rue….

 

La réponse de l’Etat est venue du Premier ministre ce soir, à la télévision : François Fillon exclut "tout nouveau plan de relance" (Le Monde, 19 mars).

 

Pourtant, les travailleurs et leurs organisations ont marqué des points ce 19 mars : Mobilisation réussie pour les syndicats, le gouvernement exclut toute nouvelle mesure (Le Monde) ou La preuve par trois millions (L’Humanité) ou encore Entre 1,2 et 3 millions de manifestants en France(Rue89).

 

Pour sa part, Elie Arié s’est fait accorder par le site de Marianne le droit de jouer sa petite musique critique : Manifs : trop de revendications tue la revendication (mais il signale que ce titre n’est pas de lui). Voici un extrait de son texte, paru ce 19 mars. Contrairement à lui, je pense que ces rassemblements font avancer les partis politiques de gauche vers une analyse critique commune de la situation.


(…) Non pas que ces manifs ne traduisent pas un sentiment général, justifié et très profond d’une société qui évolue dans une direction de plus en plus insupportable.

Mais il leur manque la condition nécessaire pour réussir : une analyse politique des raisons de cette évolution, débouchant sur un projet politique alternatif, donc sur une possibilité de succès.

La raison profonde de l’évolution tellement insupportable, on la connaît : la globalisation de l’économie, l’ Union Européenne du libéralisme économique que gauche et droite ont construite, auxquelles elles continuent de se rallier (ratification parlementaire du TCE rejeté par referendum, etc.), et se trouvent donc dans l'incapacité de proposer autre chose - et dont tout le reste découle inéluctablement : privatisations, délocalisations, démantèlement de l’ Etat-Providence, démantèlement des services publics, transfert de la richesse des pays occidentaux vers les pays dits « émergents ».

On la connaît, mais personne ne l’assume, car tout le monde est co-responsable. Alors, les manifs tournent à vide, ont des cibles artificielles (« Sarko » qui serait à l’origine des choix de la politique de droite et de gauche depuis 20 ans), et ne peuvent déboucher sur rien : pas de solution politique à un problème politique sans analyse politique.
  

 

Cet article est le 49ème sur ce blog dans la catégorie Travail Economie

Partager cet article
Repost0

commentaires