Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 22:34

Un plan de plus pour l’emploi, mais quelle efficacité ?

 

Par comparaison avec les autres pays européens, le taux d’emploi, en France, est très déséquilibré. Il est trop faible avant 25 ans et après 55 ans. Concernant les jeunes, ils font des études plus longtemps, mais ils ont beaucoup de mal à se stabiliser professionnellement avant 30 ans, faute de trouver un emploi adapté et durable.

 

Le lien entre le système éducatif et la vie active n’est pas au point, contrairement à la Finlande (meilleur système éducatif mondial), qui a réussi l’initiation des jeunes à la vie professionnelle dès la scolarisation.

 

Avec la crise, le chômage des jeunes a bondi de 32% en un an, ce qui incité le gouvernement à mettre en place un plan d’urgence (voir l’article du quotidien Le Monde, le 23 avril, Chômage des jeunes : le mal français).

 

Pour Florence Lefresne, économiste à l'Institut de recherches économiques et sociales, les propositions de Nicolas Sarkozy sur l'apprentissage ne suffiront pas à remédier au problème de l'emploi des jeunes. Lire sur le site du Monde le 24 avril "La politique de l'emploi doit être repensée dans son ensemble".

Le site Rue89 (Eco89, François Krug) publiait, le 23 avril, un article résumant bien le problème, historiquement :

Chômage des jeunes : Sarkozy condamné à l'échec ?

(…) Des parkings ? C'est un résumé peu flatteur des plans lancés à droite comme à gauche pendant trente ans. Au cours de cette période, le taux de chômage des jeunes a oscillé entre un minimum de 9,7% et un maximum de 23,1%, selon les chiffres de l'Insee. Fin 2008, il s'élevait à 20,4%.

Comme le montre cette chronologie des dix plans les plus importants, deux stratégies ont alterné : inciter les entreprises à embaucher à coups d'aides et d'exonérations, voire en réécrivant le code du travail, ou créer des emplois de toute pièce dans le secteur public et les associations.

Paradoxe : au sein du gouvernement, l'UMP Laurent Wauquiez penchait pour la solution privilégiée par la gauche, celle des emplois publics. Et Martin Hirsch, proche de la gauche avant son arrivée au gouvernement, misait au contraire sur le privé.

Faut-il compter sur les entreprises ?

Comme le montre notre chronologie, c'est la solution privilégiée par tous les gouvernements de droite, de Raymond Barre en 1977 à Dominique de Villepin en 2006. Le recrutement de jeunes qualifiés coûterait trop cher, et l'Etat doit donc encourager les entreprises :

o          En réduisant les charges, comme pour le Pacte national pour l'emploi des jeunes de Barre ou le Plan d'urgence du gouvernement Chirac en 1986

o          En prenant en charge une partie du salaire, comme pour le Contrat jeune en entreprise de Jean-Pierre Raffarin en 2002

o          En réduisant le salaire minimum appliqué aux jeunes, comme pour le Contrat d'insertion professionnelle d'Edouard Balladur en 1994, retiré après une vague de manifestations

o          En assouplissant le Code du travail, comme avec la période d'essai de deux ans du Contrat première embauche de Villepin en 2006, un projet lui aussi abandonné sous la pression (…).

Faut-il créer des emplois publics ?

C'est la solution privilégiée par la gauche. Les travaux d'utilité collective de 1984, les contrats emploi solidarité de 1990 et les emplois jeunes de 1997 ont tous suivi la même logique : créer des emplois de toute pièce dans le secteur « non marchand » (administration, collectivités locales, associations…), sans remettre en cause les emplois déjà existants.

Pour Mathieu Plane, économiste à l’OFCE, cette stratégie de « traitement social du chômage » est encore la plus efficace : « Dans le secteur marchand, il y a un effet d'aubaine. Dans le public, vous pouvez augmenter le volume global et ce ne sera pas au détriment d'une autre catégorie. Les entreprises sont dans une logique d'ajustement très forte, et la seule entité qui peut contrebalancer cet effet, c'est l'Etat, en jouant le rôle de recruteur. »

Une seule solution : le plein emploi

Mais pour Mathieu Plane, le véritable problème est celui de l'enseignement et de la formation. Le taux de chômage des jeunes doit être interprété avec précaution, rappelle l'économiste de l'OFCE : « Il ne porte pas sur l'ensemble des jeunes, mais sur la population active de cette classe d'âge. C'est celle qui est sortie le plus tôt du système scolaire, elle est moins qualifiée que la moyenne des jeunes. Ça reporte le problème à la question de la qualification. »

Ce manque de qualification condamnerait une partie des jeunes à la précarité : « Les jeunes sont sur-représentés dans la précarité, dans les CDD et les intérims. Ils sont une variable d'ajustement très forte pour les entreprises. »

La seule solution, « c'est le plein emploi », résume Mathieu Plane. C'est-à-dire une situation où le rapport de force entre les recruteurs et les jeunes s'inverserait : « Le problème est lié au chômage de masse. Tant qu'on aura ce chômage de masse et qu'il n'y aura pas de tension sur le marché du travail, les entreprises ne se tourneront pas vers cette main-d'oeuvre. Ou alors il faudra mettre énormément d'aides sur les jeunes, mais ça ne fera que déplacer le problème. »

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Michel Wieviorka : Plan de relance, et les jeunes dans tout ça ?

Chômage : 40 ans d'embarras des politiques à la télé

On licencie même dans les services à la personne

Tous nos articles sur le chômage

Ailleurs sur le Web

Chômage des jeunes: Wauquiez et Hirsch à front renversé, sur LeFigaro.fr

"Jeunes dans la crise", un document du Haut commissariat à la Jeunesse

L'évolution du taux de chômage des jeunes, sur le site de l'Insee

 

Cet article est le 51ème paru sur ce blog dans la catégorie Travail Economie.

Partager cet article
Repost0

commentaires