Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 18:53

L’hôpital public doit rester le pilier du système de santé

 

Les manifestants des personnels hospitaliers étaient nombreux, le 28 avril, dans les rues, notamment à Paris, comme on peut le constater sur le blog de Marinette Bache, membre MRC du Conseil de Paris (voir l’article du 28 avril Défendre l’hospitalisation publique).

 

Appel des médecins hospitaliers pour organiser les Etats Généraux de l’hôpital public (extraits).


“En 1958, la grande réforme menée par le Professeur Robert Debré allait permettre à la médecine française de devenir en 30 ans “la meilleure du monde”. Cinquante ans plus tard, le Parlement va-t-il voter la loi “Bachelot” qui porte en elle la disparition de cette médecine hospitalière au profit d'une médecine mercantile ? Le maître-mot n'est plus la santé mais la rentabilité. La préoccupation centrale n'est plus le malade mais le compte d'exploitation de l'hôpital. Et les premières victimes en seront les patients et les soignants. Cette loi cale l'hôpital sur l'entreprise. Elle donne tous les pouvoirs au Directeur de l'Hôpital, nommé et révoqué par le Directeur de l'Agence Régionale de Santé, lui-même nommé et révoqué par le Conseil des Ministres (…).


Il faut repenser l'organisation hospitalière
pour répartir de manière harmonieuse sur le territoire, sans redondance, les structures de soins et les spécialités en prenant en compte aussi leur niveau de technicité et l'accueil des urgences ; organiser la continuité des prises en charge au fur et à mesure de l'évolution du type de soins que demandent les malades (…).


Soyons clairs
. Si cette loi n'est pas amendée, elle s'appliquera sans nous, médecins et chirurgiens de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris. Demain, côte à côte, et pour la première fois, infirmières, agents hospitaliers et administratifs, médecins seront dans la rue. Preuve que les mentalités ont changé, que l'union est faite pour que soit supprimé le volet hospitalier de la loi “Bachelot” et pour que s'ouvre enfin un débat à la hauteur de l'enjeu : il est encore temps et il est urgent d'organiser les Etats Généraux de l'hôpital public.


La question de l’évolution du système santé est revenue souvent sur ce blog (voir Le MRC craint une privatisation du système de santé (Sécu, loi HPST) - 12 février 2009).

 

Ladislas Polski, secrétaire national MRC à la santé, a préparé un texte, que Xavier Dumoulin a mis en ligne sur le Blog citoyen, socialiste et républicain pour 2009.

 

L’hôpital, pilier de la république sociale

Depuis plusieurs années, les gouvernements de droite n’ont cessé de fragiliser l’hôpital public au profit du secteur privé.

La Tarification à l‘activité (T2A) a introduit à l‘hôpital l‘obsession de la rentabilité

- Avec la T2A, l’hôpital public et les cliniques privées sont mis au même plan, et tant pis pour les missions que l’hôpital est seul à assumer : l’accueil de tous les patients sans sélection, la formation initiale des professionnels, l’ensemble des missions sociales de l’hôpital ne peuvent se quantifier en actes. 

- Les dotations forfaitaires (MIGAC) prévues pour pondérer ce mode de financement sont largement insuffisantes.  Les soignants de l’hôpital ne cessent de le répéter : la quête de la stricte rentabilité qu’impose le T2A ne peut qu’aboutir à une sélection des malades les plus rentables et à une dangereuse et inflationniste course à l’acte 


Aujourd’hui, la loi
Hôpital, patients, santé et territoires poursuit l’évolution de notre système de santé vers une logique concurrentielle, lucrative, et génératrice d’inégalités. 


Les groupements de coopération sanitaire prévus par la loi Bachelot vont opérer le rapprochement d’établissements de santé publics et privés, sous l‘impulsion des nouvelles Agences Régionales de Santé


Conséquence? A coup sûr, la disparition de certaines activités du secteur strictement public et, à terme, l‘impossibilité pour de nombreux patients d‘accéder à des soins de qualité

Parallèlement, les établissements de santé privés pourront désormais participer à l’enseignement universitaire et bénéficier ainsi du renfort de médecins en formation payés par la collectivité. 


Nicolas Sarkozy a dit qu‘il faut un vrai patron à l’hôpital. Aussi donne-t-il toute latitude aux directeurs d’hôpitaux pour gérer leurs établissements comme des entreprises. Aussi ces directeurs pourront-ils désormais être issus du secteur privé.

Quant aux médecins, ils pourront être recrutés sous un statut de droit privé, avec une rémunération comportant une part variable.

Soixante cinq ans après le programme du Conseil national de la Résistance qui jetait les bases du modèle social français, est-ce de cela que nous voulons ? 

NON ! L’hôpital public doit rester le pilier d’un système de santé qui allie excellence médicale et égalité d’accès aux soins. Il faut

- intégrer dans tout plan de relance des investissements majeurs en direction de l’hôpital public,

- revenir sur le dogmatisme de l’application de la Tarification à l’activité : accorder à l’hôpital public des rémunérations forfaitaires à la hauteur des missions qu’il assume; permettre ainsi aux hôpitaux d’assainir leurs budgets, 

- réorganiser l’hôpital sans le soumettre à une logique de rentabilité,

- responsabiliser les acteurs du système hospitalier en développant une gouvernance démocratique et transparente de l’hôpital,

- développer dans les zones de faible densité médicale une nouvelle génération de dispensaires-pilotes, destinés à pratiquer une médecine ambulatoire en lien étroit avec la médecine hospitalière.


Sur ce même sujet, voir l’article paru sur le site de Libération, le 29 avril : L'hôpital fait bloc contre la loi Bachelot.

 

Cet article est le 37ème paru sur ce blog dans la catégorie Santé et sécu sociale.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
<br /> Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!<br /> ___________________<br /> <br /> dissertation<br /> <br /> <br />
Répondre