Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

27 juillet 2006 4 27 /07 /juillet /2006 09:26

 

Bilan des assises

Ces assises ouest étaient initiées par la direction nationale du MRC et organisées par le MRC de Loire-Atlantique sous la responsabilité de Jean-Louis Le Bouëdec, en relation avec le coordonnateur régional, Michel Sorin (MRC 53), qui animait la réunion.

 Les partis de gauche avaient été invités afin d’exprimer leurs positions en vue des échéances électorales 2007. En outre, un intervenant national représentatif du mouvement social et associatif allait apporter son éclairage sur ce sujet, mais aussi sur le thème de la laïcité, au moment du centenaire des lois laïques de 1905.

Une quarantaine de personnes étaient présentes dans la salle des Associations, dont une douzaine de militants MRC issus de plusieurs départements de l’ouest (Finistère, Morbihan, Mayenne, Vienne, Calvados).

 

 Commentaires du MRC 53 lors de sa réunion le 19 janvier 2006

  

"Dans le cadre d’une décision nationale, afin de préparer les états généraux de la gauche, le MRC a décidé d'organiser une réunion publique dans chaque grande région correspondant à la circonscription créée à l’occasion des élections européennes (pour nous : Bretagne, Pays de la Loire et Poitou-Charentes) en invitant les autres partis de gauche.

 

Cette réunion à Nantes était co-organisée par Jean-Louis Le Bouëdec (MRC 44) et Michel Sorin (MRC 53, coordonnateur). Le premier était chargé de la préparation matérielle et des contacts politiques et médiatiques locaux, et le second des contacts nationaux et régionaux ainsi que l’animation de la réunion. 

 

Le 16 décembre, en plus des représentants des partis, Michel Sorin avait sollicité Bernard Teper, président de l’UFAL, pour intervenir sur le thème de la laïcité en raison du centenaire de la loi de 1905.

 

Les interventions à la tribune de Patrick Trannoy (secrétaire national du MRC), de Michel Rica (1er secrétaire départemental 44 du PCF), de Stéphane Junique (secrétaire fédéral 44 du PS) ont été complétées par les interventions dans la salle de Jean-Yves Corbière (pour les Radicaux de gauche 44) et de Jean-Claude Hervé (vice-président ATTAC 44) et celles de nombreux militants. 

 

Une conférence de presse avait permis d’avoir une présentation de la réunion dans les éditions de Ouest-France et Presse-Océan en Loire-Atlantique. Toutefois, la belle salle des associations de Nantes aurait pu accueillir beaucoup plus que la quarantaine de personnes présentes, dont une douzaine venue d’autres départements – le Finistère, le Morbihan, la Vienne et le Calvados. La Mayenne était représentée par Gérard Beillard, Georges Minzière et Michel Sorin. 

 

Les différents intervenants, à la tribune et dans la salle, ont pu exprimer clairement leurs points de vue et débattre dans un climat chaleureux d’attention, d’écoute et de respect.

 

 Tout en percevant des différences entre les positions du PCF, du MRC et de Bernard Teper  d’une part, du PS d’autre part, chacun ressentait le besoin d’unité de la gauche autour d’un projet 2007 réellement alternatif, à préparer d’urgence.

 

En prenant l’initiative de ces assises régionales, le MRC a contribué à faire avancer cette idée de rassemblement autour d’un projet construit et partagé par l’ensemble de la gauche".

 

Texte d’invitation aux assises régionales ouest

Quelle République voulons-nous pour la France ?

 

 Cette question est posée à tous les Français, qu’ils soient de droite ou de gauche.

 D’ailleurs, est-il si facile de se dire de droite ou de gauche aujourd’hui, au vu de ce que nous offrent les partis dirigeants et, surtout, compte tenu de la politique qu’ils ont menée depuis vingt ans ?

 La droite, qui a répudié ce qu’il y avait de positif dans le gaullisme, a choisi la stratégie de l’affrontement et nous invite à laisser tomber le vieux modèle républicain, usé et démodé, pour aller vers une société à l’américaine, libérale et violente, mais douce pour les riches.

Cette droite veut en finir avec l’hypocrisie : elle utilise un discours populiste outrancier, voire ordurier, afin d’obtenir les faveurs d’électeurs attirés par ce type de langage. Au risque de se montrer telle qu’elle est, arrogante et méprisante.

 La gauche est emberlificotée dans un clivage politique flou que personne ne comprend car elle n’a pas le courage d’affronter la réalité et de dire la vérité : sa propre démission depuis vingt ans face au pouvoir financier mondial .

L’enjeu présidentiel ayant pris le dessus sur les questions de fond, la synthèse socialiste du Mans est un compromis qui laisse au futur candidat la liberté de choix de son programme.

 Comment s’étonner, dans ces conditions, que les citoyens soient en plein désarroi !

La gauche et la droite leur semblent très éloignées de ce qu’ils vivent.

Et, pour beaucoup d’entre eux, le clivage droite-gauche est fortement brouillé,

ce qui justifie leurs votes de plus en plus volatils et zappeurs.

 Reconnaissons-leur des excuses, tant le monde politique s’est éloigné du monde réel. Mais ramenons-les à leurs responsabilités de citoyens dans une République où le peuple est souverain.

 Dans quel type de société voulons-nous vivre ?

 Le modèle américain proposé par la droite (liberté pour les forts et inégalités pour tous) ?

Le modèle français républicain à réinventer (liberté et égalité pour tous, solidarité)  ?

Disons-le clairement : si nous laissons faire, le risque est grand que les inégalités et les injustices croissantes, les exclusions et les violences, nous conduisent bientôt vers une société à l’américaine.

 C’est pourquoi nous demandons aux Socialistes et à la gauche de tirer vraiment les leçons du 21 avril 2002, du 29 mai 2005 et de la crise des banlieues, symptômes du mal être français.

 La promesse républicaine de l’égalité doit être tenue, sinon les libertés ne sont plus que formelles.

La fermeté doit être assortie d’une politique d’émancipation pour tous.

 Les difficultés de la France et des Français ne sont pas à prendre à la légère.

Le sursaut ne peut venir que de la rencontre entre la gauche et le peuple, autour d’un projet républicain exigeant et cohérent. N’oublions pas que la nation démocratique est le cadre historique du développement du progrès social. Face aux menaces de toutes sortes et aux dérives néo-libérales,

 Citoyennes, citoyens, la République vous appelle !

 Après plusieurs mois d’informations, de débats publics et privés, de sondages et de menaces… Qui a voté non le 29 mai ?

Le monde du travail actif, jeune, avec diplômes et revenus peu ou moyennement élevés.

Aux yeux du peuple, ce vote conscient était manifestement un feu rouge pour cette Europe d’inspiration néo-libérale soutenue principalement par la droite en France.

Aux yeux des décideurs, c’était un feu clignotant, qui n’interdit pas de passer…à condition d’avancer prudemment et habilement !

 Nous affirmons que le peuple doit avoir le dernier mot dans une démocratie.

Encore faut-il qu’il soit vigilant, rassemblé et mobilisé pour se faire respecter !…

C’est pourquoi nous proposons les états généraux de la gauche, préparés par

les lieux d’échanges et de débats que sont les assises régionales.

 Au point où nous en sommes, chacun doit être conscient que l’enjeu des élections nationales au printemps 2007 sera de décider dans quelle République nous voulons vivre : celle qui accepte la domination du pouvoir financier sur toutes les activités humaines, ou celle qui met en œuvre la liberté, l’égalité et l’émancipation pour tous.

 Comme dans les grands moments de notre histoire, il importe que des hommes et des femmes, armés de leur lucidité et de leur courage, se mettent en mouvement…

Pour défendre et promouvoir une République vivante, laïque, sociale, démocratique.

Cet appel s’adresse à tous ceux qui pensent que la gauche doit se rassembler et préparer

une véritable alternative aux politiques néo-libérales de la droite,

en sachant que cela ne pourra se faire qu’avec la participation active des citoyens.

Assises régionales de la gauche

Vendredi 16 décembre 2005 à 20h30 à NANTES

Grande salle de la Manufacture, boulevard Stalingrad.

Thème principal de ces assises, en relation avec le centenaire des lois sur la laïcité :

Thème principal de ces assises, en relation avec le centenaire des lois sur la laïcité :

La République sociale et laïque

 

Partager cet article
Repost0

commentaires