Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 22:03

Le PS aurait intérêt à se saisir des propositions du MRC


Martine Aubry, responsable du Parti Socialiste, n’a pas eu un franc succès avec l’initiative qu’elle a prise, le 7 juillet, d’adresser une lettre aux responsables des partis de gauche se situant dans la perspective de participer au gouvernement de la France - voir, sur ce blog :


L'appel du PS au rassemblement de la gauche, initiative intéressante
- 12 juillet 2009

Michel Sorin : le PS ne s'en sortira pas sans se remettre en question - 13 juillet 2009

 

Sur le site de Rue89, Julien Martin, le 13 juillet, expliquait : Union de la gauche : pourquoi Martine Aubry prend un râteau.

 

« Après son piètre score aux européennes, le PS échoue à créer une union de la gauche en vue des régionales ».

Avec plus ou moins de doigté, tous ont dit non à Martine Aubry. Mardi dernier, la première secrétaire du PS a envoyé une lettre à tous les représentants des partis de gauche, à l'exception du NPA, pour les appeler à une « nouvelle démarche de rassemblement », à la création d'une « maison commune », dès les élections régionales de 2010 (…).

Mais le Parti socialiste, qui éprouve les pires difficultés à rassembler en son propre sein, ne parvient plus à convaincre les autres partis à gauche de se réunir autour de lui. Un second désaveu cinglant pour la première secrétaire socialiste, après l'échec des européennes. Des partis qui ont chacun des raisons à faire valoir pour justifier leur refus.

Raison n°1 : Les alliances avec le MoDem.  Raison n°2 : La faiblesse électorale du PS. Raison n°3 : Les expériences passées.

Concernant le Mouvement Républicain et Citoyen, qui n’avait pas répondu, le journaliste anticipait une réponse négative.

(…) L'échec d'une alliance aux élections européennes semble toujours très présent dans les esprits. Selon nos informations, son président (Jean-Pierre Chevènement) ne rendra public sa réponse à Martine Aubry que mercredi, mais le dernier édito publié le 29 juin sur son blog ne laisse guère la place au doute :

« Nous avons cherché depuis trois décennies à réconcilier la gauche avec l'exigence républicaine. (…) C'est peu dire que le PS ne nous en a pas été reconnaissant. Nous avons cependant résisté à la campagne de marginalisation lancée contre nous, depuis longtemps et redoublée depuis 2002. (…) Le MRC fera donc entendre sa voix en toutes circonstances. »

La presse, y compris celle dite de gauche, ne veut pas croire en la crédibilité de l’initiative de Martine Aubry, car elle ne croit pas dans la crédibilité du PS.

J’ai observé que, depuis la parution publique de la réponse de Jean-Pierre Chevènement, relayée par une dépêche de l’AFP, aucun organe de presse ne l’a évoquée. Sans doute parce qu’elle ne va pas dans le sens attendu. Voici cette réponse, parue le 15 juillet sur le site du MRC.

Jean-Pierre Chevènement répond à la lettre de Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste

 

Madame la Première Secrétaire, chère Martine,

J’ai bien reçu votre lettre du 7 juillet 2009. Nous partageons l’idée que « la gauche doit changer », mais elle ne saurait, selon nous, surmonter ses divisions que si, tous ensemble, nous sommes capables de procéder à une analyse sérieuse et approfondie de la « globalisation financière » ou si vous préférez, du capitalisme financier de notre temps. Ce système qui a creusé les inégalités et entraîné un profond recul de la démocratie ne s’est pas installé d’hier. Sa crise implique que nous définissions des ripostes qui soient « à la hauteur ». Nous devons offrir un projet dans lequel le peuple français puisse se reconnaître.

A cet égard, nous sommes trop conscients des insuffisances que la gauche a manifestées après 1983 aussi bien que dans la période dite de la « gauche plurielle » (1997-2002) pour proposer de revenir à des formules qui ont montré leurs limites. Il a manqué et il manque encore à la gauche un « projet ».

 

Nous sommes donc partisans d’Etats généraux de la gauche où chacun pourrait exposer ses analyses et ses propositions, non pas sur un sujet particulier mais sur l’ensemble de la démarche qui permettrait de rendre un espoir à notre peuple.

Nous ne voulons pas noyer sous des initiatives particulières qui brouilleraient encore plus le message de la gauche, l’autocritique salubre et nécessaire et les propositions à la fois audacieuses et réalistes qui pourraient retisser un lien de confiance, aujourd’hui fortement distendu entre la gauche et les couches populaires.


Pour ce qui le concerne, le Mouvement Républicain et Citoyen avait proposé, lors de son dernier Congrès, les 28 et 29 juin 2008, au Kremlin-Bicêtre, une « refondation républicaine » de toute la gauche. Qu’entendons-nous par là ? Qu’en toutes choses l’intérêt du pays soit notre boussole. C’est cette exigence républicaine qui pourrait permettre de déboucher sur la création d’un grand parti de toute la gauche seul capable de fournir l’électrochoc nécessaire. Nous constatons que notre offre n’a rencontré aucun écho de la part de la direction du parti socialiste, jusqu’à votre lettre du 7 juillet 2009 évoquant une « maison commune », aux contours, il est vrai, pour le moins imprécis.

Le redressement de la construction européenne, le rôle que la France peut y prendre, la conception républicaine de la nation sont évidemment des questions clés. L’est également l’élaboration d’un nouveau modèle de développement qui soit soutenable dans la durée et tienne compte de la nouvelle multipolarité du monde. Entre les Etats-Unis et la Chine dont la relation structurera le XXIe siècle, la France et l’Europe ont des intérêts légitimes à défendre, à commencer par ceux de nos couches populaires, particulièrement éprouvées par les délocalisations d’activités.

L’intérêt général de notre peuple et celui de l’Humanité tout entière ne sont pas contradictoires. Encore faut-il inventer un nouveau chemin. C’est à cela qu’une gauche digne de ce nom devrait consacrer ses efforts. Pour ne pas décevoir à nouveau, la gauche doit tenir un discours de vérité.

C’est dans cet esprit que le Mouvement Républicain et Citoyen est prêt à participer à la rentrée à une rencontre des partis de gauche qui permette de « débroussailler le terrain ».

Je vous prie de croire, Madame la Première Secrétaire et chère Martine, en l’assurance de ma meilleure pensée.

 

Lire aussi la dépêche AFP (16 juillet) : Appel d'Aubry au rassemblement: le MRC "prêt" à rencontrer les partis de gauche

 

Cet article est le 111ème paru sur ce blog dans la catégorie Gauche refondation.

Partager cet article
Repost0

commentaires