Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

28 juillet 2006 5 28 /07 /juillet /2006 21:17

 

Quelques éléments d’information sur CLEARSTREAM

 Michel Sorin apporte des compléments d’information sur Clearstream, ce qui suscite un débat animé, chacun ayant reçu une copie des déclarations de Vincent Peillon (PS, parlementaire européen) sur cette question qu’il connaît bien (il a été rapporteur de l’enquête parlementaire sur le blanchiment de l’argent sale).

 Il y a trois niveaux dans l’affaire Clearstream :

L’affaire proprement dite, mise en évidence par les publications du journaliste-écrivain Denis Robert en 2001-2002, puis par le rapport de l’enquête parlementaire Montebourg – Peillon, a provoqué un changement de la direction et de l’actionnaire majoritaire de la société luxembourgeoise Clearstream. Celle-ci est une sorte de coopérative bancaire (« chambre de compensation financière ») fondée par les établissements financiers afin de faciliter les transactions financières. L’absence de contrôle et de transparence a favorisé la dissimulation de l’argent du crime.

 L’affaire des frégates marines vendues par la France à Taïwan, au début des années 1990, a donné lieu à des commissions  et rétro-commissions dont le montant est évalué à 900 millions €.  S’agissant du ministère de la Défense, cette affaire de vente d’armes est couverte par le secret-défense qu’aucun ministre de la Défense n’a voulu lever (de hautes personnalités étrangères étant concernées directement, cela aurait des conséquences diplomatiques importantes, la commission de la défense chargée d’éclairer le ministre s’est opposée à la levée du secret-défense).

 L’affaire Villepin-Sarkozy : Sarkozy suspecte de Villepin d’avoir utilisé contre lui des listes informatiques de comptes issus de Clearstream. Le patronyme de Sarkozy figure sur ces listes, mais ceux de Madelin, Strauss-Kahn et Chevènement aussi, de même que diverses personnalités. Des enquêtes judiciaires ont été ouvertes afin de savoir qui est à l’origine de ces listes trafiquées. La  presse a porté sur la place publique des éléments de l’enquête qui tendent à prouver que l’ancien ministre des affaires étrangères, début 2004, aurait cherché à utiliser cette affaire pour déstabiliser le ministre de l’intérieur.

 Les acteurs principaux (Gergorin, Lahoud), proches de Villepin, sont dirigeants ou cadres d’EADS, groupe européen franco-allemand (à parité) issu de regroupements d’entreprises privées et publiques des secteurs de l’aéronautique (Airbus) et de la défense (Lagardère) en 1999. L’Etat français détient 15% du capital d’EADS.

 Gergorin, proche de Jean-Luc Lagardère, a émis des doutes sur les causes de la mort de celui-ci (officiellement, maladie nosocomiale). Il suspecte un empoisonnement par les mafias liées aux activités d’armement et à l’affaire des frégates de Taïwan. Il est persuadé que la piste des fichiers de Clearstream contient des éléments conduisant aux transactions financières réalisées par ces mafias.

Partager cet article
Repost0

commentaires