Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

28 juillet 2006 5 28 /07 /juillet /2006 21:50

 

Intervention des dirigeants nationaux (extraits) 

 Georges SARRE

 

 

 

 Intervention, en début de séance, de Georges Sarre, maire du 11ème arrondissement, président du groupe des élus MRC de Paris, premier secrétaire du MRC :

 « Atteinte au cœur de ce qui fonde son modèle social et politique, la France est en danger. (…) Face à cette grave crise nationale, il ne faut pas sombrer dans le déclinisme. Il faut d’abord changer de majorité, de gouvernement et, surtout, de politique ! (…).

 De sa critique des dirigeants du pays, retenons ce qu’il voit derrière le concept de rupture (Sarkozy) : « Sa rupture, c’est la rupture des dernières digues qui freinent le flot dévastateur de la mondialisation néo-libérale sur le modèle social français. Sa rupture, c’est la rupture des derniers liens civiques et sociaux qui font la France, sa force et sa spécificité. Sa rupture, c’est le dernier coup de poignard porté au pacte national et social. Sa rupture, c’est la rupture de la France avec elle-même » (…).

 A propos des prochaines échéances électorales : « 2007 peut être l’heure du changement politique. En 2007, les élections législatives auront autant d’importance que l’élection présidentielle. Le quinquennat qui s’ouvrira sera scandé par le suffrage universel. Municipales et cantonales en 2008, européennes en 2009, régionales en 2010 : un rendez-vous par an ! (…).

 Le MRC peut jouer un rôle clé. Nous pouvons peser de toute la force de nos idées et de nos militants dans une dynamique majoritaire à gauche. Le MRC est porteur d’un message cohérent et pertinent.

 Si nous recherchons un accord avec le PS, c’est pour peser sur l’avenir. Si nous voulons retrouver une représentation parlementaire, c’est dans le cadre d’un accord politique sérieux, conforme aux attentes populaires exprimées le 29 mai 2005, et pour faire vivre, dans la durée, notre collectif et nos idées.

 Réorientation profonde de la construction européenne, modification des statuts de la BCE, renégociation du pacte de stabilité budgétaire, clauses sociales et environnementales à l’OMC et tarif extérieur commun pour une préférence commerciale communautaire, démocratisation des prises de décision en Europe et donc respect de la souveraineté des Nations, politique industrielle volontariste en France, défense et reconquête des services publics, politique de sécurité responsable, ferme et juste, voilà autant d’orientations essentielles pour nous (…).

 La démarche exploratoire engagée avec le PS doit permettre au MRC de peser réellement sur l’orientation politique nécessaire au redressement de la France ».

Jean-Marie ALEXANDRE

 Jean-Marie Alexandre a ensuite présenté le cadre des discussions avec le PS concernant les prochaines élections législatives.  Le PS souhaite un double accord (politique et électoral) avec le MRC, si possible avant le 1er juillet, en associant élections législatives et élection présidentielle.

 Un accord aux législatives interdit la présentation d’un candidat MRC à la présidentielle. Le PS a le même objectif avec le PRG.   Le secrétariat national aux élections a défini quatre catégories de situations pour les circonscriptions législatives :  celles qui sont gagnables, où le candidat MRC serait soutenu par le PS et le PRG dès le 1er tour,  celles qui ne sont pas facilement gagnables, où  le candidat MRC serait dans la même situation, celles qui ne sont pas facilement gagnables, où les différentes composantes de la gauche seraient présentes au 1er tour (pour bénéficier des financements publics, il faut au moins 50 candidats obtenant plus de 1% des voix), celles où le candidat PS, ministrable en cas de victoire de la gauche, pourrait avoir un suppléant MRC ayant des chances d’être député en cours de mandat.

Jean-Pierre CHEVENEMENT

 

 

  Dans le débat qui a suivi, Jean-Pierre Chevènement a tenu à replacer les contacts exploratoires avec le PS dans le cadre et le sens de ce qui a été fait par le Mouvement depuis 1992.

 

 

  « C’est le PS qui est demandeur. Il convient de discuter en sachant que la décision définitive sera prise à la fin de l’année, lors d’une convention nationale du MRC. Le contexte est brumeux. La France est dans le brouillard. Ségolène Royal a déclassé ses concurrents du PS (mais s’en est fait des ennemis). Ses idées (sécurité, Europe) sont étudiées. Par elle-même et parce qu’elle est une femme, elle donne l’impression de changement.

 Le projet du PS n’est pas clair. Sur l’Europe, il est fédéraliste (pour un nouveau traité constitutionnel, strictement institutionnel). Il fait l’éloge du multiculturalisme, ce qui n’est pas loin du communautarisme. La partie économique est très faible (pas de marge de croissance alors que c’est par là que doit passer la volonté politique). Laurent Fabius se distingue par son ancrage républicain mais, sur l’Europe, il reste dans la ligne fédéraliste. Il a peu de chances d’être désigné par le PS.

 L’actuelle majorité est dans une confusion extrême. Le système médiatique est entre les mains des marchands de canon et de béton. Le système politique est très corrompu (Clearstream). La voie semble libre pour Sarkozy (libéral, communautariste et ultra-atlantiste) qui est agité, mais il est habile, négociateur souple et a beaucoup d’abattage.

 A gauche, impossible de savoir qui sera le candidat du PS et ce qu’il (ou elle) dira. La gauche du NON est disparate. Nous avons le projet le plus cohérent. Sur tous les sujets, nos idées progressent mais sont dévoyées».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires