Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 22:37

 

Mouvement Républicain et Citoyen 

 9 rue du Fbg Poissonnière – 75009 PARIS

 Objet : Agriculture et PAC                                                  

Paris le 1er juillet 2005

                                                       

Chers(e) Camarades,

 L’agriculture et la Politique Agricole Commune (PAC) sont sous les feux de l’actualité, à l’initiative du président en exercice de l’Union européenne. Elles vont le rester.

  La PAC est à réinventer. Il ne suffira pas de la réorienter.  C’est vrai aussi de l’Europe dans son ensemble.

 Cette question a été évoquée, lors de nos travaux du Conseil national le 25 juin, par plusieurs intervenants dont Michel Sorin (voir, ci-joint, le texte de son intervention) et Jean-Pierre Chevènement qui souhaite en faire un élément important du projet (dont le rédacteur est Jean-Yves Autexier).

 Nous en sommes tous d’accord : la PAC doit être au cœur de notre projet.

 L’agriculture est un élément constitutif de base de notre société. Elle s’est développée dans le cadre de la PAC à partir de 1962, mais l’Europe actuelle à 25, bientôt 27, est bien différente de ce qu’on appelait l’Europe des 6, ou encore le Marché commun, avant l’entrée de la Grande-Bretagne en 1973.

 La PAC est perçue aujourd’hui comme une charge qui pèse excessivement sur le budget européen et qui mécontente tout le monde. Elle est ringardisée par les Anglais qui l’ont toujours rejetée, car contraire à leurs intérêts (ils préféraient s’approvisionner en produits alimentaires à moins cher sur le marché mondial, notamment à partir des anciennes colonies britanniques).

En réalité, si nous le voulons, l’agriculture et la PAC seront l’élément novateur de différenciation et de proposition d’un autre modèle de développement, notamment vis-à-vis des pays du Sud.

 Pourquoi l’agriculture est-elle si importante ?

 D’abord en raison de sa fonction nourricière fondamentale (en liant chaîne alimentaire et santé publique). Mais aussi par le rôle qu’elle joue dans l’espace rural, le paysage, le territoire, l’environnement, l’emploi direct et induit (industrie agroalimentaire) et, de plus en plus, comme matière première non alimentaire (énergie, industrie).

 Ensuite, à travers les échanges commerciaux de denrées alimentaires, importations (avec ou sans taxes) et exportations (avec ou sans subventions publiques), les interventions d’aide humanitaire (lutte contre la faim), elle a des implications géopolitiques internationales.  Il faut ajouter l’impact des recherches agronomiques et médicales, comportant à la fois des progrès et des risques considérables.

 L’agriculture est le type même d’activité économique qui oblige à « penser mondial » tout en se préoccupant de ses liens directs et indirects localement avec l’organisation de la vie sociale.

C’est un bon exemple de ce qu’est l’action politique.  Fournir des denrées alimentaires n’est pas une activité comme les autres  C’est pourquoi l’intervention publique se justifie pleinement. Elle nécessite, dans chaque pays, un vrai débat politique sur la place et le rôle de l’agriculture dans la société.

 L’Europe, prolongement des nations, est le bon niveau pour avoir une approche globale et mondiale des problèmes de production agricole, d’alimentation, de population rurale et d’environnement.

 La PAC doit être réinventée sur la base de principes renouvelés, dont ceux-ci :

 Chaque nation est responsable de la sécurité alimentaire et de la sauvegarde de l’environnement sur son territoire. La politique alimentaire et environnementale n’est pas dissociable de la politique agricole. L’Europe doit présenter des propositions géopolitiques pertinentes, visant à assurer l’avenir agricole et alimentaire du monde.

 Dans ce cadre, la PAC aura vocation à définir des objectifs et des moyens conformes à l’intérêt général des paysans et de la société :

 Satisfaction quantitative et qualitative des besoins alimentaires, emploi et revenu des paysans, moindre dépendance en énergie et en protéines, réorientation des aides publiques en veillant à leur légitimité.

 Préférence communautaire, sécurité et souveraineté alimentaires, maîtrise des productions, prix rémunérateurs, exportations dans les conditions du marché, aides publiques ciblées et justifiées.

 Nous présentons ces orientations au nom de la direction du MRC. Ce sont celles proposées au Conseil national par le délégué à l’agriculture.

Faites en sorte de les diffuser auprès des militants. Elles seront sur notre site Internet.

Les avis, remarques et amendements seront les bienvenus et pris en compte dans la rédaction qui sera transmise à Jean-Yves Autexier le 20 juillet.

  

Nous demandons à chaque fédération de nous communiquer les noms et coordonnées des militants ou sympathisants, chargés dans les départements de mener les réflexions sur ce thème de l’agriculture et de la PAC.

 Si vous connaissez des personnes ayant des compétences sur ces questions, n’hésitez pas à les solliciter et leur demander de travailler avec nous. C’est ainsi que nous affirmerons  notre existence politique dans tous les départements.

Nous comptons sur vous et votre mobilisation… même si vous pensez aussi aux vacances !

 Amitiés et salutations républicaines et citoyennes.

 Le délégué national à l’agriculture                                            Le Premier Secrétaire

              Michel SORIN                                                           Georges SARRE   

Partager cet article
Repost0

commentaires