Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 22:29

 

Triste spectacle d’une Europe non protectrice


Regardons de près le spectacle offert par une Europe non organisatrice d’un secteur économique (les fruits et légumes), non protectrice des revenus des producteurs, mais se faisant un plaisir de sanctionner un Etat-membre qui a joué les fortes têtes sur la période 1992-2002. Il s’agit, bien sûr, de la France, dont les gouvernements successifs ont osé aider les producteurs, sans en référer à la Commission européenne.

 

Dans un article mis en ligne le 3 août (voir Fruits et légumes : la valeur concurrence mise en avant par l'Europe), j’avais abordé, à chaud, le dossier. J’y reviens en essayant d’en tirer les principaux enseignements, après avoir rappelé comment cette affaire a été révélée.

 

C’est le moment de faire référence à Arrêt sur images - décryptage de l'actualité des médias.

 

Si les médias avaient fait leur travail, la décision de la Commission européenne, le 28 janvier 2009, aurait pu faire l’objet de débats lors de la campagne des élections européennes. Il n’en a rien été.

 

Sophie Gindensperger le 03/08/2009 a révélé Comment un stagiaire du Parisien a mis le feu aux fruits et légumes Le scoop était caché sous le marronnier d'été.


Le premier enseignement de cette affaire est la volonté du ministre
Bruno Le Maire, avec le plein accord du président de la République et du Premier ministre, de ramener la France dans la direction des institutions européennes, en prévision des négociations sur la Politique Agricole Commune en 2010.


L’ex-secrétaire d’Etat aux affaires européennes a le réflexe européen. Il a voulu montrer sa bonne volonté dans le dossier du remboursement des aides à l’Etat français par les producteurs de fruits et légumes et leurs organisations professionnelles.


Ce retour de la France en Europe
, comme le disait le président de la République le soir de son élection, se traduit par son alignement sur les positions libérales dogmatiques de la Commission européenne, ce qui n’a rien de surprenant.


Cet aspect est bien mis en évidence dans l’article paru dans L’Humanité le 4 août : • La réalité crue de l’Europe protectrice… Par Patrick Le Hyaric


En faisant ce choix, le ministre s’est clairement différencié de ses prédécesseurs, assimilant cette position à du courage politique, ce qu’elle n’est pas, car elle cède au laisser-faire anarchique au lieu de rechercher l’harmonisation des conditions sociales et environnementales dans la filière des fruits et légumes en Europe. Est-ce du courage politique de demander à une filière économique en crise de rembourser des aides qu’on a soi-même versées il y a dix ou quinze ans ? N‘est-ce pas plutôt de l’inconscience de la part de ce jeune technocrate, devenu ministre, qui ignore ce que signifie continuité de l’Etat.

 

Ce point est souligné dans le communiqué de Debout La République, le 3 août : Remboursement d’aides par les producteurs de fruits et légumes : DLR refuse le défaitisme de Bruno Le Maire.

 

Le second enseignement est la nécessité de faire face, de toute urgence, à la gravité de la crise dans ce secteur des fruits et légumes, laquelle est accentuée par les difficultés d’exportation, en lien avec la crise économique et bancaire (Sources : L’avenir agricole, 7 août). L’interprofession l’explique par deux raisons : la chute des couvertures d’assurance-crédit, conséquence de la crise bancaire, et la fermeture du marché russe en raison de la faillite d’un gros importateur et de l’effet de dominos qui a suivi.

 

Pour info, quelques articles parus ces derniers jours sur le site du Monde :

 Les agriculteurs unis pour ne pas rembourser les aides d'Etat, comme l'exige Bruxelles, par Claire Gatinois et Nicole Vulser

 

Vers une délocalisation de l'agriculture française

 

Cet article est le 130ème paru sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article
Repost0

commentaires