Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs, qui n'est plus membre du MRC depuis 2015. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En 2022, le MRC est devenu membre de la Fédération de la Gauche Républicaine avec quatre autres organisations politiques.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 22:57

Un Fatah pour discuter avec le Hamas et avec Israël

 

Le congrès du Fatah, qui vient d’avoir lieu à Bethléem, en Cisjordanie, est, en soi, un évènement, puisque le précédent date de 1989, à Tunis. Mieux : ce congrès de la formation historique du mouvement palestinien est porteur d’espoir de paix, même s’il convient d’écrire cela avec beaucoup de précaution.

 

Les nouveaux membres de la direction ont combattu sur le territoire palestinien et plaident pour une profonde réforme interne du mouvement, la corruption et le népotisme ayant été pour beaucoup dans la déroute du Fatah, évincé de Gaza par le Hamas en juin 2007 (voir Le Monde, édito, 12 août, La mue du Fatah).

 

Un homme, Marwan Barghouti, détenu en Israël depuis sept ans pour « terrorisme » (il a été condamné à cinq peines de prison à perpétuité, en raison de son action pendant l’Intifada), a été élu au comité central. Sa libération est souvent évoquée, y compris par des ministres israéliens (voir l’article ce 12 août sur le site du Monde Les ministres israéliens divisés sur la libération de Marwan Barghouti).

 

Sur le site de l’Humanité, ce 12 août, Pierre Barbancey donne sa version du congrès (voir Mahmoud Abbas impose sa direction au Fatah).


Pierre Haski, sur Rue89, le 11 août, résumait la situation 
Israël : un ministre veut libérer Barghouti le « terroriste »


Sur ce même site, Ambroise Bouleis, le 4 août, avait résumé Palestine : d'Arafat à Abbas, 50 ans de combats du Fatah.

 

Le résultat de ce congrès semble plus positif que ne le prévoyait un observateur averti comme Gilles Paris (voir son article paru le 3 août sur le site du Monde Les Palestiniens en mal de représentation et de stratégie, par Gilles Paris).

 

Qui représente les Palestiniens ? Soixante ans après la création clandestine du Fatah (acronyme inversé du Mouvement de libération de la Palestine) au Koweït, la question n'est plus un argument israélien utilisé pour éviter d'entrer dans un processus de négociations jugé a priori trop coûteux. Le mouvement national palestinien, longtemps incarné par le seul Fatah, apparaît aujourd'hui pour ce qu'il est : en panne, perclus de divisions et de fractures. A tel point qu'il est peu probable que son congrès prévu le mardi 4 août à Bethléem après avoir été retardé pendant deux décennies, suffise à remettre ce mouvement en ordre de marche.

 

On peut dater le début de ses ratés avec le processus de paix d'Oslo, lancé en 1993, et qui promettait pourtant de traduire l'aspiration nationale palestinienne dans le cadre de la solution des deux Etats, une Palestine fondée en Cisjordanie et à Gaza. Le retour triomphal de l'OLP et de son chef, Yasser Arafat, dans l'étroite bande de terre, en 1994, précipita en effet une cassure historique avec la diaspora éparpillée dans les camps de réfugiés créés à partir de 1948. La création du Fatah et la "repalestinisation" d'une cause longtemps instrumentalisée pour leur seul profit par les Etats arabes de la périphérie, étaient en effet des produits des camps et étaient dirigés contre une élite palestinienne accusée d'avoir échoué face au projet sioniste. Cet éloignement contribua à "geler" la mobilisation de la diaspora. Les cadres du Fatah et de l'OLP y perdirent en puissance en donnant l'impression de privilégier désormais les Palestiniens "de l'intérieur" (…).

 

Sur le site de l’Humanité, il est rappelé que Salah Hamouri, jeune franco-palestinien, est détenu dans les geôles israéliennes depuis 1500 jours pour un délit imaginaire.

Voir aussi les informations sur ce qui est fait en Mayenne par l’ASFP : Laval : l'association de solidarité France Palestine Mayenne, relancée - 2 avril 2009.

 

Cet article est le 19ème paru sur ce blog dans la catégorie Proche Moyen Orient.

Partager cet article
Repost0

commentaires