Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 21:41

En Allemagne comme en France, la gauche est à refonder

 

Ce 27 septembre, la sanction est tombée sur les sociaux démocrates allemands : plus mauvais résultat aux élections législatives depuis que la République fédérale existe.

 

Cela n’a pas empêché les deux responsables du SPD, Steinmeier et Münfering (qui représentent l’aile droite de ce parti), de déclarer vouloir se maintenir à leurs postes, comme si rien ne s’était passé.

Ils étaient les deux principaux collaborateurs de Gerard Schröder, le chancelier social démocrate qui a fait voter des lois antisociales concernant l’assurance chômage, notamment. Ils vont tout faire pour résister à la pression qui monte des militants en faveur d’une politique de gauche.

 

Ainsi, l'ex-dirigeant des jeunesses du parti, les "Jusos", Björn Böhning, et celle qui lui a succédé, Franziska Drohsel, exigent des changements et un processus de renouveau au sein du parti après ce scrutin. Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, qui fait alliance, localement, avec Die Linke, affirme qu’il faut changer de politique et aller vers une alliance nationale avec Die Linke (voir l’article de Sylvain Lapoix, ce 27 septembre, sur le site de Marianne Fausse victoire de Merkel, vraie faillite du SPD).

 

Fin de l’ère Schröder ? C’est probable. Les sociaux démocrates ont quatre ans pour changer d’orientation et préparer les alliances qui les mettront en position de gouverner l’Allemagne.

 

La montée des néolibéraux (FDP) était prévisible depuis l’élection en Hesse, au début de cette année (voir Hesse (Allemagne) : la droite triomphe, bénéficiant des erreurs du SPD - 19 janvier 2009).

 

La poussée de « La Gauche » (Die Linke) était aussi prévisible, au vu des résultats des élections régionales fin août (voir Elections allemandes : Die Linke devant le SPD en Saxe et en Thuringe - 31 août 2009).

 

La progression des plus libéraux, à droite, et des plus sociaux, à gauche, montre que les électeurs se sont radicalisés, exprimant leur refus du consensus entre les deux partis de la coalition sortante CDU-SPD. Il y aura, donc, clarification politique en Allemagne et affirmation du clivage droite-gauche.

 

Pour en savoir plus, je propose quelques articles de presse :

 

Merkel victorieuse, les cinq leçons du scrutin allemand (Rue89, 27 septembre)

 

Merkel et les libéraux emportent les législatives, sévère défaite du SPD (Le Monde, ce jour)

 

Die Linke, l'autre vainqueur du scrutin (Le Monde, 27 septembre)

 

Oskar Lafontaine, le perturbateur de la gauche allemande (Le Monde, 24 septembre)



Cet article est le 21ème sur ce blog dans la catégorie

Etats Union européenne.
Partager cet article
Repost0

commentaires