Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

29 septembre 2006 5 29 /09 /septembre /2006 14:32

 

La carte scolaire doit être rénovée pour être légitimée

 La carte scolaire a fait une rentrée fracassante, début septembre, en même temps que les élèves et les enseignants.

 

 J’ai lu, dans Le Monde daté du 9 septembre, un point de vue intéressant de Mme Duru-Bellat et de M. Dubet, intitulé « Carte scolaire : la fin d’un tabou », suivi d’un sous-titre

« Remettre en cause la sectorisation ? Seulement si on propose des solutions aux établissements désertés » et qui se termine ainsi : « L’enjeu n’est donc pas de savoir si l’on est pour ou contre la carte scolaire, tant il est évident qu’elle couvre de grandes injustices, mais il est de savoir ce que l’on fait après. Et là, il peut y avoir une véritable opposition entre la droite et la gauche ».

 

 Dans le texte, ci-après, Patrick Quinqueton apporte un éclairage sur le constat, puis amorce la réflexion sur l’avenir, en pensant aux établissements qui ont le plus de difficultés.

 

 La carte scolaire

             L’avant-campagne présidentielle s’est emparée de la question de la carte scolaire. Nicolas SARKOZY a tout bonnement proposé sa suppression pure et simple. Ségolène ROYAL a évoqué son aménagement ou son assouplissement. Les débats qui s’organisent autour de ces prises de position mêlent souvent la pure tactique, le double langage et la mauvaise foi. Il est utile d’y voir clair.

             La carte scolaire date de 1963 : elle a été mise en place en même temps que la création des collèges d’enseignement secondaire (les CES). Il s’agit de la fixation d’un périmètre à l’intérieur duquel toutes les familles qui résident doivent envoyer leurs enfants dans un établissement scolaire donné.

 

              Si la question est aujourd’hui posée, c’est pour au moins deux raisons, l’une liée aux pratiques personnelles et familiales des couches moyennes supérieures, l’autre résultant d’une analyse lucide de la réalité. Pour la première, il est clair que les couches moyennes supérieures ont engagé depuis longtemps la course au contournement de la carte scolaire. La prise de position contre la carte scolaire est donc une forme d’autojustification. Quant à la seconde, il est clair que, dans sa forme actuelle, elle a sans doute épuisé sa capacité de lutte contre les inégalités. En effet, la constitution de ghettos urbains conduit à enfermer dans certains établissements les enfants des classes populaires, notamment issues de l’immigration, qui deviennent des établissements « déclassés ».

             Les « zones d’éducation prioritaire » mises en place en 1982 visaient à tenir compte de cette réalité en affectant des moyens supplémentaires dans les établissements qui y sont situés. Mais force est de constater que, si certains établissements ont pu ainsi se redresser, ce n’est pas le cas partout. Et, en tout état de cause, les ZEP tenaient compte des inégalités entre établissements plus qu’elles ne les combattaient.

             La suppression pure et simple est une mesure d’inspiration « ultra-libérale », qui vise, au nom des limites de cette politique, à redonner bonne conscience à chacun et à laisser chacun, en fonction de ses moyens et de ses relations, trouver les « bons établissements » pour ses enfants. Elle doit être combattue.

 C’est à son aménagement qu’il faut se consacrer, par une politique de requalification des établissements déclassés. Plusieurs pistes peuvent être explorées.

 

              1 – L’affectation des bons élèves des classes populaires dans des établissements qui constituent des filières de réussite est possible grâce au développement des internats, qui est absolument nécessaire.

             2 – Il est nécessaire de mettre en œuvre la proposition de Patrick Weil qui consiste à décider l’affectation d’un pourcentage fixe des meilleurs élèves de chaque établissement (par exemple, 5%) dans les filières sélectives de l’enseignement supérieur. L’accès aux classes préparatoires aux grandes écoles, par exemple, serait ouvert à autant d’élèves du lycée de Calais ou d’Aubervilliers que des grands lycées réputés. C’est un moyen de redonner de l’attractivité à tous les établissements.

             3 – Une politique volontariste de répartition des options « rares » en direction des collèges et des lycées situés en ZEP serait aussi de nature aussi à redonner de l’attractivité à ces établissements.

             4 – Il pourrait aussi être envisagé un système de double affectation, en tablant d’abord sur le volontariat, de professeurs affectés dans des collèges de centre-ville ou dans des « grands lycées », qui pourraient effectuer une partie de leur service dans un établissement situé en ZEP, tout en restant titulaires de leur poste.

 5 – Il  pourrait être expérimenté dans une académie une forme de « busing » à la française. Il est rappelé que le busing désigne, dans certains Etats américains, la politique qui consiste, de façon volontariste, à transporter les élèves pour assurer la « mixité sociale » (et, en l’occurrence, aux Etats-Unis, la mixité raciale) des différents établissements. Mais les conditions de réussite d’une telle expérience doivent être soigneusement réunies.

             Ces mesures, qui peuvent être discutées, pourraient être de nature, avec d’autres (ce n’est pas exhaustif), à redonner une légitimité à une carte scolaire rénovée. Il faut placer les parents dans une autre situation que celle d’éviter les mauvais établissements et de rechercher par la débrouille ceux qui sont supposés les meilleurs. C’est la qualité de l’enseignement dans son ensemble qu’il faut reprendre.  

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
La carte scolaire est une chose pratique pour répartir les élèves de façon équitable dans les établissements mais si on laisse des quartiers entiers devenir des ghettos où règnent le chômage, la délinquance, la violence et une densité de population immigrée ou en difficulté, les établissements de ces zones ont trop d'élèves qui sont à la fois en difficulté, en refus des valeurs et en refus de la République pour que le travail y soit possible . Résultat, les stratégies de contournement sont légitimes ( j'habiterais dans ces zones je ferais pareil, malgré mon attachement à l'école publique, où j'enseigne  ) . La solution n'est donc pas la suppression ou la modification de la carte scolaire mais une réelle politique de la ville (s'il n'est pas trop tard ) qui fasse exploser ces ghettos, de telle sorte qu'il n'y ait pas de "mauvais établissements" mais des établissements, des quartiers et des villes où, partout, la mixité sociale serait une réalité et où, partout, ON ASSURERERAIT LA POSSIBILITE - L'OBLIGATION -  à  tous de suivre l'enseignement et d'en respecter les régles.<br /> Conclusion : la carte scolaire est un faux problème qui permet, une fois de plus, à des présidentiables, de déchaîner des passions futiles pour éviter de poser les vrais problèmes. Les émeutes de l'automne 2005 sont comme oubliées, rien n'a changé, on vit toujours bien à Neuilly, sans logements sociaux et on n'a pas besoin d'y faire des pieds et des mains pour que ses enfants reçoivent l'éducation à laquelle chacun a droit .
Répondre
C
La carte scolaire est une chose pratique pour répartir les élèves de façon équitable dans les établissements mais si on laisse des quartiers entiers devenir des ghettos où règnent le chômage, la délinquance, la violence et une densité de population immigrée ou en difficulté, les établissements de ces zones ont trop d'élèves qui sont à la fois en difficulté, en refus des valeurs et en refus de la République pour que le travail y soit possible. Résultat, les stratégies de contournement sont légitimes ( j'habiterais dans ces zones je ferais pareil, malgré mon attachement à l'école publique, où j'enseigne !  ). La solution n'est donc ni la suppression ni la modification de la carte scolaire mais une réelle politique de la ville (s'il n'est pas trop tard ) qui fasse exploser ces ghettos, de telle sorte qu'il n'y ait pas de "mauvais établissements" mais des établissements, des quartiers et des villes où, partout, la mixité sociale serait une réalité et où, partout, ON ASSURERAIT LA POSSIBILITE - L'OBLIGATION -  à  tous de suivre l'enseignement et d'en respecter les régles.<br /> Conclusion : la carte scolaire est un faux problème qui permet, une fois de plus, à des présidentiables, de déchaîner des passions futiles pour éviter de poser les vrais problèmes. Les émeutes de l'automne 2005 sont comme oubliées, rien n'a changé, on vit toujours bien à Neuilly, sans logements sociaux et on n'a pas besoin d'y faire des pieds et des mains pour que ses enfants reçoivent l'éducation à laquelle chacun a droit .
Répondre