Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 15:45

 

Rassembler la gauche autour de l’idée républicaine pour gagner en 2007

 

En juin, le MRC 53 avait décidé de participer à l’initiative de rassemblement de la gauche antilibérale en Mayenne.

 

 Nous avions observé que l’appel du 11 mai, au niveau national, « pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes » n’était pas contradictoire avec nos orientations, que nous avions formulées ainsi :

« Rassembler la gauche autour de propositions concrètes et d’actions de terrain afin de créer une dynamique de réflexions et d’échanges politiques entre les Mayennais »,

en ajoutant (parce que nous étions conscients du problème), « le nom du (de la) candidat(e) à l’élection présidentielle ne doit pas être un préalable ».

 

 Au vu du texte adopté le 10 septembre à St-Denis, lors de la réunion nationale des collectifs unitaires et populaires, nous avons constaté que la troisième partie intitulée « procédure pour le choix de nos candidats » n’est pas compatible avec la démarche adoptée par le MRC pour les élections 2007.

Nous avons donc décidé de ne pas nous engager dans le collectif unitaire et populaire mayennais, dont continuent de faire partie le PCF et l’association PRS (Pour une République Sociale), aux côtés de citoyens à titre individuel.

 

 Le Mouvement Républicain et Citoyen, au niveau national, n’est pas membre de ce collectif, qui se situe dans la mouvance des collectifs antilibéraux pour le NON au traité constitutionnel européen et dont le but est de présenter des candidats communs aux élections 2007. Le seul parti signataire, le PCF, s’est engagé pleinement dans ce collectif, en espérant que Marie-George Buffet sera la candidate commune du PCF et de la gauche antilibérale.

  La gauche est dispersée, à sept mois de l’élection présidentielle, entre plusieurs stratégies et plusieurs orientations politiques.

Le PS, qui n’a pas tiré les leçons des scrutins du 21 avril 2002 et du 29 mai 2005, est obligé de choisir entre trois ou quatre candidats à la candidature, sans compter ceux qui voulaient l’être, à condition de ne pas avoir de concurrents. Le projet du PS est un compromis appelé à être amendé par le (la) futur(e) candidat(e).

 

 Dans ce paysage mouvementé, le MRC milite pour une gauche rassemblée autour d’un projet républicain clair de redressement du pays et de réorientation de la construction européenne (les deux étant liés), conformément à la volonté des citoyens, telle qu’ils l’ont manifestée lors du référendum européen.

 Actuellement, comme l’a dit Jean-Pierre Chevènement devant les militants réunis le 10 septembre à l’université d’été, le MRC attend de savoir ce qui va sortir des votes internes du PS. Il prendra position en décembre sur la question de l’élection présidentielle.

 Pour information complémentaire, je vous invite à lire le texte, ci-après, extrait du blog de Patrick Trannoy, rapportant son intervention au nom du MRC dans les débats de la fête de L’Humanité, à La Courneuve, le 17 septembre dernier.

 

 

 

 

 Extrait du blog www.patrick-trannoy.skyblog.com

 Chers camarades,

Le MRC a un objectif pour les élections de 2007 : faire gagner la gauche, mais une gauche qui ne trahit pas le peuple. Car la gauche a trahi, elle a trahi en 1983, avec le "tournant de la rigueur" ; elle a trahi en 1999-2000, sous Lionel Jospin, avec les privatisations, la non intervention de l'Etat dans les dossiers industriels (ça donne Michelin : "l'Etat ne peut pas tout"), avec la Corse, Barcelone, etc.

Alors, est-ce que ce serait un progrès de faire gagner la gauche, si c'était pour avoir la même politique ? Ce serait surtout, je crois, une étape supplémentaire dans l'escalade du désespoir populaire.

Symétriquement, je veux poser une autre question, notamment à Alain (KRIVINE) : à quoi servirait-il de se borner à la contestation, de se retrancher dans une Tour d'Ivoire supposée idéologiquement pure, sans se confronter à la responsabilité des affaires du pays ? Ce serait se limiter à des mots, qui ne changent pas véritablement la réalité de la vie des Françaises et des Français.

Entre ces deux écueils, il y a un chemin. Celui de l'action républicaine, d'un gouvernement qui ne subisse pas des mouvements qui lui échappent, mais qui traduise en acte le resaisissement par le peuple de son destin.

Pour cela, il ne suffit pas, Henri (EMMANUELLI), d'en appeler comme tu viens en quelque sorte de le faire, au vote utile. Il ne suffit même pas, comme Patrice (COHEN SEAT) l'a fait à l'instant, de proposer des objectifs (même si j'y souscris). Il faut se mettre d'accord sur un axe politique autour duquel construire l'action gouvernementale dans la durée. Il faut que nous décidions d'actionner ensemble le même levier face à la mondialisation néo-libérale. Ce levier, c'est celui de la puissance publique.

Il n'est pas contradictoire avec l'importance du mouvement social. Mais sans la puissance publique, sans la politique monétaire, comment résister à l'hégémonie du Dollar, qui permet aux Etats-Unis de capter les richesses du monde ? Sans la puissance publique, comme jouer sur le levier fiscal pour plus de justice ? Sans la puissance publique, comment protéger notre économie et lutter contre les délocalisations ? Sans la puissance publique, comment faire progresser l'égalité sociale et spatiale, et l'aménagement du territoire, via les services publics ? Bref, la gauche doit réhabiliter la puissance publique.

Cela suppose de se mettre d'accord sur son cadre, et sur sa substance.

Son cadre : qui peut croire que c'est au niveau des régions (même Poitou-Charentes !), que l'on va lutter efficacement contre la déferlante néo-libérale ? La gauche doit s'opposer au démantèlement de l'Etat républicain, qu'on appelle parfois la "décentralisation". Elle doit refuser aussi la dillution de cet Etat dans un magma européen castrateur : Bruxelles, ce n'est pas le contre-poids des Etats-Unis en Europe, c'est, comme dit
Jean-Yves AUTEXIER , le chausse-pied de la mondialisation néo-libérale sur notre continent ! Alors le cadre, c'est la France. C'est l'Etat-Nation, et je voudrais que la gauche soit fière de son pays, de la Nation, de l'Etat républicain, qui, je le rappelle, a été sauvé et relevé par la résistance - notamment la résistance communiste.

La substance : c'est la citoyenneté, la République. Parce qu'il ne suffit pas d'être gouverné en France. Il faut être gouverné par les citoyens de France. Cela suppose de relever la démocratie et la citoyenneté, en un mot la République. Relever la démocratie, c'est soigner une démocratie représentative malade au point qu'aujourd'hui, le Parlement est littéralement squatté par 90% de députés et sénateurs qui étaient favorable au OUI au TCE, donc qui représentent seulement 45% des Français ! Il faut changer les règles d'élections des députés et des sénateurs !

 

 

Relever la démocratie, c'est nous permettre de débattre, à travers une presse libérée des tutelles financières et de la mainmise des sphères du pouvoir. Relever la démocratie, c'est permettre aux citoyens de se faire une idée, de comprendre, de participer à la définition de l'intérêt général, de défendre leur point de vue... et pour cela, il faut relever l'Ecole de la République ! Relever la citoyenneté, c'est enfin rejeter le communautarisme. Voulez-vous d'une société dans laquelle blacks, blancs, beurs, jaunes, se battent non pas tous ensemble pour plus de justice, mais les uns contre les autres pour se partager les miettes laissées par l'actionnariat mondialisé ? La gauche doit opposer la laïcité au communautarisme, une laïcité qui, je le rappelle, a été conquise par la gauche, contre les obscurantismes.

Voilà chers camarades : la gauche pourra gagner et ne pas trahir si elle se reconstruit autour d'un axe politique clair, la réhabilitation de la puissance publique, la défense de son cadre (la France), de sa substance (la République), et c'est pourquoi je suis fier de représenter ici la gauche patriotique, internationaliste, républicaine, rassemblée derrière
Jean-Pierre CHEVENEMENT et Georges SARRE . C'est une gauche qui offre une opposition construite à la droite extrême de Nicolas SARKOZY, une opposition que je crois, à terme, plus efficace que le blairisme - que j'observe parfois ici, et que le maximalisme incantatoire - que j'entends parfois là.

Partager cet article
Repost0

commentaires