Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 19:20

 

Le Parti Socialiste à la croisée des chemins

 L’équipe de Ségolène Royal s’était préparée à un combat frontal gauche - droite avec le président de l’UMP. La percée du président de l’UDF l’oblige à se repositionner.

 Deux lignes politiques au sein du PS

 Deux orientations divergentes avaient été exprimées publiquement par Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius :

 - la première qui prépare une alliance de second tour avec le candidat centriste,

 - la seconde qui maintient la stratégie initiale, refusant de voir dans le candidat centriste un allié possible de la gauche.

 On retrouve, en fait, le clivage apparu en 2005 lors du débat européen mais il ne s’agit plus de position théorique sur un texte. A moins de six semaines du premier tour de l’élection présidentielle, face à un événement imprévu (Bayrou), que fait-on ?

 La ligne majoritaire est celle de Ségolène Royal

Constatons que les dirigeants du PS (auxquels ont été associés dans ces réunions du mardi soir, ceux du MRC et du PRG) ont mis nettement en minorité la ligne Strauss-Kahn.

 En réalité, les choix que Ségolène Royal avait présentés à Villepinte le 11 février, dans le cadre de son pacte présidentiel, ont été confirmés et renforcés sous l’impulsion de Laurent Fabius et de nombreux responsables socialistes.

 Jean-Marc Ayrault résumait  le débat en affirmant « La seule voie possible pour un vrai changement est Ségolène Royal, Bayrou n’étant qu’une solution alternative au sein de la droite. Il faut tout faire pour que Ségolène Royal soit le plus haut possible au premier tour et qu’on ait cette confrontation au deuxième, plutôt que le non-choix que serait un duel Bayrou-Sarkozy » (Myriam Lévy, Le Figaro, 14 mars).

 Une large recomposition politique se prépare en France

 Pour bien comprendre que nous assistons à une recomposition politique puissante lors de cette élection présidentielle, je reprends, ci-après, les commentaires de Xavier Dumoulin que j’ai lus aujourd’hui sur http://sr07.unblog.fr .

 « Ce qui se joue en fait c'est la recomposition des bases de classes de chaque camp. Depuis la crise de 2002, la droite et la gauche ont perdu leurs appuis populaires au profit de catégories sociales plus favorables à l'intégration européenne d'où la force de l'abstention combinée avec la montée des extrêmes.

 Pour reprendre l'analyse de B. Amable, on assiste à un processus de rupture interne à chaque bloc. N. Sarkozy veut agréger des couches salariées en attente de protection, d'où son discours sécuritaire, assorti de tentative d'usurpation de Jaurès. Mais il s'adresse aussi aux indépendants, favorables à une demande de libéralisation, d'où son attractivité auprès du patronat.

 F. Bayrou veut construire un bloc bourgeois pro-européen mais modérement néo-libéral. Ce projet parie sur les appuis d'une partie droitière du PS qui viendraient compléter son enracinement éprouvé à droite. Il fait l'impasse sur les couches populaires en privilégiant les couches moyennes et supérieures. Ce bloc virtuel ne correspond à aucune réalité politique structurée.

 Dans cette recomposition d'ensemble, l'émergence d'un bloc socialiste et républicain, ancré à gauche, devrait partir d'une large reconquête des couches salariées du privé et du public en attente d'un nouveau compromis social inspiré par un projet politique compatible avec le pacte présidentiel de Ségolène Royal : retour en tous points à la République, à la citoyenneté, à la solidarité et au civisme, d'une part ; volontarisme économique et protection sociale renforcée dans un processus de réorientation de l'Europe, d'autre part.

 La nature du projet est un facteur d'agrégation pour reconstituer une base électorale populaire, ce que nous appelions hier front de classe(s) anti-capitaliste. Il n'est pas inutile de s'interroger sur la filiation entre la base de classe et le projet quand d'aucuns spéculent sur une offre politique imaginaire perdant de vue la légitimité première de la gauche républicaine : celle de la défense et de l'émancipation du monde du travail, autrement dit la République sociale ».

 Xavier DUMOULIN, 14 mars 2007, sur  http://sr07.unblog.fr , le blog citoyen, socialiste et républicain pour 2007.

 Ce blog est animé par deux rédacteurs de sensibilité socialiste et républicaine. Dans le cadre de cette campagne présidentielle, ils ouvrent ce forum pour en faire un espace de réactions et de réflexions sur l'actualité et les thèmes développés par les candidats.

 Eric Fricot, certifié en  sciences économiques et sociales, est enseignant en lycée. Il collabore à l'édition d'ouvrages scolaires.

 Xavier Dumoulin, ancien élève de l'Ecole Nationale de Santé Publique et de formation supérieure pluridisciplinaire, a exercé des responsabilités dans les services publics de l'emploi et de la santé.

 Tous deux ont eu des engagements associatifs, syndicaux et politiques. Ils partagent une vision exigeante de la politique et poursuivent un même objectif : ouvrir une perspective d'alternative aux politiques néolibérales en oeuvre depuis trop longtemps.

 « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques » Jean Jaurès.

Partager cet article
Repost0

commentaires