Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

8 juin 2007 5 08 /06 /juin /2007 12:57

 

Logiquement, la conquête du PS puis de la gauche

 La démarche de Ségolène Royal se précise. Avec Laurent Fabius, hier soir à Lille, elle cherche d’abord à mobiliser celles et ceux qui ont voté pour elle le 6 mai afin d’éviter une défaite trop lourde dimanche. Ce matin, sur France Inter, on a retrouvé l’ex-candidate à l’élection présidentielle, qui se pose en leader de l’opposition. Après les élections législatives, elle inscrira son action dans la démarche collective du PS avec la volonté d’animer les débats et de rassembler la gauche.

 Voici l’article paru ce jour sur www.liberation.fr sous la signature de Davis Revault d’Allonnes.

 « PS : Ségolène Royal sort du bois »

« En tournée dans le nord, elle a promis de présenter sa propre motion au congrès de 2008 ».

 "Elle a fait son entrée au son de Eye of the Tiger , la musique de Rocky III. Sur la scène du théâtre de Béthune, elle a rappelé les militants à leurs martiales obligations : «Continuez à vous battre !» L'humeur belliqueuse de Ségolène Royal ne vaut néanmoins que pour les législatives. Car pour ce qui relève des affaires socialistes, l'ex-candidate engage une partie d'échecs. En marge d'une journée de soutien aux candidats locaux, hier, entre Béthune, Halluin, Roubaix et Mons-en-Baroeul, elle a avancé un pion, parlant «congrès», pour la première fois de façon si explicite. Estimant devoir présenter aux militants un «arbitrage sur une ligne politique claire».

 Et dévoilant son jeu : «Je présenterai ma propre motion» à ce congrès, qui, à ses yeux, pourrait se tenir «avant l'été [2008, ndlr], mais après les municipales». «Elle a décidé d'entendre les militants et de prendre la tête du PS, glisse un partisan. C'est le processus qu'on attendait.» 

 Impondérable. Depuis la défaite, plusieurs proches la pressaient de s'emparer du parti. Mais l'entreprise se heurte à un impondérable : Hollande, plutôt plus soucieux de soigner son bilan ­ et du coup, sa future sortie ­ que de s'effacer. Hier matin, sur RTL, il a réitéré sa volonté de tenir sa position jusqu'au «prochain congrès, qui est théoriquement fixé en 2008.» 

 Un maintien dont Royal a pris acte : «J'aurais été candidate s'il avait démissionné. Il a décidé de rester, je l'accepte. Je m'adapte de façon consentante.» Et de la jouer mitterrandienne : «Il faut donner du temps au temps.» Un tempo que ses amis envisageaient autrement : «J'aurais préféré qu'elle se fasse élire tout de suite, mais il y a des statuts et une date qu'on ne maîtrise pas , explique l'un d'eux. Mais dire, à trois jours du premier tour, qu'elle prend le parti, c'est une accélération...» 

 Lapsus. Pour beaucoup, le temps jouait contre Royal, risquant d'effriter son capital militant (60 % des voix en novembre). «Si elle annonce ses intentions, ça va inciter les nouveaux adhérents à rester», précise un partisan. L'intéressée, elle, ne semble guère redouter pour sa popularité : «Nous n'avons même pas besoin de nous parler pour nous comprendre», a-t-elle lancé aux militants de Béthune. Avant de se fendre d'un savoureux lapsus : «Portez nos candidats et notre candidate... nos candidates à la victoire !» 

 Une temporisation permettrait de plancher sur la «refondation» intellectuelle et idéologique du parti. Initialement conçu comme un « debriefing de l'équipe de campagne», selon Royal, le séminaire de travail prévu en juillet à La Rochelle devrait tourner à la séance «bilan et perspectives», annonce un proche. Pas forcément centrée sur le parti : «Je ferai de l'interne et de l'externe», prévient l'ex-candidate.

 En attendant, Ségolène Royal tenait meeting au Zénith de Lille, hier soir, avec Laurent Fabius. Mais sans Hollande, annoncé et officiellement retenu par une réunion publique en Corrèze".

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans Ségolène ROYAL
commenter cet article

commentaires

Xavier DUMOULIN 08/06/2007 21:10

Des députés de toute la gauche républicaine et socialiste à l’Assemblée : un bouclier pour défendre nos droits


Ces élections constituent à présent un rempart contre la totale hégémonie politique du président Sarkozy qui bénéficie de larges complicités dans le monde des médias et des affaires, tout en contestant la séparation des pouvoirs prévue dans notre constitution. N Sarkozy ne s'encombre pas de principes. Il dirige tout de main de maître. On a suivi ses intrusions auprès des responsables de la presse ou de l'édition pour empêcher telle publication. On le retrouve, au lieu et place de son gouvernement, à régenter jusqu'aux nominations dans les cabinets ministériels.
Il est vrai que sa politique, toute entière orientée dans l'intérêt des puissants, se cache derrière un paravent de “bonnes intentions” qui dressent deux France, l'une contre l'autre; ceux qui se lèvent tôt, qui travaillent et qui aiment la France contre les paresseux au chômage, les clandestins et autres irresponsables à l'origine de tous nos maux. Cette expression démagogique et obscène fait fi du diagnostic majeur : la France souffre aujourd'hui de ne pas offrir suffisamment de travail et d'emploi aux séniors et aux jeunes, de rémunérer la rente au détriment du travail,  de faire de celui-ci la variable d'ajustement (la recherche du profit autorisant les licenciements boursiers), de la liquidation et de la libéralisation des services publics gangrénés par des méthodes managériales libérales. Avec N Sarkozy le risque nouveau avéré d'un complet retournement diplomatique s'accompagne d'une perspective d'arrimage de notre pays à une Europe libérale inféodée aux intérêts américains et à ceux de la finance. C'est tout l'enjeu du nouveau traité !
Cette situation appelle un réel sursaut de notre peuple pour éviter le pire encore à venir. Nous sommes en démocratie et nous nous devons de défendre ce modèle pour lequel se sont battus tant de générations. Nous sommes comptables de l'histoire en train de se faire et qui forge le destin de notre République. C'est un devoir impérieux que de promouvoir un devenir démocratique. Le refus d'une majorité écrasante de la droite passe par la mobilisation de chaque citoyen. Portons ce message autour de nous pour donner  à l'Assemblée nationale le visage du pluralisme et à la France des lois qui préservent notre Etat de droit et notre République.