Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 23:14

 

Retrouver les chemins de l'émancipation et de la fraternité

 Remercions Xavier Dumoulin qui, sur son blog http://sr07.unblog.fr, porte la réflexion sur ce qui pourrait contribuer à rassembler la gauche.

 Je vais citer des extraits de deux de ses articles récents mais, auparavant, je me glisse dans ce débat en observant que la gauche n’a pas su,  jusqu’à présent, présenter un projet alternatif au néolibéralisme.

 La cause est à rechercher au cœur du PS, dans la conviction de ses dirigeants que leur avenir, comme celui de leur pays, passe par l’Europe politique, donc par une construction communautaire qui s’imposera aux nations.

 En militant a priori en faveur de ce processus d’intégration, ils se lient les mains et s’interdisent de combattre réellement les préceptes néolibéraux portés par la plupart des institutions européennes.

 La réorientation de la politique européenne est la base sur laquelle pourra s’opérer le redressement de la gauche. 

Le pacte présidentiel de Ségolène Royal prenait en compte ce point fondamental. C’est à partir de là qu’il faut construire le projet alternatif aux politiques néolibérales et néo-conservatrices. Avec les éléphants et les jeunes lions, mais sous la conduite de la gazelle… 

Voici des extraits des textes de réflexion publiés, respectivement, le 1er juillet et le 28 juin derniers par Xavier Dumoulin sur son blog citoyen, socialiste et républicain.

 « Révolution conservatrice »

 (…) « En France, dans les années soixante dix, le PS forgeait sa stratégie de rupture avec le capitalisme. On peut dire que jusqu'à l'adoption du projet socialiste dans la foulée du congrès de Metz - qui consacre la ligne d'union de la gauche - le PS tient bon dans une posture de gauche. Mais il remporte les élections présidentielles alors même qu'il est déjà défait idéologiquement.

Commence alors une ère de véritable confusion idéologique pour la gauche française. Egarée dans la parenthèse libérale qui constitue le véritable « Bad Godesberg » du socialisme français, l'idée de construction européenne tient lieu de substitut à celle de la transformation sociale. Avec le grand marché puis le traité de Maastricht, il s'agit d'un complet renoncement à une alternative au néolibéralisme en pleine poussée. L'idéologie néolibérale règne alors sur les esprits et les dirigeants de gauche - en dépit de leur dénégation toute verbale - se rangent aux raisons d'un capitalisme financier mondialisé. La rupture est totalement consumée avec les couches populaires dont une large fraction marque son attirance pour les idées du Front national dès les élections européennes de 1984 avec son point d'orgue en 2002 » (…).

 « Agir en hommes libres »

  (…) « Y aurait-il un destin du socialisme français condamné à reproduire les mêmes tares séculaires ? La réalité actuelle pousserait  à considérer les choses sous cet angle si nous n'avions par ailleurs ces puissants modèles rédempteurs au travers  d'hommes de synthèse au génie intellectuel et politique reconnu de tous. Je veux évoquer Jean Jaurès, l'homme de la synthèse républicaine et socialiste, et Pierre Mendès-France, ce rénovateur du radicalisme, tout à la fois pragmatique et visionnaire. Tous deux savaient modérer l'appétit de pouvoir. Tous deux s'appliquaient à mettre en harmonie la parole et les actes. La vérité guidait leurs pas.

 Aujourd'hui la gauche du  vingt et unième siècle a d'autres horizons. Elle n'est pas dépourvue d'hommes et de femmes de tempérament, d'expérience et de talents et il n'y a aucune fatalité de l'échec et de la division. Pour peu que la raison l'emporte sur les passions, de grandes choses restent encore possibles.  A la base nous attendons des paroles et des actes à la hauteur des défis de cette période quand  triomphe l'esprit de lucre au détriment des valeurs républicaines. En hommes libres et égaux, nous voulions retrouver jadis les chemins de l'émancipation et de la fraternité. Beaucoup d'esprit civique et une conduite vraiment citoyenne ne nous rapprocheraient-ils pas d'un tel idéal ? Alors, serait-ce vraiment trop demander aux héritiers de l'esprit des lumières de bien vouloir écouter leur raison pour purger ce 'tout à l'ego” et promouvoir l'universel ? ».

Partager cet article
Repost0

commentaires