Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

15 juillet 2007 7 15 /07 /juillet /2007 11:09

 

Le MRC doit s’ouvrir à toute la gauche républicaine

 L’enjeu de la période, c’est la refondation de la gauche sur des bases républicaines. Je souhaite que le MRC soit le levain de la pâte socialiste et républicaine. Nos dirigeants ne font pas suffisamment d’efforts pour rassembler la gauche républicaine, peut-être parce que les militants des divers groupes composant la gauche républicaine sont des anciens du CERES, du MDC ou du MRC, qui ont soutenu Chevènement à un moment ou à un autre puis se sont éloignés.

 Pour ma part, je partage l’essentiel des analyses de Jean-Pierre Chevènement depuis le début des années 1970, sans adopter une attitude suiviste (je suis resté au PS entre 1992 et 2001, au lieu de le rejoindre au sein du Mouvement des Citoyens). Le MRC est, à mon avis, beaucoup trop dépendant de son président d’honneur et leader historique. Il serait temps de créer un parti républicain de gauche (ou de la gauche républicaine) en prenant appui sur le MRC et en s’ouvrant sur tous les républicains qui veulent une alternative aux politiques néolibérales en France et en Europe.

 Toutes les organisations de gauche sont à repenser après le double échec de mai-juin 2007, sanctionnant l’immobilisme de la gauche après le 21 avril 2002. J’étais au Congrès du PS à Bourg-en-Bresse en 1983 quand notre courant a refusé de cautionner la « parenthèse libérale ». Nous avons le devoir de refermer celle-ci, après 25 ans d’errements et de mensonges vis-à-vis du peuple.

 La gauche doit se rassembler sur une analyse critique de ce capitalisme financier ou patrimonial qui domine le monde avec l’aide d’amis politiques fidèles comme Sarkozy. C’est ce système qui broie les plus faibles et endort les esprits peu critiques.

 Aux républicains qui écrivent sur d’autres blogs ou qui me lisent sur ce blog, j’ai envie de dire : cessons de nous diviser entre républicains de gauche, tous aussi sincères les uns que les autres. Cherchons à dialoguer, à faire part de nos points communs et de nos divergences, et rassemblons-nous autour de l’idée républicaine dans l’objectif d’en faire un projet politique qui puisse peser dans le projet de la gauche en refondation.

 Michel Sorin – 15 juillet 2007

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Merci à Christine et à Serge de vos commentaires. Je suis pleinement d'accord avec vous. Jusqu'à présent, les désaccords internes ont été sanctionnés par des départs. C'était compréhensible quand il s'agissait de désaccords sur l'orientation politique. Actuellement, je ne connais pas de désaccords avec la ligne politique définie par Jean-Pierre Chevènement. <br /> L'enjeu est de faire évoluer les pratiques internes afin de donner plus de place aux militants et aux cadres intermédiaires qui font le lien entre la base et le sommet d'une part, et d'ouvrir aux citoyens appartenant politiquement à la gauche républicaine d'autre part.
Répondre
S
Je ne peux que souscrire à votre appel.La difficulté essentielle est de parvenir à re-grouper des citoyens qui sont passés par le CERES, le MDC, le MRC, puis sont partis - ou ont été "poussés" - ailleurs ... Il faudrait que le MRC soit capable de faire son autocritique (non pas sur sa ligne politique, mais sur sa vie interne). Néanmoins, c'est un beau défi. Pour que le MRC soit à nouveau audible sur la scène politique, nous devrons être capables de doubler notre force militante (parvenir à 9000-10 000 militants semble un minimum pour être une force crédible). Si on parvient à attirer à nouveau une bonne part de ceux qui sont passés à un moment où à un autre dans le parti, c'est jouable. On peut en effet gager qu'il y a quasiment autant d'ex-MDC ou d'ex-MRC à l'extérieur qu'à l'intérieur du MRC actuel ! Mais grouper des "compagnons de route" sera insuffisant : le véritable renouvellement ne se fera que si on parvient à décider de "nouveaux" républicains de gauche, et en particulier des jeunes, à s'engager !
Répondre
C
Beau programme ! Je crois que nous sommes nombreux à attendre ce parti républicain, et nous sommes nombreux à vouloir le construire nous-mêmes, à vouloir avoir un véritable Bureau National qui consulte ses adhérents ,qui en est l'émergence, nous ne voulons pas d'un parti qui obéit aveuglément à un leader et et est juste bon à coller des affiches....  On compte sur toi, Michel, pour porter la bonne parole au sein du MRC !
Répondre