Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 23:49

Développer la production chinoise, diminuer les importations

 

André Pflimlin* m’a signalé cette information publiée par l’agence Socopag le 18 juin 2012. Elle montre clairement la stratégie de la Chine : produire du lait avec l’aide étrangère afin de limiter les importations agricoles et alimentaires.

 

Développer la production intérieure chinoise et réduire les importations : c’est la stratégie imposée aux groupes occidentaux par Pékin

 

Le Commissaire Ciolos vient de signer un accord de coopération entre l’UE et la Chine. L’échange d’expériences en matière de recherche agricole, de sécurité alimentaire et de développement rural doit être intensifié. La production agricole chinoise est au centre de cette volonté de coopération. Le mot durable figure également dans l’accord, mais vraisemblablement uniquement pour des besoins internes à l’UE. Une telle coopération est déjà fortement engagée du côté des grands groupes alimentaires mondiaux, laitiers surtout.

Nestlé vient de lancer la construction de son institut de formation laitière à Shuangcheng pour 320 mio €. Dans différents élevages 700 producteurs devront être formés chaque année. La Chine produit 36 MD kg de lait avec 12 à 13 mio de vaches dont le rendement moyen est de l’ordre de 2 900 kg. La Chine est depuis 2009 le plus grand importateur de vaches laitières, l’année dernière environ 100 000 animaux pour 250 mio $.  Ils proviennent surtout d’Australie, de Nouvelle-Zélande et d’Uruguay. Fonterra étend progressivement le nombre de ses méga- élevages laitiers en Chine après le scandale de la mélamine.

Le gouvernement chinois a fermé des centaines de laiteries et lancé son plan de restructuration du secteur laitier. Les néozélandais attendent pour 2020 une production chinoise de lait de 70 MD de litres dont ils veulent produire sur place 1 MD de litres. Arla agrandit actuellement son usine Mengniu Arla Dairy Products en Mongolie Intérieure. Le fonds d’investissement KKR&Co est engagé dans le groupe China Modern Dairy. La laiterie allemande Théo Müller et le fonds d’investissement Olympus Capital engagent des capitaux dans le développement de Huaxia Dairy Farm à l’est de Pékin avec ses 7 000 vaches actuellement.

Le DMK allemand par contre s’organise encore pour l’exportation vers la Chine en créant un centre de distribution près de Shanghai. MUH et Ammerland ont créé à Singapour la société de distribution German Dairy Asia. L’augmentation du nombre de vaches en Chine augmente le nombre de veaux. Le groupe Van Drie, le leader européen de la viande de veaux, a signé il y a un an déjà un accord de coopération avec le groupe chinois Shine et poursuit la constitution d’une production intégrée à l’image de sa production européenne.

Pendant que les uns investissent dans la production laitière chinoise d’autre en restent encore pour diverses raison à l’exportation. C’est bien le plan de développement chinois qui  provoque ces changements vers l’investissement en production sur place. Les Chinois ne veulent pas dépendre à long terme des importations. Les groupes étrangers sont les bienvenus aussi longtemps qu’ils ne se contentent pas de vouloir vendre, mais s’engagent dans le développement de la production chinoise.

Les groupes étrangers de leur côté s’engagent plus volontiers dans cette direction non seulement à cause des aides locales, mais ils ont compris depuis pas mal de temps que l’exportation ou la construction de laiteries ne suffisent pas pour le développer le secteur laitier en Chine. Ce qui est visible maintenant dans l’Empire du Milieu est vrai aussi pour d’autre pays en développement.

L’agriculture, en particulier la production de lait et de viandes, sont des productions  indispensables pour l’amélioration générale du niveau de vie  de ces pays. Les  seuls bienvenus sont, de plus en plus, ceux qui transmettent du savoir-faire. Le ministre chinois de l’agriculture Han Changfu  a été très clair sur le sujet lors de la signature de l’accord de coopération avec l’UE : « Ceux qui ne vont pas dans ce sens, nous leur compliquerons la vie sur les marchés par des droits de douanes et des normes techniques » a-t-il dit pratiquement dans cette formulation.

Cette évolution est la même en Russie pour la viande par exemple. Un grand abatteur comme l’allemand Tönnies, fatigué par les services vétérinaires russes, fermant quand ils le veulent les entrées de viande porcines ou de fromages, a fini par accepter de venir au secours du plan de développement de Poutine en investissant dans la constitution d’une filière viande russe.

 

NDLR : trois observations sur cette évolution vers des investissements dans le développement de la production agricole locale. Il y a apparemment des groupes occidentaux en retard, auxquels on fera sentir les menaces exprimées par le ministre chinois. Mais les investissements dans le développement des productions locales ne sont actuellement qu’à la portée de grands groupes qui marquent leurs territoires, et non de PME. Les structures agricoles qui résultent de ces implantations seraient considérées ici comme effrayantes et pourraient le devenir vraiment dans le futur.

 

Voir aussi Les Chinois veulent du lait, la Chine achète des vaches (Socopag, 30 avril 2012)

 

* Voir Dans son livre, Europe laitière, André Pflimlin condamne le libéralisme - 6 mars 2012

 

AG Office du lait Avranches 221111 032 TAndré Pflimlin interviendra le 27 juin en Belgique à la demande de Erwin Schöpges sur le thème : « Le marché libre excédentaire peut-il être rémunérateur pour le producteur de lait ? »

 

Le MIG (EMB) invite les producteurs et les productrices de lait, la FWA, la FJA, la FUGEA, l’ABS, le BB, le FMB, tout le secteur para-agricole (vétérinaires,  négociants,...), les Conseils d’administration des laiteries à une conférence suivie d'un débat -  avec la participation de :

 

-         André Pflimlin, expert en politique laitière européenne et mondiale, présentera un exposé sur les marchés laitiers mondiaux.

 

-         Un représentant de la Commission européenne nous exposera le paquet lait et l’évolution du prix mondial du lait.

 

-         Des représentants de plusieurs partis politiques sont invités  à nous donner leur vision de cette problématique.

 

Débat animé par un journaliste. Cette conférence se tiendra à Ciney Expo, le mercredi 27 juin 2012 à 20h30 (Ciney est située au sud-est de Namur, près du croisement entre Bruxelles-Luxembourg et Paris-Liège).

 

Cet article est le 318ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires