Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine à partir, notamment, des idées de Jean-Pierre Chevènement, l'un de ses fondateurs (celui-ci a souhaité s'éloigner du MRC en 2015). Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens (MDC) après les élections de 2002. En février 2019, le MRC a co-fondé la Gauche Républicaine et Socialiste (GRS), en continuant d'exister, au moins jusqu'à son prochain congrès, en décembre 2020.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles RÉCents

20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 22:51

Violence des images, effondrement d’un homme de pouvoir

 

Ce pourrait être le scénario d’un film. Ce le sera peut-être, mais la réalité dépasse la fiction. Toute la France est sous le choc des images montrant le directeur du Fonds Monétaire International (FMI), les mains menottées dans le dos, encadré par des policiers dans une mise en scène réservée aux « personnes très importantes », les « stars » qui, aux yeux du système répressif en vigueur aux USA, ont commis une faute grave.

C’est à New-York. Pas de présomption d’innocence en attente du jugement. Dans un premier temps, tout est fait pour protéger la victime et accabler l’auteur présumé de l’acte criminel, en l’occurrence une agression sexuelle sur une femme de ménage dont on ne sait rien. On sait tout, par contre, sur les faits dénoncés par la victime, lors de la plainte qu’elle a déposée en accord avec son employeur, l’hôtel qui a appelé la police.

 

Les Français sont sidérés, accablés, par ce spectacle dégradant pour la personnalité qui, quelques heures auparavant, occupait le sommet de la hiérarchie sociale mondiale. Majoritairement, ils imaginent un complot, visant à faire tomber un futur candidat à la présidence de la République française, favori des sondages. Ils ne veulent pas y croire, se méfiant de ce qui vient des USA. Comment traiter ainsi en Amérique un homme si bien traité en France par les médias, la droite et la gauche réunies ?

Voir Beau système en vérité ! (Jean-Pierre Chevènement, 16 mai)

Je connais Dominique Strauss-Kahn depuis trente ans. Sur beaucoup de sujets, je n'ai pas été et je ne suis toujours pas d'accord avec lui. Mais le coeur ne peut que se serrer devant ces images humiliantes et poignantes qu'on donne de lui. Un effroyable lynchage planétaire ! Et si c'était une monstrueuse injustice ?
Un homme politique est toujours exposé à la provocation. C'est la première réflexion qui m'est venue à l'esprit : Dominique Strauss-Kahn est inculpé sur le témoignage d'une femme de chambre, un unique témoignage forcément fragile. Et, dans le système accusatoire américain, il doit faire la preuve de son innocence ! Beau système en vérité, que le président de la République, en voulant supprimer il y a deux ans, le juge d'instruction, rêvait sans doute d'importer en France. Certains avocats assurément y auraient trouvé leur compte ! Mais la présomption d'innocence là-dedans ?

Le 19 mai, le même Jean-Pierre Chevènement sur le plateau de « Parlons-en » sur LCP : Affaire DSK: "Je n'exclus aucune hypothèse. Mais dans le moment présent, il faut avoir un principe clair, celui de la présomption d'innocence"

 

Sur ce point, je comprends le point de vue de l’homme d’Etat, celui qui fut dans les gouvernements avec Dominique Strauss-Kahn et qui exprime sa méfiance vis-à-vis de la violence du système répressif américain.

Mais je voudrais exprimer la sensibilité de l’homme que je suis dans cette affaire, car je suis un homme avant toute autre considération, un homme qui perçoit la sensibilité des femmes dans une situation comme celle-là. Ce qui caractérise le mieux une société, c’est la qualité et l’égalité des rapports entre les hommes et les femmes.

Cette femme de ménage de l’hôtel Sofitel de New-York compte autant que l’homme de pouvoir du FMI. Si elle a porté plainte pour tentative de viol et si la direction de l’hôtel a appelé la police, je n’ai pas de raison de ne pas la croire. Je la crois d’autant plus que l’homme de pouvoir mis en cause traîne une réputation sulfureuse. Je renvoie à Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles (UE) : Les médias français et le tabou de la "vie privée" des politiques (Jean Quatremer, 20 mai).

D’autre part, je dispose de témoignages, dont celui-ci. Voir Exclusif : « Je regrette d'avoir dissuadé ma fille de porter plainte ».

 

Il est temps que cessent des pratiques d’un autre âge. Cet évènement malheureux doit conduire à une prise de conscience des hommes, mais aussi des femmes pour qu’elles ne craignent pas de réagir quand l’occasion se présente, en portant plainte s’il le faut. 

 

C’est une leçon aussi pour les communicants. Voir L’inquiétant pouvoir des communicants (Le Monde, tribune de Nicolas Beau, 20 mai). A force de fermer les yeux, "la presse française aura joué un très mauvais tour à DSK", écrit le journaliste Nicolas Beau dans un point de vue au "Monde".

 

Voir aussi les enseignements que le PS aurait le plus grand intérêt à tirer : "Le PS peut enfin tourner la page Strauss-Kahn" (Le Monde, tribune de Philippe Marlière, 19 mai).

 

Cet article est le 13ème paru sur ce blog dans la catégorie Personnalités.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires