Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 22:56

Un éditorial et des brèves pour analyser et comprendre

 

« Rendre public ce qui voulait rester caché », c’est l’objectif de Guy Laluc, qui est l’exemple-type du fouineur qui va chercher des informations agricoles précises, ciblées, chiffrées et certifiées, afin de les mettre à la disposition des abonnés à sa lettre mensuelle (60 euros pour 11 numéros de ARGOS Communication agricole). Cela leur permet d’aller au-delà des informations qu’ils trouvent dans la presse. En savoir plus et se faire son opinion concernant l’économie et la politique agricoles.

Voir Argos, revue de presse agricole

 

Dans le n° 234 de mai 2012, j’ai retenu l’éditorial et quelques brèves, dont celle concernant le nouveau ministre de l’agriculture (mais, contrairement à ce qui est écrit, je pense qu’il s’imposera dans la circonscription occupée actuellement par François Fillon).

 

BON SENS…

 

Tout un chacun connaît la chambre d’agriculture de son département. Mais qui connaît l’APCA, Assemblée permanente des chambres d’agriculture, à ne pas confondre avec l’association des plaisanciers de la Côte d’Azur ?

Peu sont les professionnels qui connaissent cet échelon national car il n’en sort pas grand-chose. Ses propositions ne heurtent jamais le discours politiquement correct quand elles ne s’égarent pas sur le chemin de l’utopie avec de belles envolées lyriques du style « il faut produire plus et mieux ».

L’économiste en chef de cette structure va-t-il réveiller la bête ne se souciant apparemment pas de la réforme de la PAC à venir ? Dans sa lettre économique de mars, Thierry Pouch sort le clairon. Pendant que les Etats-Unis sont offensifs en matière agricole, qu’ils font jouer les aides directes en fonction des prix agricoles sur les marchés, maintiennent le dispositif d’aide alimentaire, souhaitent amplifier les outils assuranciels publics et privés, veulent réexaminer les dispositions environnementales pour ne pas entraver la productivité du secteur agricole, envisagent même de mettre en place un dispositif de quotas laitiers, l’Europe démonte ses outils de régulation au profit du verdissement. A quand le sursaut européen, s’interroge à juste titre l’économiste qui attend certainement encore l’écho de son bien légitime propos…

 

Et les FDSEA ? Souvent très corporatistes, gesticulant et ronchonnant, criant au loup et réclamant toujours des sous, celles-ci responsabilisent-elles leurs mandants ? Leur font-elles comprendre les réels enjeux ? En un mot, veulent-elles des chefs d’entreprise ou des assistés ? La FDSEA du Finistère dénote totalement. Elle tape dans la butte et rejoint étonnamment, sur le papier, les revendications des producteurs de lait de l’APLI comme celles de la Coordination rurale. Son rapport d’orientation de fin mars dernier, « osons agir pour ne pas subir », est un pavé dans la mare, un aiguillon dans les fesses de sa mère FNSEA. Il dénonce les dysfonctionnements dans quasiment toutes les filières et plaide, à l’inverse même du syndicat majoritaire, pour les organisations de producteurs sans transfert de propriété. Le document dénonce l’obligation d’achat d’appros liée à la vente de produits agricoles. Il exhorte les producteurs à s’organiser par eux-mêmes, sinon, les industriels et l’administration s’en chargeront… Quant à l’approvisionnement des exploitations, cette FDSEA qui plaide pour la transparence s’interroge à propos du bénéfice retiré par l’exploitant des regroupements de coopératives. L’utilisation de compte courant d’associé-coopérateur est perverse et déresponsabilise l’agriculteur, constate également le syndicat qui invite les agriculteurs à comparer les prix d’appros.

Alors que le verrouillage du marché des intrants s’organise avec des petits arrangements qui conduisent à des exclusivités de distribution notamment pour les semences de maïs, la FDSEA menace de mener des actions qui permettent de défendre collectivement les intérêts de la profession, y compris sur l’amont de la production. Auparavant, le syndicat départemental reconnaît humblement que la plupart des dérives trouvent leur origine dans le comportement passif des agriculteurs. Pour cela, la clef réside dans la formation et la recherche d’information de chacun, telle est l’une des conclusions d’un rapport plein de bon sens. Tellement plein de bon sens qu’à la fin de la lecture on se pince encore pour se demander si l’on n’a pas rêvé. Espérons que ces beaux écrits ne resteront pas vains à l’instar des politiques peu avares de promesses mais dont on attend souvent les actes. A suivre…

   

VOTE FN

 

LIBERATION 28/04/12 fait sa une sur « le FN des champs ». Dans LIBERATION 3/05/12, le sociologue Jean Viard explique le vote FN des agriculteurs par la crise agricole « et surtout, avec le départ de Jacques Chirac, les paysans, les responsables agricoles, ont perdu la ligne directe avec le président qui leur donnait espérance et statut (…) culturellement à droite, plutôt catholiques, conservateurs mais innovants, nombre d’agriculteurs se sentirent délaissés ». « Attention au retour des chemises vertes », en conclut le sociologue. Déjà dans LIBERATION 26/04/12, la géographe Béatrice Giblin observe la forte progression des scores Le Pen dans l’Ouest surtout rural. Elle l’explique en partie par la défense des agriculteurs qui a été un des thèmes de campagne de Marine Le Pen.

 

DEMANDE AU NOUVEAU PRÉSIDENT

 

Jean Ziegler, sociologue et ancien rapporteur spécial des Nations-Unies, lance un cri  d’alarme pour le milliard d’humains qui ne mange pas à sa faim. Dans LE MONDE 21/04/12, il interpelle le nouveau président de la République. Il lui demande d’interdire la spéculation boursière sur les produits alimentaires de base, de faire cesser l’accaparement en Afrique de terres arables par les sociétés multinationales d’origine française, empêcher le dumping agricole, obtenir l’annulation de la dette extérieure des pays les plus pauvres, en finir avec les agrocarburants fabriqués à partir de plantes alimentaires…

Il s’échange chaque année l’équivalent de 46 fois la production mondiale de blé sur le marché financier de Chicago, tonne MOMAGRI dans sa newsletter de mai. Ce laboratoire d’idées mené par Pierre Pagesse, président du groupe Limagrain, milite pour des politiques agricoles stabilisatrices afin de lutter contre la volatilité des prix agricoles et assurer des revenus décents aux agriculteurs…

 

UN MINISTRE DE L’AGRICULTURE DE PASSAGE

 

LE FIGARO ECONOMIE 14/05/12 révélait que la FNSEA souhaitait un ministère de l’agriculture élargi à l’agroalimentaire. Bingo, quelques jours plus tard, Stéphane Le Foll est nommé ministre de l’agriculture et de l’agroalimentaire. De source autorisée, Jean-Michel Baylet, sénateur du Tarn et Garonne, était le candidat pressenti mais au dernier moment Stéphane Le Foll a été désigné. Celui-ci a toujours eu la préférence de la FNSEA mais aussi de la coopération dont il défend les avantages fiscaux.

En défendant la régulation dans le secteur du lait, il a su s’attirer les sympathies de l’APLI. Cet homme de pouvoir ne devrait pas rester très longtemps rue de Varenne car il a peu de chances de devenir député dans le fief de François Fillon…Au fait, à quel titre, Jean-Michel Le Métayer, l’ancien président de la FNSEA était-il présent lors de l’investiture de François Hollande ?

 

RE-VOILA MARIE-HÉLÈNE AUBERT

 

Députée d’Eure et Loir de 1997 à 2002, députée européenne (très consciencieuse) par la suite, sans doute pas assez dogmatique pour rester chez les Verts, elle est récemment passée au PS. Elle a été l’animatrice de l’association Agriculture Ecologiquement Intensive (elle y a côtoyé Stéphane Le Foll) qu’elle a soudainement lâchée. Elle réapparaît sur le devant de la scène comme chargée du pôle environnement de François Hollande.

Dans LE MONDE 9/05/12, elle relève que la transition énergétique est la priorité du nouveau Président. La biodiversité, l’eau et l’agriculture durable sont les autres dossiers urgents et il faut sortir d’une logique de confrontation entre écologistes et agriculteurs, assure-t-elle. Et la FNSEA, lui demande le quotidien ? « Il faut s’appuyer sur des initiatives locales pour faire évoluer les états d’esprit (...) Le monde agricole a besoin de reconnaissance ». Quant à la PAC, elle espère que la France ait une position forte pour que les pratiques vertueuses soient valorisées…

 

Cet article est le 315ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires