Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 19:19

Le modèle danois, totalement inacceptable en France

 

Les organisations professionnelles engagées dans l’Office du lait et le contrat laitier France MilkBoard - Association des producteurs de lait indépendants (Apli), Organisation des producteurs de lait (OPL)* et Confédération paysanne - organisaient la semaine dernière des réunions d’information de producteurs en Bretagne.

 

* L’organisation des producteurs de lait (OPL), section laitière du syndicat Coordination rurale, a été créée en 2005 dans le but d’être partie prenante de l’EMB (European MilkBoard). Elle a présenté le projet France MilkBoard aux producteurs, le 15 mars 2011, lors du 5ème congrès de l’OPL, en Auvergne.

 

Voir France Milk Board, s'unir pour un avenir !

 

A l’heure de la contractualisation dans le secteur laitier, il faut proposer une alternative au fonctionnement actuel qui a mené les producteurs de lait dans une situation dramatique. La régulation doit être à la production (producteur-transformateur) et non une régulation unique de marché (transformateur-distributeur).

Ce nouveau projet, c’est l’Office du Lait et France Milk Board : deux organisations qui ont pour objectif de pallier l’inefficacité de l’interprofession actuelle et des organisations de producteurs (OP) verticales (totalement dépendantes des laiteries).

L’Office du lait, c’est quoi ?

Il est nécessaire d’articuler les Organisations de Producteurs de bassins au sein de France Milk Board avec l’agence de régulation européenne. Cette l’Office National du Lait qui joue ce rôle d’intermédiaire.

Puisque le CNIEL, l’interprofession laitière ne joue plus son rôle, il a été créé en avril 2010 un contre-CNIEL, l’Office du lait, une association à caractère interprofessionnel indépendante et transparente.

L’Office du lait est construit avec cinq collèges : producteurs, transformateurs, consommateurs, distributeurs et les représentants de l’Etat. Il est présidé par Paul de Montvalon, éleveur laitier dans le Maine et Loire.

L’APLI (Association des Producteurs de Lait Indépendants) et l’OPL (Organisation de Producteurs de Lait) sont membres de l’Office du lait et participent à ses travaux. L’Office du lait est ouvert à tous.

France Milk Board, c’est quoi ?

France Milk Board, c’est une Organisation de Producteurs nationale, non commerciale, gérée par les producteurs. Elle est asyndicale et transversale (indépendante des laiteries). France Milk Board a vocation, très rapidement, à fonctionner par bassins de production en étant représentée par des OP « de bassins » afin d’être au plus près des producteurs.

Elle a simplement pour objectif de regrouper les producteurs face à leurs acheteurs potentiels pour valoriser leur production. Le producteur de lait donne ainsi mandat à son OP France Milk Board pour négocier avec les industriels le prix de son lait.

 

AG Office du lait Avranches 221111 032 TAndré Pflimlin, qui a travaillé à l’Institut de l’élevage de 1970 à 2009, participe à ces réunions.

Rappel : André Pflimlin examine les systèmes et les régions laitières en Europe - 16 décembre 2011

André Pflimlin : la Californie (USA) veut maîtriser ses volumes de lait - 15 décembre 2011 

 

Voici deux articles de presse relatant les rencontres avec les producteurs de lait bretons.

 

André Pflimlin dénonce la politique laitière (Ouest-France, Céline Martin, 13 janvier 2012)

 

Prendre de la hauteur, c'est ce qu'André Pflimlin propose aux producteurs. Au moyen d'un tour du monde et d'Europe de la production laitière européenne et mondiale.

Arrêt au Danemark, où sévit la règle du « grossir ou mourir, avec une situation catastrophique de ses producteurs laitiers. » Rachat de terres, de troupeaux, agrandissement de la ferme... « La restructuration est vertigineuse. Tout comme le taux d'endettement moyen, qui y est de 60 à 70 %, voire 90 % chez les jeunes agriculteurs. » La Suisse ensuite, « où l'expérimentation de la fin des quotas ne marche pas. Et pourtant, c'est ce que la Commission européenne s'obstine à mettre en place avec le modèle danois comme exemple ! », s'offusque l'ancien chercheur.

Chronique annoncée d'une plongée des prix

Et André Pflimlin de relayer le discours ambiant : « On nous dit que la demande mondiale est croissante en protéines. Que nous devons nourrir le monde. Donc produire plus pour exporter. Mais avec quelles règles ? On sait très bien que produire plus de lait engendrera des excédents et donc une plongée des prix. Et les principes fondateurs de la Politique agricole commune, dans tout ça ? »

Dans ce contexte, Alain Pflimlin voit des leviers à actionner, à commencer par « la création d'une agence européenne du lait, la stratégie la plus novatrice pour faire bouger les lignes ». Ce pour quoi militent l'European Milk Board et ses producteurs, partout en Europe.

Un militantisme évoqué, hier à Guingamp, par un producteur du Maine-et-Loire à travers un témoignage coup-de-poing auprès d'élèves en lycée agricole. Pour lui, le modèle danois ne fait que préfigurer le sort réservé aux producteurs français une fois les quotas abolis. « Se battre ou mourir, c'est l'enjeu. Car on ne pourra pas continuer à produire en dessous des coûts de production. »

Lait : une régulation européenne pour un prix rémunérateur - Rostrenen (Ouest-France, 14 janvier)

André Pflimlin, 67 ans, fils de petits agriculteurs alsaciens, ancien ingénieur de l'institut de l'élevage bovin.

Jeudi soir, à la salle des fêtes, devant une cinquantaine de producteurs de lait, en collaboration avec les partenaires de France Milkboard, il a fait un état des lieux de la production laitière européenne et mondiale. S'appuyant sur son livre, l'Europe laitière, il a expliqué la diversité des systèmes. Au lieu de réguler et d'équilibrer les marchés, la politique de libéralisation et du laisser-faire a accentué la diversité et la disparité

Quelles solutions pour demain ?

Il vaut mieux respecter la diversité pour valoriser toutes les potentialités. Il ne faut pas faire la même chose en Irlande, au Danemark, en Espagne ou en Roumanie. Des régions sont plus adaptées à l'élevage avec de l'herbe avec des gens qui ont envie de travailler et de gagner leur vie. Si on refuse la diversité, on va éliminer des millions de producteurs

Que peut-on faire dans notre région pour s'en sortir ?

La Bretagne a déjà pas mal d'animaux. Il n'y a pas que l'élevage comme richesse. Le tourisme sera demain une richesse beaucoup plus importante que l'élevage. Il va falloir trouver des compromis. Avec suffisamment d'élevages plus autonomes et des systèmes de production de cochons plus propres.

Quelle est la ferme laitière idéale pour demain ?

Une ferme familiale, pour un ménage avec 50 vaches, avec un lait qui aurait une certaine plus-value dans un système qui respecte l'environnement et avec pas mal d'herbe. Il ne faut pas que le maïs devienne l'aliment de base. Car cela aboutirait au même type de lait partout. Uniformiser n'est bon pour personne.

Que proposez-vous après l'abandon des quotas ?

Je crains une guerre économique dans laquelle les plus compétitifs survivront et pourront aller se battre avec les Néo-Zélandais. C'est aux politiques de réguler pour éviter de véritables concentrations. Déjà, de grands pays libéraux comme les États-Unis sont en train de sécuriser leurs producteurs en mettant en place une vraie régulation et en garantissant une marge sur le lait, pas seulement sur le prix mais en intégrant le coût de l'aliment et assorti d'une régulation des volumes.

 

Cet article est le 277ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires