Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 18:02

Qu’attendre de l’APLI, que faire pour elle en 2014 ?

 

L’association des producteurs de lait indépendants (voir APLI Nationale) est née en 2008 en vue de combattre les causes de la baisse du prix du lait (l’année 2009 a été la pire pour le revenu agricole des 40 dernières années - voir Crise agricole 2009 : les explications des services économiques APCA- 30 décembre 2009 et Crise laitière : la politique européenne est la principale responsable- 15 juin 2009. Voir aussi Le LAIT de la colère !

 

Le 5 septembre 2013, André Lefranc présidait l’assemblée générale de l’APLI en précisant qu’il n’était pas candidat au renouvellement de son mandat. Voir AG 2013 de l'APLI : le président André Lefranc fait le bilan et rassure - 13 septembre 2013. En fait, il a cédé aux sollicitations des membres du Conseil d’administration et a été réélu à l’unanimité.

 

APLI AG 50913 052 TCe 31 décembre 2013, il fait le point de l’action de l’APLI en présentant  L’heure du Bilan

 

2013 a vécu, vive 2014 !

 

Cette période de fin d'année est traditionnellement le moment de faire le bilan de l'année écoulée et de tracer les perspectives accompagnées de vœux pour celle qui s'ouvre.

 

Le président de l'APLI Nationale ne va pas déroger à cet exercice. Le Conseil d'Administration renouvelé, alors que je souhaitais sincèrement transmettre le flambeau de la présidence de notre jeune association, n'a pas voulu tenir compte de ce désir et m'a réélu à l'unanimité à ce poste. Je n'ai accepté de prolonger mon mandat que pour mieux préparer la succession et assurer une stabilité à notre mouvement.

 

Notre combat juste et loyal, pour un prix du lait qui couvre les frais et permette une rémunération des producteurs, continue. Pour cela nous poursuivons notre lutteaux côtés de l'EMB pour la mise en place d’une agence de régulation européenne et pour une reconnaissance des coûts de production.

 

Nous sommes aujourd'hui dans une phase de construction.

 

Sans doute est-ce moins percutant médiatiquement qu’une grève ou un rassemblement de tracteurs dans nos régions. Et pourtant, que de travail accompli en 2013, grâce à l'engagement permanent de tous ceux qui m'entourent et que je tiens tout particulièrement ici à remercier. L’APLI Nationale garde son éthique, elle est et restera une association de producteurs ouverte à tous mais asyndicale.

 

Les OP France MilkBoard ont été créées : la construction de ces organisations de producteurs est une réponse à la demande du ministère. 3 OP France MilkBoard ont été reconnues mais elles ne pourront être efficaces qu'à deux conditions :

-         ces OP doivent rassembler un maximum de producteurs, et là chaque adhérent a un rôle mobilisateur à jouer,

-         ces OP transversales doivent se regrouper en une AOP la plus large possible.

 

Le lancement du lait FAIREFRANCE a nécessité beaucoup d’énergie. Le lait équitable français a vu le jour, conforme à l’éthique du projet initial.

Le départ est fulgurant, conforme aux prévisions. Le projet répond à une attente réelle des consommateurs qui sont aujourd’hui prêts à investir pour le maintien des fermes familiales et des agriculteurs sur tout le territoire, pour le maintien également de la qualité des produits et de la vie.

C'est une révolution sur le partage des marges. Le poids des producteurs dans la commercialisation est redevenu ce qu'il aurait toujours dû être. Mais, là encore, comme pour les OP, pour aller encore plus vite et que le mouvement devienne irréversible et incontournable, il faut que davantage de producteurs nous rejoignent.

 

Les perspectives 2014  sont moroses

 

-         Le prix du lait, qui est aujourd'hui plus en phase avec les réalités économiques (mais pour combien de mois ?) ne donne aucune lisibilité suffisante pour pouvoir investir sereinement à longue échéance.

Attention ! Ce prix plus élevé ne répond pas à notre vision à long terme. Ne nous laissons pas attirer par le chant des sirènes des coopératives qui nous demandent de produire 10 à 20 % de lait en plus sans garantie de prix. N'oublions pas 2008 – 2009 !

-         Les coûts de production, source de débat permanent ne sont toujours pas intégrés dans l’élaboration du prix du lait, de même que le temps de travail de l’éleveur générant  ainsi une morosité persistante qui entraîne la désertification laitière de nombreuses régions.

-         L’interprofession actuelle est inefficace : le prix du lait payé aux producteurs français est le plus bas d’Europe, et cependant reste le moins compétitif sur le marché mondial. Le CNIEL se contente de redistribuer une partie de l’argent collecté sur le dos des producteurs (CVO) à ceux qui occupent la place. Et demain, en donnant quelques miettes et strapontins aux syndicats minoritaires, rien ne changera. Le CNIEL sera alors, plus que jamais, un lieu de débat politico-syndical obsolète et inutile, réduisant à néant le rôle des OP.

-         L'Etat, avec la prochaine « loi d'avenir », devrait affirmer une réelle volonté politique en imposant une interprofession digne de ce nom, jouant un rôle important pour le développement et l'avenir de la filière avec chaque maillon représenté : industriel, distribution, consommateur et producteurs à travers les organisations de producteurs.

-          La régulation n’est toujours pas actée.

 

Le travail ne manque donc pas !

 

Nous comptons bien mettre tout en œuvre pour être entendus. Notre travail lors des réunions au ministère, bien que nous soyons très écoutés, n’apporte pour l’instant guère de retour. Mais nous ne sommes pas en place pour faire de la cogestion. Et nous restons très vigilants quant à l'élaboration de la loi d'avenir agricole.

Nous participons activement au niveau européen, avec l’EMB (qui regroupe 14 pays), à un vrai travail de fourmi pour faire avancer nos idées auprès de la commission et du parlement européen.

 

Cette année 2014 s'annonce donc comme celle :

-         du déploiement de toutes ces structures (Agence de régulation, OP, FaireFrance),

-         de négociations tous azimuts, avec l'Etat pour l'APLI, avec les laiteries pour les OP, avec les centrales d'achat et les consommateurs pour Fairefrance.

Pour être au plus proche de chaque adhérent, notre site a été refondu et je vous engage à aller dès maintenant le visiter et vous inscrire à la newsletter.

 

Au risque de me répéter, je ne peux engager seul la lutte, j'ai besoin, ainsi que le Conseil d'Administration tout entier, de chacun et de chacune d'entre vous pour réussir. En cette fin d'année, un de mes vœux serait que chacun se pose la question : j’ai adhéré à l'APLI, qu'est-ce que j'attends de l'APLI mais aussi et surtout qu'est-ce que j'ai fait pour l'APLI ?

 

Je vous souhaite, à toutes et à tous, une bonne et heureuse année. Que 2014 nous voie nombreux, unis et forts pour mener une action efficace, tremplin vers un avenir meilleur.

 

Cet article est le 420ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires