Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 21:44

Il sera l’homme d’une politique de redressement national

 

C’est bien parce que nous sommes dans un système politique verrouillé par les promoteurs des traités européens (dont le traité de Maastricht, le plus important, car il a ouvert la voie à la loi du tout marché et à la monnaie unique - le même euro pour tous, sans distinction de compétitivité - faisant ainsi place nette en France au néolibéralisme et au monétarisme) qu’un homme d’Etat comme Jean-Pierre Chevènement a été laissé en marge du système.  

Voir JP Chevènement est porté par un vent léger que son livre a fait lever -  11 décembre 2013

Sur les blogs, Jean-Pierre Chevènement rencontre un intérêt croissant - 3 décembre 2013 

 

Le président de la République devra, dans les six mois, prendre ses responsabilités concernant les orientations politiques de la seconde partie de son quinquennat. Il ne pourra compter sur les écologistes, qui vont prendre du champ du fait de la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ce sera le moment de recomposer son gouvernement et sa majorité parlementaire. Il ferait bien, pour le moins, de s’inspirer des idées de Chevènement, s’il ne le met pas à Matignon.

Face au défi des grands pays émergents, l’euro est la monnaie la plus surévaluée du monde. On se bat, les mains attachées dans le dos. La croissance nécessite un ajustement monétaire, plutôt que la déflation salariale. Mieux vaut utiliser le bistouri, l’accord de l’Allemagne étant nécessaire. Laisser varier autant l’euro est absurde (1,16 dollar au lancement puis 1,60 au plus haut et 0,80 au plus bas ; 1,35 aujourd’hui) (…). Ce qui manque, ce sont des concepts solides, comme la nation, l’intérêt général  (qui ressort du débat républicain), la monnaie (qui est celle d’un Etat). Ce sont des notions de base, enfantines. Le principal reproche à faire à l’Europe actuelle, c’est que les traités européens résultent de la programmation des marchés. Ils ont pour dogme de base le néolibéralisme. Il faut mettre Airbus à l’initiative des traités. C’est à voir dans Colloque Res Publica sur l'Europe : JM Quatrepoint et JP Chevènement - 19 déc. 2013 

 

Revue de presse

Chevènement Le Mans 280111 002 T

 

Russie, Ukraine : "Il faut se méfier des idées toutes faites" - Jean-Pierre Chevènement était l'invité de "Parcours européen" sur Fréquence protestante, samedi 21 décembre. Il répondait aux questions de Thomas Ferenczi. Extraits.

 

Critique des résultats de 70 années de construction européenne

·         On a parlé à propos des deux guerres mondiales d'une guerre de trente ans (1914-1945). Cela fait donc 70 ans que ces guerres mondiales, qui ont largement détruit l'Europe, se sont terminées. 70 années de construction européenne, mais sur la base de principes qu'il faudrait peut-être mettre en doute.

·         On a prétendu construire l'Europe sur le marché. Et c'est devenu la concurrence pure et parfaite, administrée par la Commission européenne. On a prétendu construire l'Europe à l'ombre de la tutelle américaine, c'est l'OTAN. Enfin, on a construit l'Europe à partir d'une certaine marginalisation des nations, c'est la méthode Monnet.

·         Les Parlements nationaux ont le sentiment qu'il ne leur revient plus que d'appliquer les directives de la Commission. Cette Europe est en définitive extrêmement technocratique, et peu démocratique.

·         Les promesses initiales de l'Europe, répétées par exemple à l'occasion du référendum sur le traité de Maastricht, ne se sont pas réalisées. La prospérité ? Nous avons un taux de chômage supérieur à 12%. L'Europe puissance ? En réalité, l'euro qui devait quasiment détrôner le dollar perd du terrain dans les réserves des banques centrales à l'échelle mondiale. Et on voit bien que la puissance de l'Europe est factice, qu'elle n'a pas vraiment son mot à dire, par exemple au Proche-Orient.

L'Europe du XXIe siècle

·         On ne peut pas construire l'Europe sans une étroite union entre la France et l'Allemagne. Les peuples Français et Allemands procèdent à certains égards d'une même histoire. C'est le partage de l'Empire de Charlemagne en 843. Nous avons beaucoup de choses en commun. Nous l'ignorons souvent parce que nos langues, nos cultures, sont très différentes.

·         Le traité de l’Élysée, même s'il n'a pas produit tous ses effets opérationnels, introduit une césure dans l'histoire des relations franco-allemandes. Désormais nous devons nous parler, malgré parfois nos différends.

·         La nation est la brique de base de l'Europe à construire. L'Europe ne peut pas se passer des nations, en particulier d'une étroite entente entre la France et l'Allemagne, mais aussi de l'acceptation que la Russie est un grand peuple européen. Il faut que les nations européennes se mettent d'accord sur cette idée là : faire une Europe européenne, une Europe qui existe par elle-même.

·         Dans le XXIe siècle, l'Europe est vouée à se rapetisser. La puissance montante, c'est la Chine, pendant que les États-Unis déclineront mais lentement. L'Europe ne pourra exister par elle-même que dans cette configuration d'une Europe des nations, sinon il n'y aura pas d'Europe européenne : il y aura des protectorats américains.

·         Je souhaite une confédération de peuples européens, avec un Conseil, même une Commission réduite à un rôle de préparation des sommets européens et exécutant les décisions, un Parlement européen qui gagnerait à être une représentation des Parlements nationaux, parce que cela ferait mieux communiquer les démocraties nationales et les grands enjeux européens (l'industrie, l'énergie, la défense, la politique extérieure, la libre circulation des européens en Europe). Il faut aussi reconstruire une monnaie qui permette une croissance économique, le recul du chômage, aujourd'hui la tare de l'Europe que nous avons construite.

·         Je pense qu'il ne faut pas abandonner le modèle social européen. C'est un phare pour le reste de l'humanité. Même si nous avons à rénover notre système social, travailler plus, mieux, parier davantage sur l'intelligence, la recherche, nous devons préserver, par exemple, un système de santé accessible à chacune et chacun.

Découvrez le nouveau livre de Jean-Pierre Chevènement 1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire? (éditions Fayard, octobre 2013)

 

"Tous les peuples ont le droit de maîtriser leur destin" - Jean-Pierre Chevènement était l'invité de l'émission "Pluriel" sur Radio Orient, vendredi 20 décembre 2013. Il répondait aux questions de Loïc Barrière.

 

"Nous n'avons absolument aucun intérêt à rallumer une nouvelle guerre froide avec la Russie" - Jean-Pierre Chevènement était auditionné par la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, mercredi 18 décembre 2013, en tant que représentant spécial pour la diplomatie économique avec la Russie. Voir la vidéo de son intervention, et ses réponses aux questions posées par les députés.

"Ce ne sont pas les nations qui ont voulu la guerre de 1914" - Jean-Pierre Chevènement était l'invité de l'Institut Diderot mardi 3 décembre 2013, lors d'une conférence intitulée "L'avenir de la mondialisation". Il est revenu sur son livre "1914-2014 : l'Europe sortie de l'histoire ?" puis a répondu aux questions de la salle. Voir les vidéos (en deux parties).

"Europe ? Hors des nations, point de salut !" - Entretien de Jean-Pierre Chevènement accordé au "Figaro Magazine", le 20 décembre 2013. Propos recueillis par Patrice De Méritens.

"Comment le FN, parti des anciens collabos et des anciens de l'OAS, pourrait-il devenir un parti gaulliste ?" - Jean-Pierre Chevènement était l'invité de France 3 Franche Comté, samedi 14 décembre 2013. Il débattait avec Alain Joyandet dans l'émission "La voix est libre", animée par Catherine Eme-Ziri et Jérémy Chevreuil.

Centrafrique : "L'impotence stratégique de l'Europe est démontrée" - Jean-Pierre Chevènement était l'invité de PolitiqueS sur LCP samedi 14 décembre 2013. Il répondait aux questions de Serge Moati.

"La monnaie unique est une fausse bonne idée" - Entretien de Jean-Pierre Chevènement au quotidien Le Progrès, propos recueillis par Dominique Goubatian, jeudi 12 décembre 2013.

"Dans la guerre des monnaies, l'Europe joue avec les bras attachés dans le dos" - Jean-Pierre Chevènement était l'invité d'Activ' Radio mercredi 11 décembre 2013. Il répondait aux questions de Timothée Maymon.

 

In extremis… "La gauche semble avoir oublié les leçons des années Jospin" - Entretien de Jean-Pierre Chevènement à Mediapart, paru le 29 décembre 2013. Propos recueillis par Lénaig Bredoux et Stéphane Alliès le 17 octobre 2013.

 

Cet article est le 191ème paru sur ce blog dans la catégorie CHEVENEMENT

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans CHEVENEMENT
commenter cet article

commentaires