Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 23:04

L’emploi continue d’être une variable d’ajustement

 

Lors de sa visite à Pôle Emploi de La Roche-sur-Yon en Vendée, le 6 août 2013, le président de la République s’est arrêté en montant un escalier pour écouter une femme qui l’a interpellée courtoisement. Voir Youtube.com : François Hollande interpellé par une chômeuse en Vendée

Le président François Hollande qui effectue aujourd'hui à La Roche-sur-Yon (Vendée) un nouveau déplacement sur le thème de l'emploi, a été interpellé par une chômeuse.
"J'ai la cinquantaine, ça fait un an et demi que je cherche un emploi. Je n'ai jamais de réponses. Je suis obligée de revenir vivre chez mes parents parce que je n'ai pas de travail. (...) Qu'est-ce que vous pensez faire pour nous ? (...) Pour l'instant il n'y a rien de concret" a-t-elle lancé au chef de l'Etat.
Avant son arrivée dans une agence Pôle Emploi de la ville, une cinquantaine d'opposants à la loi sur le mariage homosexuel avaient accueilli bruyamment le chef de l'Etat. Manifestant aux cris notamment de "dictature socialiste" et "police politique", la plupart ont été tenus à l'écart par les forces de l'ordre. Quelques-uns ont toutefois sifflé à l'arrivée du cortège présidentiel.
Arrivé en fin de matinée, le chef de l'Etat a entamé sa visite par une agence de Pôle Emploi ayant signé une convention avec la chaîne de restauration rapide KFC pour l'emploi de chômeurs de longue durée. "Je suis là parce que le chômage ne part pas en vacances", a-t-il déclaré.

Cette femme, Nathalie Michaud, voulait alerter le président de la République sur la dégradation des conditions de vie des personnes au chômage. Elle ne croit pas à la réalité du discours gouvernemental et présidentiel, selon lequel la priorité de l’action publique est la résorption du chômage. Voir Soudain, face à François Hollande, une femme donne un visage au chômage (Le Monde, Pascale Krémer, 11 août 2013).

Pendant deux ou trois minutes, une femme fluette au verbe posé a incarné, face au président de la République, ce chômage qu'il a érigé en priorité gouvernementale. Nathalie Michaud a transformé l'abstraction – les 3 538 500 demandeurs d'emploi – en un visage, un regard, une trajectoire de vie bien réels, et bien rudes.

(…) "Depuis un an et demi, raconte-t-elle, je cherche, je cherche, n'importe quel type de boulot, même vendeuse, même aide-ménagère. Rien." Si elle avait un entretien, elle saurait vendre son énergie intacte, sa motivation hors du commun, ses multiples expériences, l'évidence de sa fidélité future à l'entreprise. Même l'impossibilité d'une grossesse. "Mais je n'ai jamais d'entretien !"

Depuis novembre 2012, l'indemnité chômage s'est réduite en Allocation spécifique de solidarité. 490 euros par mois. Nathalie Michaud a dû quitter son HLM, se refaire une place, avec son fils de 21 ans, dans la maison de sa mère de 76 ans. Là même où elle a grandi. "A 50 ans, revenir à la case départ alors que je n'ai jamais cessé de me battre, cela donne un sentiment d'échec complet." Sa mère comprend, qui la voit se démener. Elle se fait du souci. Où irait sa fille s'il lui arrivait quoi que ce soit ? (…)

 

Sur le site Rtl.fr, le 25 juillet 2013 (Raphaëlle Blosse-Platière) : Chômage : les autres chiffres qui se cachent derrière le taux d’emploi. Le gouvernement a annoncé les chiffres du chômage du mois de juin mercredi 24 juillet. Ces derniers connaissent un nouveau record après une augmentation de 0,5%. RTL.fr fait le point sur ceux qui ont été le moins évoqués.

Un taux de chômage sous-estimé

4.783 millions. C'est le nombre total de chômeurs des catégories A, B et C en France métropolitaine. Les 3,279 millions de demandeurs d'emploi annoncés mercredi ne représentent en réalité qu'une partie - la plus importante - du total. Car ce chiffre est en réalité plus important. 

En effet, il correspond aux personnes recensées dans la catégorie A de Pole Emploi. Ces derniers sont, d'après l'INSEE, les "demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi". Pour être complet, il convient d'ajouter les travailleurs ayant une activité réduite courte (catégorie B), ou longue (catégorie C). Au total, ce sont plus de 1,5 million de personnes qui sont concernées.

A ce chiffre, il faut encore ajouter les chômeurs des catégories D et E, qui ne sont pas comptés car ils ne sont pas "tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi". Ces personnes peuvent être en arrêt maladie, en stage, ou encore en contrat aidé. Les 245.000 personnes sans emploi dans les départements d'outre-mer sont également exclus de la catégorie A.

De moins en moins d'offres d'embauche

-21%. Cela correspond au pourcentage d'évolution du nombre d'offres collectées par Pole Emploi sur les douze derniers mois. Un chiffre qui a diminué de manière "inhabituellement forte", précise le ministère de l'Economie dans le communiqué publié sur son site internet mercredi. Sur le seul mois de juin, le nombre de postes proposé a chuté de 6,4%.

Les seniors, premières victimes de la situation

1 million. Il s'agit du nombre de demandeurs d'emploi de 50 ans et plus, soit la catégorie d'âge la plus touchée. Sur les douze derniers mois, le pourcentage de seniors au chômage a grimpé de 14,2%. Ces personnes représentent désormais le quart du nombre de demandeurs d'emploi.

Invité de RTL ce jeudi, le président de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly a dénoncé la situation des actifs les plus âgés. Selon lui, ils sont touchés sur le front de l'emploi, et pénalisés par les réformes successives des retraites. "Au moment où le gouvernement veut les faire bosser plus longtemps, ils ne bossent pas", constate-t-il.

Un espoir pour les jeunes

-0,8%. Les Français se consolent avec ce qu'ils peuvent. La seule statistique qui peut être considérée comme une "bonne nouvelle" réside dans la diminution du nombre de chômeurs de moins de 25 ans, qui a chuté de 0,8% en juin 2013. Si ce chiffre est de bon augure, il faut toutefois rester prudent. De juin 2012 à la même période cette année, le chômage des jeunes a tout de même augmenté de 7,8%.

 Voir aussi  (Le Figaro, 8 août 2013) : Pourquoi François Hollande entretient le flou sur la «courbe du chômage »

 

En Mayenne (CÉAS-point-com 26 juillet 2013)

 

La Mayenne compte, fin mai 2013, en données brutes, 19 555 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi (tableau 1), dont 16 889 (86,4 %) tenus à des actes positifs de recherche d’emploi (catégories A, B et C). Parmi ces 16 889 demandeurs d’emploi, 3 174 ont moins de 25 ans et 3 377 ont 50 ans ou plus. Les 25 à 49 ans (environ 10 300) représentent 61 % de l’effectif total des catégories A, B et C.

Concernant ces trois catégories A, B et C, le nombre de demandeurs d’emploi a diminué sur un mois (– 0,7 % – diminution quasi identique pour les Pays de la Loire et la France), mais a augmenté sur un an (+ 13,9 %). Cette variation annuelle est supérieure à celle de la région (+ 11,8 %) ou celle de la France (+ 10,1 %).

Toujours en variation annuelle pour ces trois catégories et pour le département, on constate, sur un an, une augmentation des demandeurs d’emploi âgés de moins de 25 ans (+ 10,4 %). Pour cette tranche d’âge, sur un an, le chômage s’accroît moins fortement pour les femmes (+ 6,9 %) que pour les hommes (+ 14,2 %). Il en est de même pour les 25 à 49 ans : l’évolution est de 15,6 % pour les hommes et de 11,1 % pour les femmes ; et pour les 50 ans ou plus : + 22,5 % pour les hommes et + 17,3 % pour les femmes.

La Mayenne, comme les Pays de la Loire, se caractérise par une part élevée de jeunes de moins de 25 ans parmi les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi (catégories A, B et C – tableau 2). A contrario, la Mayenne compte proportionnellement moins de demandeurs d’emploi de longue durée. La part des demandeurs d’emploi de 50 ans ou plus, dans l’effectif total, est très légèrement inférieur en Mayenne par rapport aux Pays de la Loire et à la France.

 

Rappel : Le chômage de masse continue son chemin sans rencontrer d'obstacle - 26 avril 2013 

  

Cet article est le 125ème paru sur ce blog dans la catégorie Travail Economie

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans Travail Economie
commenter cet article

commentaires