Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 23:49

François Lucas et Philippe Collin, dans L’avenir agricole

 

Les deux principaux syndicats agricoles minoritaires, Coordination rurale et Confédération paysanne,  sont parties prenantes de l’Office du lait et du contrat France Milkboard, dont l’assemblée générale aura lieu mardi 22 novembre à Avranches (voir Office du lait : assemblée à Avranches (Sud Manche) le 22 novembre - 19 novembre 2011).

Le président de l’Office du lait, Paul de Montvalon, a indiqué ce soir  

(…) L’équipe de l’Office du Lait soutenu par les 1000 éleveurs ambassadeurs et ambassadrices et les délégations européennes présentes invitent tous les producteurs laitiers, adhérents ou non, indécis ou déjà persuadés, à venir nous rejoindre le 22 novembre 2011 à Avranches pour poursuivre et confirmer le mouvement initié y a trois ans par l’APLI, à savoir changer le système pour bâtir une filière équitable au travers d’une agence de régulation, d’un regroupement des producteurs et d’un partage de la valeur ajoutée.

 

SPACE manif EMB 14 09 10 005 TFrançois Lucas, vice président de la Coordination rurale et Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne, ont répondu aux questions de l’hebdomadaire L’avenir agricole, édition du 18 novembre 2011 (siège à Laval).

 

 « La PAC doit être un ciment, elle est devenue un solvant »

 

François Lucas, le vice-président de la Coordination rurale, estime que « le G20 n’a pas avancé d’un iota sur nos problématiques agricoles ». Pire, en annonçant un développement mondial de la production agricole, il cristallise des oppositions contre une agriculture dite productive.

 

Est-ce que la déclaration d’intention du G20 agricole s’est concrétisée ?

 

Le G20 n’a pas avancé d’un iota sur nos problématiques agricoles. La seule avancée concrète est le dispositif AMIS. Les déclarations du G20 se retournent contre nous. Par exemple, on cristallise les réactions négatives en laissant entendre que la production agricole mondiale va augmenter alors qu’au final, on ne fait rien pour. On n’est plus dans une logique d’économie productive. Sauf peut-être en Allemagne. Dans beaucoup de pays, l’agriculture ne représente plus un moteur économique. Si ce secteur était correctement géré, il pourrait même donner des gages aux agences de notation ! Même si ce n’est pas le but. Parmi les pépites dont dispose l’Union européenne, il y a l’agriculture. Il est urgent de maintenir et de fortifier ce secteur stratégique majeur qui détermine notre sécurité alimentaire.

 

La réforme de la PAC du commissaire Ciolos peut-elle révéler cette pépite que constitue l’agriculture ?

 

La PAC est dans un coma profond. Même si je sais que l’exercice qui consiste à plaire à 27 pays est impossible, cette réforme est pire que je ne le pensais. On a même l’impression que la PAC n’existe plus. Il y a un an, lors de la 1ère communication du commissaire Ciolos, j’étais moins critique. La PAC doit être un ciment, elle est devenue un solvant. Depuis quelques années, on a l’impression que l’agriculture est un boulet qui coûte des milliards d’euros. La PAC est un coût pour la Commission européenne. Quant au verdissement de cette politique, il ne fait que renforcer les organisations écologistes contre nous. La PAC n’a pas à être grise ou rouge ! La réflexion sur la PAC doit se détacher de l’obsession budgétaire et retrouver du bon sens : un budget ne fait pas une politique, mais une politique bien pensée doit engendrer un budget adapté.

 

« La PAC 2014 favorise la concentration des fermes »

 

SPACE manif EMB 14 09 10 044 TLe G20 de Cannes n’a pas convaincu Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne.

Sur la forme, l’agriculture a été marginalisée du débat. La faute à la crise de la zone euro. Sur le fond, il estime « scandaleux » que le fait de demander aux pays pauvres de faire des stocks soit présenté comme une avancée. Sur la réforme de la PAC, « le principe d’attribution de soutiens annuels liés aux seuls hectares et quel que soit le niveau des prix agricoles et le nombre de personnes travaillant sur chaque ferme n’est pas remis en cause ». Où est la volonté d’équité affichée, s’interroge le leader syndical ? C’est comme si cette PAC « investissait dans la concentration des fermes ».

 

Cet article est le 258ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires