Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 23:15

Ce système monétaire rigide va s’écrouler, selon Krugman

 

S’il y a quelqu’un qui a quelque chose à dire sur la crise monétaire européenne et sur la façon dont l’Europe est gérée, c’est bien Jean-Pierre Chevènement. Mais il est rarement invité par les grandes chaînes de télévision. Une exception bienvenue est à signaler sur France 2 demain (journal de 20h présenté par Laurent Delahousse).

Jean-Pierre Chevènement au journal de 20h de France 2 samedi 5 novembre

MRC national 002Après la crise grecque et le G 20 perturbé, avant la crise italienne et la montée en puissance des oppositions populaires aux politiques néolibérales perpétuées en Europe, le sénateur Chevènement confirmera avec détermination son intention de se présenter à l’élection présidentielle afin de faire bouger les lignes de la politique française (voir Pour sortir la France de l'impasse, Chevènement sera candidat en 2012- 9 octobre 2011). Il est vrai que le PS est inaudible sur la question monétaire européenne, qui est pourtant stratégique. Alors que le MRC a une position claire, qui sera exprimée par son président d’honneur demain soir. Celui-ci n’est pas resté sans voix pendant cette crise, comme l’indiquent ces liens que chacun peut consulter :

L'Europe ne peut pas se faire sans la démocratie

Nicolas Sarkozy veut mettre l'Europe toute entière à la diète

"Il faut consulter les peuples" (Entretien de Jean-Pierre Chevènement à L'Est républicain, 4 novembre 2011)

Il est temps de changer de route - Question d’actualité de Jean-Pierre Chevènement concernant le sommet européen, Sénat. Voir aussi Séance du 27 octobre 2011 (compte rendu intégral des débats). Cet accord est un faux accord. M. Sarkozy a dû se plier à toutes les conditions imposées par Mme Merkel.

(…) Je considère qu’il ne s’agit pas d’un bon accord. Ces mécanismes sont des rustines ou des promesses de rustine. Cet accord est un trompe-l’œil. Et il en sera ainsi, me semble-t-il, tant que nous n’aurons pas adopté une position sérieuse adossant les moyens du Fonds de stabilité financière aux ressources de la Banque centrale européenne.

Dans l’immédiat, un triple constat s’impose. Tout d’abord, l’euro caracole à 1,40 dollar… Bonjour, la réindustrialisation de la France ! Ensuite, les politiques de rigueur généralisées conduiront l’Europe à la récession et l’enfermeront encore plus dans la spirale des déficits et de la dette, aucune initiative de croissance n’étant prise à l’échelle de la zone euro. Enfin, l’encadrement des budgets nationaux se resserre. Après la souveraineté monétaire, ce sont les souverainetés budgétaire et fiscale qui vont disparaître. M. Juppé parle de fédéralisme. Je considère pour ma part qu’il s’agit d’un fédéralisme du pauvre, purement coercitif (…).

 

Paul Krugman fait de l'humour sur le dos des élites européennes.  

Voir Le trou dans le seau de l'Europe (Marianne, Le Vent des blogs, 4 novembre).

 

(…) Vous voyez ce que je veux dire lorsque je dis que la situation est drôle, dans le genre humour noir ? Ce qui rend cette histoire vraiment douloureuse est que rien de tout ça n'aurait dû arriver.

Prenons des pays comme la Grande-Bretagne, le Japon et les Etats-Unis, qui ont des dettes importantes ainsi que des déficits mais qui malgré tout restent capables d'emprunter à de faibles taux d'intérêt. Quel est leur secret ? La réponse tient en grande partie au fait qu'ils maintiennent la valeur de leur monnaie et les investisseurs savent qu'en un clin d'œil, ils pourraient financer leurs déficits en imprimant leur monnaie. Si la Banque Centrale Européenne, dans le même temps, soutenait les dettes européennes, la crise s'allègerait considérablement.

Est-ce que cela n'engendrerait pas une inflation ? Probablement pas : qu'importe ce que Ron Paul et consorts peuvent penser, la création de monnaie n'engendre pas l'inflation dans une économie déprimée. De plus, l'Europe a réellement besoin d'une inflation globale un peu plus haute : une inflation globale trop faible condamnerait les états européens du sud à des années de déflation sévère, garantissant virtuellement à la fois une continuité dans le fort taux de chômage et des défauts de paiement en série.

Mais une telle création, ne cesse-t-on de nous répéter, est hors de question. Les statuts qui régissent la banque centrale sont censés interdire ce genre de choses, bien que l'on imagine que des avocats malins trouveraient le moyen de rendre cette création possible. Cependant, le problème plus général est que tout le système euro a été mis en place pour combattre la dernière guerre économique. C'est une Ligne Maginot construite pour empêcher que les évènements des années 1970 ne se répètent, ce qui est pire qu'inutile lorsque le vrai danger vient d'une répétition des évènements des années 1930.

Et cet état de fait, comme je l'ai dit, est tragique.

L'histoire européenne d'après guerre est profondément édifiante. Des décombres de la guerre, les Européens ont construit un système de paix et de démocratie, et ce faisant, ont bâti des sociétés qui, bien qu'imparfaites - quelle société ne l'est pas ? - sont probablement les plus décentes de l'histoire de l'humanité.

Pourtant, cette réussite est menacée parce que l'élite européenne, de toute son arrogance, a bloqué le continent en un système monétaire qui a recréé la rigidité du modèle d'excellence, et - tout comme le modèle d'excellence des années 30 - celui-ci s'est transformé en piège mortel.

Peut-être qu'aujourd'hui les dirigeants européens vont proposer un vrai plan de sauvetage crédible. Je l'espère, mais je n'y crois pas.

 La triste vérité est que le système euro semble de plus en plus voué à l'échec. Et une vérité encore plus triste est que vu comme le système se comporte, l'Europe se porterait sans doute mieux s'il s'écroulait plutôt aujourd'hui que demain.

Cet article est le 148ème paru sur ce blog dans la catégorie CHEVENEMENT

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans CHEVENEMENT
commenter cet article

commentaires