Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 19:07

Le progrès résulte d’un intense travail patient et collectif

 

C’est la 3ème fois que Jean Rivon m’adresse ses vœux sous la forme d’une réflexion sur la vie (voir Jean Rivon, dans ses voeux 2011, appelle à agir dans le cadre collectif - 30 janvier 2011). C’est un sage méthodique qui valorise son expérience professionnelle acquise en tant qu’expert comptable, réviseur des coopératives agricoles de l’ouest de la France.

 

Retraité, il est de retour depuis quelques années dans son Ain natal, dans un appartement donnant sur la Saône, avec vue privilégiée sur Mâcon.

 

Etudiants à l’Ecole nationale supérieure agronomique de Rennes (aujourd’hui Agrocampus), nous étions parmi les délégués des élèves, animateurs du mouvement aspirant à des réformes pédagogiques, en mai et juin 1968, dans cet établissement.

Ce texte doit être lu en se laissant porter par les mots, comme quand on écoute Michel Serres à la radio. Vous verrez, à la fin, vous aurez envie de retenir de bons conseils de philosophie de la vie et d’analyse de l’évolution du monde.

Meilleurs voeux pour 2013

 

Après des années de déferlement de pessimisme et de dénigrement sur « la France qui tombe dans un monde inhumain », pour préparer l’avenir efficacement et ne pas paniquer à tout propos, il est utile de retrouver cette image : un arbre qui tombe fait beaucoup de bruit, alors qu’une forêt qui germe ne s’entend pas.

 

Nous percevons difficilement ce qui germe car cela est petit et lent, de même que le bonheur se construit si lentement qu’on en prend conscience seulement lorsqu’il est parti, alors qu’un malheur est souvent brutal et inattendu.

Le développement fulgurant des médias par l’informatique est un progrès technique aussi important que l’imprimerie mais, comme souvent, un nouveau progrès est mal utilisé dans ses débuts. Parce que ceux qui vivent des médias croient que leur public, c’est-à-dire nous, ne nous intéressons qu’à ce qui est excitant, sensationnel ou effrayant. Les médias le croient et nous leur donnons souvent raison. Et comme nous écoutons béatement leurs pires prédictions, elles ont plus de chances de se réaliser : ce qu’on appelle des prévisions auto-réalisatrices.

 

Le progrès nécessite un intense travail patient et collectif que la confiance amplifie, alors que le pessimisme affaiblit nos capacités créatrices. Ce dont beaucoup de penseurs se doutaient, les neurosciences le prouvent maintenant. Il est donc temps de redresser la tête, d’être attentif à tout ce qui germe sous nos yeux et de le faire savoir.

 

Outre le développement des médias, des mutations gigantesques sont en cours qui nous font basculer vers un autre monde et certains considèrent même que la bascule en cours est aussi importante pour l’humanité que la maîtrise du métal il y a 20 000 ans environ.

 

Ces mutations, certes, portent autant de promesses que de menaces mais ne voir que les menaces conduit inévitablement à leur réalisation. Les menaces inquiètent ceux qui ont quelque chose à perdre alors que les promesses donnent du courage et de l’espoir aux plus démunis. Notre désespérance mondaine n’a pas cours chez les plus démunis qui, au contraire, misent tout sur ces mutations qui renverseront les blocages qui les maintiennent sous le seuil de pauvreté et dans la dépendance.

 

Déjà, elles leur permettent à l’évidence de vivre beaucoup plus longtemps qu’il y a quelques dizaines d’années. Ne nous laissons pas aveugler par les nouvelles difficultés (comme la malnutrition ou le chômage) qui résultent de la disparition d’épidémies ravageuses.

 

On pourrait développer une multitude d’évolutions qui prouvent cette raison d’espérer. Prenons une évolution qui nous touche de près : l’évolution de l’Europe.

50 ans après l’accord franco-allemand, les pessimistes ne voient que la lenteur des décisions, la tiédeur des opinions et les récriminations en tous genres sur l’ingérence de l’Europe dans notre vie quotidienne. Pourtant les fondateurs de l’Europe avaient trois objectifs :

 

- 1°objectif : qu’il n’y ait plus jamais la guerre : objectif atteint ; l’affaire du Kosovo a montré que l’Europe a tout fait pour étouffer ce conflit qui, en d’autres temps, pouvait embraser toute l’Europe. La guerre évitée, une compétition économique est apparue entre les nations car le marché et la monnaie unique ont été lancés sans l’harmonisation économique, financière et sociale qui avait pourtant été préconisée par les fondateurs. Cette erreur, due à l’idéologie libérale effrénée qui a sévi après la chute du mur de Berlin, est maintenant bien identifiée et les politiques commencent à faire des propositions pour y remédier,

 

- 2°objectif : que l’on mette en place une économie sociale de marché différente du capitalisme anglo-saxon ; cette option a été progressivement affaiblie par le cheval de Troie que constitue le Royaume Uni ; mais l’option est toujours en vigueur et raffermie par la crise financière due aux excès des banques américaines et anglaises. Le modèle anglo-saxon n’est plus mis en avant bien qu’il dispose encore de lobbys puissants contre lesquels même les USA luttent. De même, la réussite économique allemande masque une dégradation sociale qui se dévoile peu à peu,

 

- 3°objectif : que la démocratie soit la règle en Europe, ce qui est maintenant la règle partout au niveau des nations européennes ; reste à l’étoffer au niveau des institutions communautaires pour que les peuples se sentent réellement européens et non le jouet des technocrates libéraux bruxellois et des grandes banques internationales qui les conseillent.

 

On observe donc que les objectifs fixés il y a 50 ans sont toujours indiscutés et sont en grande partie atteints. On observe aussi que des puissances de culture non européenne ont tenté de les dévoyer mais que ces détournements ont conduit à des déboires évidents que nous sommes déjà en train de corriger en revenant aux objectifs initiaux.

 

D’où une méthode en 4 temps pour participer à la construction de l’avenir et pour ne pas se laisser envahir par la morosité, l’inquiétude et la déception :

 

- 1°temps : face à un problème, ne pas accorder trop d’importance aux dénigrements inévitables mais rechercher l’évolution profonde qui se cache derrière le symptôme,

- 2°temps : prendre du recul et mesurer le parcours positif accompli précédemment sur lequel se greffe le problème bruyamment médiatisé,

- 3°temps : rechercher la disposition technique qui a généré le problème (exemple : la dérégulation de l’endettement des ménages aux USA qui a généré les subprimes) et découvrir les intérêts particuliers qui ont oeuvré pour mettre en place cette disposition,

- 4°temps : agir à son niveau pour faire la clarté et promouvoir les solutions.

 

Trop difficile cette méthode ? Non car on trouve facilement sur Internet toutes les analyses nécessaires. Il faut simplement les trier sur les critères de cohérence et de modestie de l’analyse et non sur la brillance ou le caractère affirmatif qui cachent presque toujours un lobby en action. Il est en effet très facile de paraître avoir la solution d’un problème en ignorant une ou plusieurs données (exemple : y-a-qu’à faire comme les allemands pour résoudre le problème du chômage en France, en oubliant que les entreprises allemandes peuvent payer des mini-jobs à 400 euros par mois).

 

En appliquant cette méthode on retrouve le sens de l’évolution de l’humanité qui est l’accumulation de connaissances et de savoir-faire pour vivre mieux. Cette évolution n’est pas linéaire et peut donner le sentiment parfois d’assister à des reculs ; ces reculs sont dus à l’apprentissage des nouveaux progrès et aux résistances de ceux qui ne voient pas que le changement sera bénéfique même s’il faut modifier les habitudes. Ces résistances peuvent parfois être exacerbées par l’impatience et la violence de ceux qui sont pressés de mettre en oeuvre le nouveau progrès.

 

L’exemple de l’intégrisme musulman illustre parfaitement ce mécanisme et ce qui se passe aujourd’hui (le terrorisme djihadiste en réaction à l’évolution de sociétés trop longtemps figées ou contraintes) était largement anticipé par divers analystes, le plus clair d’entre eux étant en France Emmanuel TODD. Le même mécanisme est éclairant pour le changement climatique, l’énergie nucléaire, la mondialisation, les investissements collectifs, les assurances collectives, les nouvelles technologies, la maîtrise génétique, etc.

 

Parmi les nombreux germes qui poussent dans la forêt de l’évolution, citons l’apparition du « serment des scientifiques » proposé par Michel SERRES : « pour ce qui dépend de moi, je jure : de ne pas faire servir mes connaissances, mes inventions et les applications que je pourrais tirer de celles-ci à la violence, à la destruction ou à la mort, à la croissance de la misère ou de l’ignorance, à l’asservissement ou à l’inégalité, mais de les dévouer à l’égalité entre les hommes, à leur survie, à leur élévation et à leur liberté ».

 

Bonne germination 2013.  

Cet article est le 29ème paru sur ce blog dans la catégorie Personnalités et célébrations 

Partager cet article

Repost 0

commentaires