Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 10:59

La réforme 2003 de la PAC, une calamité !

Avant d’engager une discussion approfondie, dans quelques heures, avec l’auteur du Livre : Europe laitière, Valoriser tous les territoires, André Pflimlin, que je remercie, voici des éléments introductifs significatifs. D’abord, les derniers paragraphes, page 291, puis la page de garde et le sommaire du livre, paru en 2010, Editions France Agricole.

La fin de l’épilogue

(…) Parler des éleveurs, de leurs vaches et des prairies, c’était mon domaine de compétence officiel. Mais les herbagers et les éleveurs laitiers pourront-ils résister au grand vent du libéralisme de l’après-quotas ? La réforme de la PAC de 2003 m’a conduit à regarder de plus près l’évolution de la politique agricole. Je dois l’avouer : bercé par la douce musique de la désintensification et de la multifonctionnalité du modèle agricole européen de la fin des années 1990, je n’ai pas vu venir la réforme de 2003, rupture totale pour le secteur laitier, qui allait relancer la course à l’agrandissement déjà bien engagée par le Danemark. Mais c’est bien l’attitude de la Commission et plus particulièrement l’intransigeance de la Commissaire pendant la crise laitière de 2008-2009, qui m’a amené à rechercher les motifs de cette stratégie de dérégulation, envers et contre tout, alors qu’elle est particulièrement inadaptée et injustifiée pour le secteur laitier.

Est-ce bien raisonnable de vouloir rebâtir l’Europe laitière et redéfinir sa politique en repartant de la prairie à trèfle blanc comme symbole de résistance et d’espoir ? Le message que m’ont transmis les anciens et les nouveaux herbagers me semble plus que jamais d’actualité : l’association de cette prairie économe et écologique avec une vache plus rustique peut servir de point d’appui au levier pour faire bouger le monde ! Cette association retrouvée de l’herbe et de la vache peut aider les éleveurs, et nous aider, à mieux vivre tout en contribuant à préserver la planète et l’humanité d’un désastre annoncé mais non inéluctable.

Certes, la Commission n’est pas directement responsable des choix technico-économiques des éleveurs. Mais sa stratégie d’alignement sur l’OMC pour l’ensemble des secteurs agricoles me paraît injustifiable et suicidaire tant pour la construction européenne que pour la majorité des producteurs laitiers et en particulier pour les plus petits.

Voilà un aboutissement imprévu de mes réflexions initiales de zootechnicien après ce long voyage ! Mais on le sait bien, « on voyage pour changer non de lieu mais d’idées ».

Comme citoyen européen, à présent sans appartenance institutionnelle, je me devais de porter ce message à son terme en associant tous ceux que j’ai rencontrés, qu’ils soient éleveurs, techniciens, chercheurs, élus ou fonctionnaires, locaux ou européens. Au nom du principe d’espérance.

Le 20 juin 2010, André Pflimlin, Ingénieur à l’Institut de l’élevage de 1970 à 2009, chargé de mission Europe de 2001 à 2009

Présentation du livre par l’éditeur

L'élevage laitier reste une activité économique majeure pour le maintien de l'emploi et du tissu rural dans près de la moitié des régions européennes.
Il valorise un tiers des surfaces agricoles, notamment en zones défavorisées, contribuant aussi à la production de biens publics essentiels : l'eau, l'air, le sol, la biodiversité et le paysage. Et pourtant, l'Europe laitière s'enferme dans une double impasse. Impasse socio-économique d'abord. Alors que la plupart des grands pays confortent leur marché interne, l'Europe a décidé d'abandonner la préférence communautaire et les quotas laitiers.
Elle s'aligne sur les règles de l'OMC, espérant renforcer sa place sur un marché mondial de beurre et de poudre, marginal en volume et en valeur. Ce faisant, elle accentue la volatilité du prix du lait et impose une compétition mortelle pour la majorité des producteurs. Impasse environnementale et territoriale ensuite. Avec le modèle Holstein-maïs-soja la PAC a favorisé la spécialisation et l'agrandissement des troupeaux, ainsi que leur concentration dans les plaines labourables aux dépens des zones herbagères et des races plus rustiques produisant du lait et de la viande.
La fin des quotas va amplifier l'industrialisation et la concentration, accélérant l'exode rural et le changement climatique, mais aussi la perte de biodiversité et de patrimoine culturel, notamment dans les nouveaux pays membres. Pour sortir de cette double impasse et pour préserver une Europe et une planète vivables pour nos enfants, il faut opter clairement pour la souveraineté alimentaire, celle des 500 millions d'Européens et celle des pays en développement.
Il faut aussi encourager un élevage valorisant davantage les prairies et les ressources locales. Il n'est pas trop tard pour décider d'une autre politique laitière et rurale, plus conforme au traité de Lisbonne, avec le soutien du Parlement européen et la mobilisation de tous.

Sommaire

  • DIVERSITE DE LA PRODUCTION LAITIERE EN EUROPE ET DANS LE MONDE
  • Place de l'Europe laitière dans la production mondiale
  • En Europe : diversité et complémentarité plutôt que concurrence entre régions et pays
  • Dans le monde : des systèmes visant l'autosuffisance et quelques exceptions
  • DANS UN MONDE A REINVENTER, QUELS SYSTEMES LAITIERS POUR DEMAIN
  • Un monde à réinventer
  • Un autre regard sur le monde et sur l'élevage
  • Quels modèles laitiers pour demain en France et en Europe
  • POUR UNE AUTRE POLITIQUE LAITIERE ET TERRITORIALE EUROPEENNE
  • L'heure des choix après 40 ans de politique laitière européenne
  • Le point de vue des instances européennes de conseil et de contrôle
  • Revisiter les principes fondateurs

L'auteur en quelques mots...De formation agronomique, André Pflimlin a travaillé à l'Institut de l'élevage de 1970 à 2009. Depuis 2001, il était coordinateur des projets de recherche-développement en Europe. Promoteur de la prairie et du trèfle, il a été président de l'AFPF en 2008-2009.

Rappel : André Pflimlin examine les systèmes et les régions laitièresen Europe

André Pflimlin, expert pour l'EMB, en Bretagne sur la politique laitière

Cet article est le 294ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by SORIN Michel - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires