Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 23:48

 

La mondialisation ne périme que les nations qui s’abandonnent


MRC-universite-de-rentree-Caen-19-20-21-sept-2014-001-T.jpgEn préambule à son université de rentrée 2014 à Caen (voir Université de rentrée 2014 du MRC: Quel projet pour un sursaut républicain ?), le Mouvement Républicain et Citoyen avait organisé un dîner-débat le 19 septembre sur le thème de la Nation avec :

- Didier Motchane, l’ancien complice de Jean-Pierre Chevènement, fondateur du CERES (Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste),

- Jean-Yves Autexier, ancien parlementaire et conseiller de Paris.

 

Didier Motchane a rappelé les mots qui comptent aujourd’hui :

- la laïcité, élément fondamental de la République, l’œuvre commune. Il n’y a pas d’exclus par la laïcité. Une seule autorité : la raison.

- la démocratie, qui est le pouvoir du peuple, lequel n’existe pas, il doit se constituer (peuple de la cité), ce qui implique un effort, car c’est toujours à recommencer. La démocratie a commencé à Athènes, mais les esclaves n’étaient pas alors encore considérés comme des êtres humains.

- la devise de la République : l’égalité républicaine doit être mise devant, car c’est ce qui ouvre la compréhension du reste (la liberté et la fraternité).

- il faut reconnaître dans un être humain ce qui est commun, ce qui conduit aux droits de l’homme et du citoyen en 1789. Les droits civiques n’ont été reconnus qu’en 1848 et, en France, le droit de vote des femmes n’a été acquis qu’en 1945…

- L’ordre et le mouvement, c’est la droite et la gauche.


Jean-Yves Autexier a rappelé le thème, la nation, en soulignant que « la mondialisation ne périme que les nations qui s’abandonnent ». 

Il n’y a pas de fatalité. Selon la doxa libérale, les nations sont vouées à disparaître, car c’est l’intérêt du libéralisme. Pour cette doctrine, la nation est un obstacle, un ennemi à abattre. Les socialistes sont piégés : ils ont voulu la fin des nations. Ils ont eu la globalisation marchande. 

Dans l’Histoire, il n’y a que des nations ou des empires.  La chimère libérale ne résiste pas à la réalité de l’histoire. L’Algérie n’est pas le Maroc. Les USA se sont fondés sur des déserts, en ayant exterminé les indiens. 

On compte 46 Etats nouveaux sur les 40 dernières années. Cela correspond à l’aspiration des peuples. Ce n’est pas bon quand cela se fait sur une base ethniciste (cas de l’ex-Yougoslavie). C’est bon quand c’est pour reprendre en main son destin et fonder une démocratie. 

La chimère européenne s’est effondrée (le rêve français, c’était une Europe française). L’Europe a été faite à partir de l’économie et de la monnaie dans un but fédéral d’en faire l’unité politique. Le Royaume-Uni a un projet, l’Allemagne a un projet, c’est l’Europe allemande.

Pour cette chimère européenne, la France a sacrifié le socialisme et a même commencé de sacrifier la République. Alain Touraine voyait la France s’engager dans la société post-industrielle, basée sur les services. Pascal Lamy évoquait le partage du travail entre la Chine fabriquant des tissus et la France des avions. 

On parlait en France d’une société sans usines, pendant que les Allemands continuaient l’industrie, la Cour de Karlsruhe veillant à la préservation des intérêts nationaux de l’Allemagne. En France, le Conseil constitutionnel accompagnait la volonté des gouvernements, abandonnant l’intérêt national. 

La politique étrangère, ce n’est pas suivre les autres. Où en est la politique arabe ? La France suit et laisse faire les USA., en Libye, vis-à-vis de la Russie aussi. La France ne devrait pas avoir les mêmes positions que les USA, car elle n’a pas les mêmes intérêts. Le Japon, le Brésil, la Chine, les USA, font valoir leurs intérêts nationaux respectifs. En France, il y a une crise de la volonté. 

Notre projet doit se faire à partir des intérêts de la France. C’est le nouveau rêve républicain, avec une politique européenne respectant les nations. On n’a pas la même monnaie pour l’Allemagne et la Grèce. L’espace francophone, qui unit le Nord et le Sud (le Maghreb, l’Afrique), doit être valorisé par la conquête des marchés africains. 

Ce message n’a malheureusement aucune chance aujourd’hui. Du CERES, nous sommes passés à Socialisme et République, puis au Mouvement des citoyens, puis au Mouvement Républicain et Citoyen. La France est un peuple politique. Là où il n’y a pas de projet, il n’y a pas de destin. 

Mais, dans l’obscurité, une simple chandelle suffit à éclairer le mondeIl faut maintenir le fil directeur qui va des années 1968 à aujourd’hui, car cette ténacité, un jour, sera utile à notre pays. 

Cet article est le 145ème paru sur ce blog dans la catégorie MRC national

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans MRC national
commenter cet article

commentaires