Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Michel Sorin
  • : Le MRC 53 est la structure mayennaise du Mouvement Républicain et Citoyen, qui a pour but de rassembler la gauche républicaine autour des idées de Jean-Pierre Chevènement. Le MRC a pris le relais du Mouvement des Citoyens après les élections de 2002.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Courriel

 

 

 

 

Articles Récents

25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 22:50

Avec les syndicats minoritaires dans l’Office du lait

 

L’association des producteurs de lait indépendants (Apli), née en 2008-2009 de la crise européenne du lait (grèves du lait), n’est pas présente dans les élections 2013 aux Chambres d’agriculture. Toutefois, ses affinités sont réelles avec la Coordination rurale, principalement (voir Elections Chambres d'agriculture : la Coordination rurale est confiante - 24 janvier 2013) et avec la Confédération paysanne, secondairement (voir Les propositions de la Confédération paysanne pour sauver l'élevage - 18 janvier 2013).

 

L’Apli veut baisser la représentativité des syndicats majoritaires (FNSEA-JA) et faire avancer les idées de régulation de la production sans qu’il y ait besoin de subventions, dans le cadre d’un mécanisme pouvant évoluer avec les marchés et prenant en compte les coûts de production, la rémunération du travail de l’éleveur. Voici les recommandations de l’APLI nationale ASSOCIATION NATIONALE DES PRODUCTEURS DE LAIT

 

AG Apli 120911 001 TVOTEZ UTILE !!!

 

Votons pour écrire notre avenir en nous servant de notre passé

385 000 producteurs laitiers en France en 1984 ,90 000 en 2009, 30 000 en 2025 (estimation réaliste) soit 90% de disparus.

Des volumes à la hausse, des revenus à la baisse. Qui peut défendre un tel bilan !!!

Ils ont inventé le concept de TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER MOINS, et pourtant certains d'entre eux sont devenus ministres.

Le Xème plan agricole, écrit par deux syndicats en mars 1989 stipulait qu'il fallait supprimer toutes les petites et moyennes exploitations familiales, produire à bas prix, et subventionner derrière.

Nous y sommes, rappelez-vous avril 2009 prix du lait à 21cts.

Septembre 2009 la grève du lait…..Qui a amené le changement de cap ?

Nous, APLI, associatifs et sectoriels, n’avons pas vocation à ce jour, à nous présenter aux élections chambres d'agriculture, mais nous voulons être le moteur de ce changement, la vigie du maintien d'un nouveau cap.

Nos valeurs sont fondées sur la rémunération du travail et non sur le culte de la subvention, la régulation de la production en amont des entreprises suivant les marchés et prise en compte de nos coûts de production.

Soyons tous conscients que de nos votes dépendent les orientations futures de la politique agricole.

Soyons acteurs de notre présent, bâtisseur de notre avenir. Changeons les Hommes, changeons de cap. VOTONS !!!

 

L'AVENIR AGRICOLE (édition du 25 janvier 2013) résume ainsi la position de l’APLI.

 

L’association des producteurs de lait indépendants incite les éleveurs à voter pour ces élections aux Chambres d’agriculture.

Si l’ancien président fondateur, Pascal Massol, ne voyait « aucun intérêt » dans les Chambres pour changer l’avenir de la production laitière, ses successeurs veulent, eux, endiguer les cessations d’activité. Et, selon eux, cela passe par une baisse de la représentativité de la FNSEA.

Se voulant « asyndicale », l’Apli se montre plus proche de la Coordination rurale (CR). Mais elle partage aussi des points de vue avec la Confédération paysanne.

C’est avec ces deux syndicats que l’Apli a mis en place France MilkBoard (FMB), une Organisation de producteurs (OP) transversale, « ouverte à tous », organisée par bassins laitiers. FMB Grand-Ouest et FMB Sud-Ouest ont été reconnues par décret en décembre 2012.

 

AG Office du lait Avranches 221111 029 TFrance MilkBoard

 

De son côté, Paul de Montvalon, président de l’Office du lait (voir Paul de Montvalon, paysan, président : fédérer les producteurs de lait) s’est adressé aux producteurs de lait en ces termes (extrait). Voir Notre projet - Office du lait

 

En ce début d’année 2013, mon sentiment est partagé. Je laisserai d’abord s’exprimer ma fibre d’éleveur car l’actualité du prix du lait pour le premier trimestre me désole. Alors que dans la plupart des pays européens le lait flirte avec les 400 EUR (Italie 380, Danemark 390, Allemagne 350,…), nous devons nous contenter d’augmentations dérisoires, issues de calculs savamment pensés, pour nous exploiter jusqu’au sang.

J’entends monter la colère dans la campagne et soyez assurés que si des actions de revendication se mettent en place, malgré mon statut plus consensuel de président de l’Office du Lait National, je serai le premier à monter au front. Car je suis avant tout producteur, avec les mêmes difficultés que vous rencontrez quotidiennement.

 

Cette situation est inacceptable, même si, concernant le moyen et le long terme, je dois avouer que nos idées progressent. Trop lentement sans doute, mais nous partons de tellement loin que je ne peux que me réjouir du moindre  signe d’espoir.

 

En effet, vous avez dû le remarquer, dans tous les discours, de tous bords, les clés que nous agitons depuis 2009 sont devenues monnaie courante. Tous évoquent la nécessité d’une forme de régulation, le poids des coûts de production, l’obligation d’une rémunération du travail et du capital. Même le rôle ambigu et le statut des coopératives sont parfois à l’ordre du jour. J’ose espérer que ces propos pertinents ne sont pas tenus à des fins électoralistes, mais n’ont comme seul objectif la défense du producteur et le maintien de son statut dans la filière laitière.

 

L’amorce d’optimisme dont je vous fais part, tient aussi au fait que la nouvelle équipe ministérielle semble plus attentive et plus préoccupée par notre situation, proposant des solutions plus sensées, plus proches de nos idées et surtout réceptive à tous les courants de pensée. Cela aussi nous le préconisions. C’est du débat et de la fin de la pensée unique que germera la solution.

 

L’agrément de nos deux Organisations de Producteurs transversales, France MilkBoard Sud-Ouest et France MilkBoard Grand-Ouest, est la preuve de cette ouverture. En ce début 2013, et pour ce qui concerne la construction de notre avenir, toute votre énergie doit se concentrer sur la constitution des 7 Organisations de producteurs France MilkBoard non encore agréées. Tous les documents sont disponibles au siège de l’Office du Lait National où Françoise est disponible pour tous renseignements. Mais c’est à chacun de vous de devenir l’ambassadeur de France MilkBoard, en contactant vos représentants, en démarchant vos collègues, en résistant aux pressions.

 

Soyez conscients que, même si nous n’en sommes qu’au commencement et que le plus délicat reste à faire, la négociation avec les industriels, donner mandat à France MilkBoard, reste pour vous la dernière opportunité d’éviter l’intégration, de conserver une forme de liberté, de solidarité, de pouvoir, renforcé inéluctablement par chaque nouvelle adhésion.

 

Si vous êtes coopérateur,  pour l'instant, vous ne pouvez adhérer à aucune Organisation de Producteur officielle. Mais vous pouvez rejoindre le collège producteur de l'Office du Lait National au sein duquel tous les producteurs sont traités de manière égalitaire. Soyez assuré que dans toutes nos contestations, analyses ou solutions, le cas des éleveurs coopérateurs est abordé. Comment pourrait-il en être autrement ? Comment envisager une issue, si seulement la moitié des producteurs et des industriels sont concernés ? Surtout, ne pas croire à cette logique libérale appétissante pour s’en sortir : « Je courbe le dos un temps car, quand les autres auront disparu, le prix du lait augmentera et je ferai les quantités à leur place. » Faux ! Je vais courber le dos toute ma vie et m’asservir par le travail et les investissements de la même manière qu’aujourd’hui. Aujourd’hui, où malgré la tension palpable sur les volumes produits, le prix continue de stagner.

 

Il nous faut également poursuivre notre objectif d’informer et alerter les consommateurs sur notre situation d’un autre âge, où des individus sont exploités sans rémunération, pour le profit d’une minorité. Un clip vidéo sur le sujet («  La vache et le prisonnier ») est disponible sur You tube : http://www.youtube.com/watch?v=5guMYOFphto&list=HL1358516684&feature=mh_lolz

Voir aussi le Bulletin EMB janvier en ligne (7 janvier 2013) de European Milk Board: EMB (confédération européenne d’organisations de producteurs de lait, à laquelle adhère l’APLI).

 

Cet article est le 372ème publié sur ce blog dans la catégorie AGRICULTURE et PAC.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel SORIN - dans AGRICULTURE et PAC
commenter cet article

commentaires